Footnote

0
152
Footnote de Joseph Cédar

Footnote de Joseph Cedar avec Shlomo Bar-Aba

Israël : 2011
Titre original : Hearat Shulayim
Réalisateur : Joseph Cedar
Scénario : Joseph Cedar
Acteurs : Shlomo Bar-Aba, ,
Distribution : Haut et Court
Durée : 1h45
Genre : Drame
Date de sortie : 30 novembre 2011

Globale : [rating:3][five-star-rating]

Pour son 5e long métrage, Joseph Cédar évoque encore l’univers juif et religieux dans lequel il place deux philologues (science historique la civilisation juive), qui appartiennent à la même famille : un père et un fils. Le réalisateur choisit de mettre en scène un film indépendant, au particularisme culturel juif mais également universel.

Synopsis : Les Shkolnik sont chercheurs de père en fils. Alors qu’Eliezer Shkolnik, professeur puriste et misanthrope a toujours joué de malchance, son fils Uriel est reconnu par ses pairs. Jusqu’au jour où le père reçoit un appel : l’académie a décidé de lui remettre le prix le plus prestigieux de sa discipline. Son désir de reconnaissance éclate au grand jour.

Footnote de Joseph Cédar

Une comédie aux aspects techniques originaux

Cette tragi-comédie repose sur deux grands thèmes : Religieux et culturels. Grâce à aux aspects techniques les deux thèmes savent s’enfiler et parviennent à se mêler tout en se distinguant. Avec un ton sarcastique et parfois cynique, les dialogues, pauvres en quantité, possède une riche qualité de vocabulaire (le père parle très peu, tout passe par son visage qui dégage toujours une grande émotion). Ils sont effectivement toujours nécessaires à la compréhension du lecteur tout comme les plans. Le réalisateur montre une bel qualité filmique grâce à des plans moyens ou rapprochés toujours très bruts.

Les gros plans sont également très importants puisqu’ils servent principalement à faire ressentir aux spectateurs absolument toutes les émotions des personnages. Donc chaque plans est utile et nécessaire pour guider le spectateur. Le son aussi, est nécessaire à la compréhension des émotions (lorsque le père met son casque on entend ce que LUI entend), ainsi nous sommes facilement plongés dans les univers des personnages.

Grâce à la mise en scène intense, le spectateur est toujours guidé et jamais lâché. Dès les premières minutes du film, on nous donne toutes les anecdotes et informations clés qui nous aideront à comprendre les deux caractères principaux ainsi que leurs futurs situations.

Un grand bravo également au musicien qui a su tenir le rythme. Une musique classique tantôt dense, tantôt lente lorsque les situations s’y prêtent, surtout lors des moments clés. On assiste à quelques moments de suspens souvent angoissants grâce à l’accélération et à l’enchainement de gros plans et d’une musique classique violente. Grâce à tous ces aspects techniques le réalisateur a su tenir en haleine le spectateur, ignorant à chaque minute ce qu’il pourrait se passer ensuite.

Footnote de Joseph Cédar

La relation père/fils valorisée

On ne saurait pas très bien donner un genre à Footnote. Comédie ? tragédie ? Car le film fait sourire mais aborde en profondeur des sujets douloureux. Le film repose sur l’histoire d’une famille juive mais aborde avant tout la question de la relation père/fils. Ces deux hommes font le même métier. Le problème c’est que le fils est reconnu par la profession, tandis que l’autre aura travaillé toute sa vie pour n’obtenir aucune récompense. Une relation à laquelle le spectateur pourra facilement s’identifier puisqu’elle se voit être universelle.

Dès le début du film, on ressent cette tension familiale. Une tension que le réalisateur définit comme « un nœud qu’il s’applique à développer tout au long du récit ».En effet, le réalisateur réussi son coup. Leur relation est extrêmement compliquée, et grâce à tous les détails techniques abordés ci-dessus, l’histoire est rendue claire et simplifiée. Durant tout le film on assistera aux deux points de vue des personnages : l’un actif et l’autre passif. Grâce aussi au montage, le réalisateur a su dérouler son histoire de façon propre et précise sans jamais perdre le spectateur, malgré quelques longueurs (le film dure près de deux heures).

Au court de Footnote, on ne verra pratiquement que des hommes, symbolisant la culture et l’intelligence contrairement aux femmes qui n’ont « qu’un seul rôle : celui d’être mère ». On verra également le petit fils adolescent, sur lequel aussi le père exerce une pression concernant l’avenir professionnel. Footnote est donc avant tout basé sur les complications intergénérationnelles au sein des familles juives.

Résumé

Footnote est un film qui change de l’ordinaire, très bien travaillé grâce aux plans et au son, qui permettent au spectateur de toujours bien comprendre le film. Même s’il finit un peu en nœud de boudin, on peut s’inventer deux fin potentielles. Avec quelques longueurs, le film sera sans doute peu vu par le public populaire qui ne se ressentira pas vraiment d’intérêt à le voir.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=U-g068IuXOI[/youtube]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici