News — 26 novembre 2019
Le box-office de la semaine du 13 novembre 2019
© 20th Century Fox France Tous droits réservés

Et encore un cycle hebdomadaire en baisse sensible au box-office français en cette semaine 46, allant du 13 au 19 novembre, qui perd une fois de plus près d’un million de spectateurs par rapport à la semaine précédente. Tout juste au dessus des trois millions de tickets vendus, le cumul sur la semaine commence dangereusement à côtoyer les mauvais résultats records de l’année 2007, qui avait vu un mois de novembre assez catastrophique. Heureusement, grâce au Disney de Noël, la tendance devrait être rigoureusement inversée dès la semaine suivante. D’ici là, c’est une fois de plus le cinéma français qui fait la loi, avec une belle part de marché de près de 50 % et un nouveau champion national. Toutefois, en comparaison avec la même semaine en 2018, les indicateurs affichent clairement du rouge, en raison d’une baisse de plus de 20 % de la fréquentation dans les salles obscures françaises. Rémi sans famille de Antoine Bloissier n’avait pas tellement rempli ces dernières lors de sa sortie en France il y a onze mois, puisqu’il avait quitté le classement au bout de quatre semaines à l’affiche et moins de 800 000 spectateurs au compteur. Son distributeur chinois a visiblement davantage foi en son potentiel commercial, puisque le conte avec Daniel Auteuil bénéficiera de la sortie la plus large dans le pays pour un film francophone.

Est-ce que la polémique autour du passé trouble de son réalisateur a nui à J’accuse ou bien a-t-elle au contraire suscité l’intérêt du public français au delà des classes scolaires d’office acquises à la fresque historique de Roman Polanski ? On ne le saura sans doute jamais. Toujours est-il que le 22ème long-métrage de Polanski a plutôt réussi son démarrage, grâce à un demi-million de spectateurs, c’est-à-dire au même niveau honorable que d’autres petits succès français récents, comme de Nicolas Bedos la semaine dernière ou Au nom de la terre de Édouard Bergeon en septembre. Cette première semaine est même largement plus prometteuse que celles de ses films précédents, D’après une histoire vraie en novembre 2017 à moins de 70 000 spectateurs et La Vénus à la fourrure à 120 000 amateurs de huis clos poisseux quatre ans plus tôt. Malgré la force de frappe concentrée des bolides américains de Le Mans 66 de James Mangold, il a de même su tenir à distance la deuxième nouveauté bien classée de la semaine. L’aspect français de l’autre épopée historique de cette mi-novembre est probablement pour quelque chose dans son beau succès, les films autour du sport n’ayant que rarement la cote auprès du public national. Enfin, en tant que troisième et dernière nouveauté de la semaine à une modeste sixième place, le film d’horreur de Justin Dec devrait assez rapidement voir le compte à rebours de sa présence dans le classement des meilleures entrées arriver à échéance.

Semaine après semaine, c’est le même phénomène qu’on observe avec les films en continuation, à savoir que les films français résistent toujours un peu mieux que leurs pendants américains. Cette fois-ci, les trois films hollywoodiens au moins millionnaires, qui avaient fait la pluie et le beau-temps dans les salles françaises ces dernières semaines, perdent plus de la moitié de leur public, tandis que les (presque) champions français La Belle époque et de Eric Toledano et Olivier Nakache gardent plus vaillamment le cap vers une très respectable fin de carrière autour des deux millions d’entrées. Une barre symbolique que le film d’animation de chez DreamWorks pourrait bel et bien rater, puisque son public ciblé le désertera certainement en masse au profit de La Reine des neiges II, notre prochain champion !

Voici les principaux chiffres du Top 10 du box-office français entre le mercredi 13 et le mardi 19 novembre 2019 :

  1. J’accuse – distribué par Gaumont – Nouveauté – 501 228 entrées cumulées – 17 % part de marché
  2. Le Mans 66 – distribué par 20th Century Fox France – Nouveauté – 402 917 entrées cumulées – 13 % part de marché
  3. La Belle époque – distribué par Pathé – 2ème semaine / – 47 % – 301 927 entrées / 867 356 cumul – 10 % part de marché
  4. Hors normes – distribué par Gaumont – 4ème semaine / – 38 % – 237 055 entrées / 1 766 186 cumul – 8 % part de marché
  5. – distribué par Warner Bros. France – 6ème semaine / – 54 % – 214 963 entrées / 5 289 128 cumul – 7 % part de marché

6. Countdown – distribué par Metropolitan Filmexport – Nouveauté – 151 196 entrées cumulées – 5 % part de marché

7. – distribué par Walt Disney Studios France – 5ème semaine / – 55 % – 131 970 entrées / 2 534 381 cumul – 4 % part de marché

8. Abominable – distribué par Universal Pictures France – 4ème semaine / – 54 % – 120 298 entrées / 1 757 859 cumul – 4 % part de marché

9. – distribué par Metropolitan Filmexport – 2ème semaine / – 56 % – 104 749 entrées / 342 818 cumul – 3 % part de marché

