Downton Abbey Saison 4 Episode 4

La semaine dernière, avait choqué. Cette semaine, Downton Abbey apaise. Anna est toujours en prise avec sa détresse, suite à son agression. Au grand malheur de son mari qui ne comprend pas les raisons de ce désespoir. , elle, continu de développer des intrigues indépendantes des personnages principaux de Downton. Elle introduit de nouveaux paramètres et ouvre vers d’autres horizons plus qu’elle ne construit sa relation avec les habitants du domaine. Ainsi, nous accueillons le premier personnage noir de la série, le jazzman ().

Au-delà des nouvelles possibilités offertes, Julian Fellowes clôt plusieurs intrigues. Il s’évertue à faire repartir la série sur des bases solides. Avec des personnages dont on arrive mieux à deviner l’état d’esprit. Mary n’est pas prête à aimer à nouveau. Et on s’en réjouit, car les événements menant à la demande en mariage se sont déroulés avec une rapidité peu downtonesque () n’était pas désagréable mais nous le connaissions à peine qu’il fallait déjà l’envisager en tant que personnage récurrent. Une arrivée précipitée qui ne convenait pas à l’élégance de la série. Pour un départ qui ne lui convient peut-être pas non plus.

De son côté, le pauvre Tom n’est plus voué à continuellement se questionner sur sa position. Ni à se laisser manipuler par Edna. Grâce à l’intervention divine de Mrs. Hughes, c’est avec un grand soulagement que nous voyons ce personnage s’enfuir. Jusqu’au dernier moment, plusieurs scènes dessinaient un futur où elle serait la malicieuse complice de Thomas. Mais, à l’inverse de ce qu’on pouvait imaginer, le personnage disparaît avant la fin de l’épisode. Elle est poussée au départ d’une facilité déconcertante. Comme pour Lord Gillingham finalement. Si ces empressements peuvent étonner, ils apportent cependant une vraie surprise.

Lady Rose- Jack Ross

De plus, la décision de clore ces deux histoires fait réfléchir sur les prévisions pour les prochains épisodes. Plusieurs scènes faisaient déjà penser à un rapprochement prochains entre Mary Crawley et Tom Branson. Et la résolution de leurs intrigues respectives renforce cette sensation. Ils disent simultanément adieux à deux possibilités amoureuses, plus ou moins séduisantes. Les moments partagés entre les deux personnages se font toujours sincères, dans une estime mutuelle évidente. Et ils sont de plus en plus nombreux car la confiance grandit au sein de ce duo. D’autant plus qu’ils travaillent désormais ensemble. Les épisodes suivants nous diront qu’elle sera la nature de cette relation, mais le parallélisme scénaristique de cet épisode mène discrètement vers quelque chose.

Et c’est sur ces approches subtiles que la série est forte. Elle excelle dans l’art d’amener les histoires l’air de rien. Un art qu’elle exerce, même dans les moments difficiles. Elle aime éloigner le spectateur des chemins tracés. En chassant plusieurs intrigues qu’on s’attendait à voir durer, cet épisode nous montre que Downton Abbey n’a pas perdu de cette finesse. Depuis le début de la saison, le spectateur a été amené à prendre des chemins balisés. Pour finalement revenir brusquement en arrière afin d’emprunter de séduisants petits sentiers. Une marche plus longue que prévue. Le spectateur ne va-t-il pas se lasser de cette longue promenade  ?

Car ses pérégrinations pourraient agacer, surtout lorsqu’elles sont résolues de manière si brutales. Cependant, ces atermoiements scénaristiques permettent de donner de la profondeur aux personnages, du réalisme à leurs réactions. Au détriment du réalisme de l’histoire, peut-être. Surtout que dans des saisons qui comptent 9 épisodes, les minutes sont comptées. Il ne faudra pas perdre les intrigues principales en chemin, à cause de changements de direction successifs qui leur auraient fait perdre un temps précieux. Cependant, seuls les prochains épisodes pourront nous dire si ces craintes s’avèrent justifiées. D’ailleurs, vous pouvez d’ors et déjà voir la bande annonce du prochain épisode :

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=w6HViIcIV-Q[/youtube]

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Charline Chasseriaud