Killing Bono

Killing BonoKilling Bono

Britannique : 2010
Titre original : Killing Bono
Réalisateur : Nick Hamm
Scénario : Dick Clement
Acteurs : , ,
Distribution : Pyramide Distribution
Durée : 1h54
Genre : Comédie
Date de sortie : 3 août 2011

Globale : [rating:2.5]
[five-star-rating]

Attachez les fans de U2 et des quatre irlandais dans le vent, il va y avoir des émeutes devant les cinémas cet été ! Inspiré d’une histoire vraie très librement adaptée, Killing Bono est présenté comme le film pop rock venu d’outre manche de l’été. Alors, on trépigne d’impatience à l’idée de le voir, comme il y a quelques années avec Good morning England. Et au final, on est un peu déçu…

Synopsis : Neil et Ivan Mc Cormick , deux lycéens, montent leur groupe au lycée et se retrouvent très vite en concurrence avec leurs camarades de classe et amis qui montent un groupe appelé « the hype » rebaptisé par la suite« U2 ». Quand Bono propose à Neil de prendre Ivan dans son groupe, Neil décline sa proposition sans consulter son frère. Les deux frères Mc Cormick tentent alors de se faire un nom sur la scène musicale pour devenir plus célèbres que U2.

Killing Bono

Le Robert Sheehan show

Robert Sheehan c’est le petit irlandais qui a réussit à se faire un nom en peu de temps. Sa petite gueule d’ange, son accent irlandais et ses répliques corrosives ont fait de lui le chouchou des fans de la série anglaise Misfits. Dans Killing Bono, on s’attend à revoir ce genre de personnage un peu décalé qui n’a pas la langue dans sa poche. Et c’est plus ou moins le cas. Même si Ivan est beaucoup plus sage que le Nathan de Misfits, il use toujours à merveille de cette ironie qui fait sa marque de fabrique. Cependant, Robert Sheehan nous dévoile une nouvelle gamme de couleurs à sa palette de comédien, et reste d’une justesse et d’une crédibilité sans faille du début à la fin, aussi bien dans les moments de doute que dans les moments de rage.

Robert sheehan par ci, Robert Sheehan par là… Pourtant les autres acteurs ne sont pas en reste et on remarquera l’interprétation haute en couleur de Pete Postlethwaite (Inception, Romeo + Juliette…), en propriétaire gay sexagénaire qui aime faire la fête comme un ado de 16 ans dont les parents ont déserté le cocon familial pour le week-end.

A vrai dire, les personnages possèdent tous un petit grain de folie, une petite touche particulière qui les rendent uniques et participent à rendre ce film plaisant.

Itinéraire d’un gros raté

Killing Bono c’est l’histoire de l’ascension de U2 vers les sommets de la gloire, mais aussi et surtout la descente aux enfers d’un loser de première catégorie, entrainant les personnes qui lui sont chères avec lui dans sa chute. Les histoires des deux groupes se construisent en parallèle : Plus U2 devient célèbre, plus Neil Mc Cormick sombre jusqu’à en devenir pathétique. Que ressentir si ce n’est de la pitié face à ce personnage qui détruit son frère et son groupe par orgueil et qui se détruit lui-même par la même occasion ? Chaque décision qu’il prend s’avère catastrophique et l’on voit ce personnage s’enliser dans la boue alors qu’il cherche à en sortir.

Face à lui, Bono est LE gentil par excellence. Non, monsieur Bono n’a pas la grosse tête et oui, même célèbre, il est toujours présent pour aider ses vieux copains du lycée. Bono est cool, Bono est aimable, Bono est grand (enfin pas tant que ça si on enlève son chapeau), Bono est parfait. Ok, on le sait tous, Bono c’est un chic type qui pourrait récolter des prix Nobel de la paix, mais est-il bien utile d’en rajouter ? Son personnage en devient terriblement fade et bien peu rock n’ roll.

Killing Bono

Looking for U2

Autant le dire tout de suite, les fans de U2 seront terriblement déçus. On ne voit quasiment pas les membres du groupe (ou du moins les acteurs qui les représentent….) pas plus que l’on entend leurs chansons. On s’attendait à un film rock qui allait faire sauter les fauteuils rouges des salles obscures, on se retrouve avec un film bien mené malgré quelques longueurs, mais qui déçoit un peu côté musique. Alors que reste-t-il à ce film ? Il lui reste la fraîcheur d’une comédie sans prétentions et la joie de l’atmosphère irlandaise.

Tout le film joue sur le comique de situation, sur la fraicheur des acteurs qui parviennent à faire passer de l’humour dans un texte et un scénario presque banal… au final, les situations deviennent cocasses et on se surprend à sourire voire à rire devant les pérégrinations de cette équipe de bras cassés passionnée et ambitieuse.

Résumé :

Killing for Bono n’offre pas le plaisir d’un Good morning England et n’atteindra pas le statut de film rock n’ roll qu’on s’attendait à lui donner. On ne peut pas parler d’échec total non plus : Le film doit beaucoup à la performance de ses acteurs qui insufflent une certaine fraicheur dans un scénario presque fade. Les amoureux de l’Irlande qui connaissent la légendaire ambiance qui fait la réputation de ce pays regarderont néanmoins ce film avec le sourire aux lèvres.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=KFfbCBO_bng[/youtube]

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Claudine

Cet article a été rédigé par Claudine Jonard, Rédactrice de Critique Film.