10. – distribué par Sony Pictures Releasing France – 3ème semaine / – 55 % – 72 263 entrées / 531 019 cumul – 2 % part de marché


Charlie’s Angels © Sony Pictures Releasing France Tous droits réservés

Le titre si opportunément choisi pour le marché français, ainsi que pour la plupart des autres pays européens, de Le Mans 66 ne devrait pas faire oublier qu’il s’agit avant tout d’une histoire profondément américaine. Ford v Ferrari, comme le film de James Mangold s’appelle aux États-Unis, c’est la recette miracle qui mettra tout le monde d’accord sur la suprématie américaine, gagnée au prix d’un effort considérable, de beaucoup d’argent et d’une ingéniosité hors pair. Bref, c’est le rêve américain à l’ancienne qui s’impose en tête du box-office outre-Atlantique, là aussi en attendant la déferlante de la suite de La Reine des neiges. Avec ses plus de 31 millions de dollars, il fait certes moins bien que les films précédents du réalisateur, Logan sorti en mars 2017 avec 88 millions de dollars et Wolverine Le Combat de l’immortel avec 53 millions de dollars en juillet 2013. Mais puisque la comparaison entre ces productions de super-héros et une épopée historique autour d’une course d’endurance en voiture serait de toute façon bancale, saluons plutôt l’exploit de Le Mans 66 d’être un des très rares films à s’imposer cette année en tête du box-office américain, sans être une suite ou un remake, ni avoir de lien direct avec le monde fantastique, l’animation ou l’horreur. Jusqu’à présent, ils n’étaient hélas qu’au nombre de trois à répondre à ces critères pourtant pas si exclusifs : la comédie pubère Good boys de Gene Stupnitsky, le film de guerre Midway de Roland Emmerich et donc Le Mans 66.

En termes d’originalité, Charlie’s Angels de Elizabeth Banks a déjà beaucoup plus de soucis à se faire. Près de vingt ans après la première adaptation cinématographique de la série à succès des années 1970, cette nouvelle génération de drôles de dames rate assez lamentablement son démarrage. Même si l’on considère que le match entre la deuxième et la quatrième place s’est tenu cette semaine dans un mouchoir de poche, il n’y a rien de positif à tirer de moins de neuf millions de dollars pour un premier week-end à l’affiche dans près de 3 500 salles. La moyenne par copie du film tant soit peu porté par Kristen Stewart et consœurs est ainsi très médiocre, plus de trois fois inférieure par rapport à son concurrent viril direct. Et ne parlons même pas des 40 millions de dollars engrangés par Charlie et ses drôles de dames de McG en novembre 2000 et des chiffres similaires de Charlie’s Angels Les Anges se déchaînent du même réalisateur en juin 2003 ! Enfin, la troisième nouveauté à se hisser dans le Top 10, à la septième place avec un peu plus de cinq millions de dollars, la comédie de gangsters d’un certain âge L’Art du mensonge de Bill Condon avec Ian McKellen et Helen Mirren ne réussit guère à renouveler l’exploit de Red de Robert Schwentke, qui avait créé l’événement à l’automne 2010, grâce à son premier week-end à 21 millions de dollars.

Parmi les films en continuation, comment ne pas parler, pour changer, du Joker de Todd Phillips. Grâce à ses résultats exceptionnels sur le marché américain et à l’international, le trip de folie porté à bout de bras par Joaquin Phoenix devient le premier film interdit aux moins de seize ans à rapporter plus d’un milliard de dollars dans le monde ! Une somme rondelette dont l’immense majorité des films ne peut que rêver, comme par exemple Doctor Sleep de Mike Flanagan qui perd quatre place et plus de 57 % de son public en deuxième semaine, Terminator Dark Fate de Tim Miller qui quitte le Top 10 en troisième semaine avec tout juste 56 millions de dollars cumulés ou bien Gemini Man de Ang Lee, désormais en dehors du Top 30 avec une cagnotte encore plus pitoyable pour ce genre de film à gros effets spéciaux de 48 millions de dollars. Au moins notre trio gagnant de sorties limitées de ces dernières semaines se maintient globalement bien, puisque The Lighthouse de Robert Eggers approche des dix millions de dollars et que Jojo Rabbit de Taika Waititi et Parasite de Bong Joon-ho font quasiment match égal à respectivement 13 millions et 14 millions de dollars cumulés !

Voici les principaux chiffres du Top 5 du box-office américain pour le week-end se terminant le dimanche 17 novembre 2019 :

  1. Le Mans 66 – distribué par 20th Century Fox – Nouveauté – 31 474 958 $ cumulés
  2. Midway – distribué par Lionsgate – 2ème semaine / – 52 % – 8 505 531 $ / 34 896 304 $ cumul
  3. Charlie’s Angels – distribué par Sony – Nouveauté – 8 351 109 $ cumulés, sortie française le 25 décembre
  4. Playing with fire – distribué par Paramount – 2ème semaine / – 34 % – 8 332 607 $ / 25 280 431 $ cumul, sans date de sortie en France
  5. – distribué par Universal – 2ème semaine / – 43 % – 6 493 930 $ / 22 369 695 $ cumul, sortie française le 27 novembre

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles