Dexter Saison 8 Episode 12 – Remember The Monsters

fait ses adieux dans un plutôt surprenant…

Ce qui devait arriver, arriva : Dexter tire sa révérence de la télévision, après huit années de bons et loyaux services, à traquer et dénicher les serial killers qui passent par Miami. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que nombreux furent les témoins de son départ : 3.3 millions de spectateurs, soit un record pour la série après le Season Premiere de la saison 8 et le final de la saison 7 ! Est-ce que ce tout dernier épisode est à la hauteur de la réputation du tueur en série préféré des américains ?

La réponse n’est pas limpide : il y a en quelques sortes deux sentiments qui prônent. Le premier, c’est une petite déception car on pouvait espérer une fin quelque peu plus enlevée, rythmée et surtout, meurtrière. Mais après réflexion, et au vu de la saison qui vient tout juste de s’écouler, on se dit que cette fin est la plus logique qu’il y aurait pu avoir. Voici pourquoi.

Au cours de cette saison, plusieurs éléments ont poussé Dexter à changer ses méthodes, à se questionner sur sa place dans le monde et sur ce qu’il faisait (sa rencontre avec Vogel, notamment). Les choix qu’il a eu à faire ont précipité certains événements (la mort de Vogel, de Zach, de Cassie, de Deb aussi) et changé sa perception. Le retour d’ fut également un élément déclencheur, tout comme la prise de distance de sa sœur au tout début.

Au fil des épisodes, Dex a réalisé qu’il était sans doute bien plus qu’un rat de laboratoire pour le Dr Vogel et qu’il est, lui aussi, capable d’éprouver des sentiments comme tout le monde. Chose qui paraissait impossible il y a quelques saisons, son Passager Noir lui refusant ce luxe. Nous avons eu un Dexter plus humain que jamais. Mais la vraie question qui s’est posée maintes fois est la suivante : peut-il se permettre une vie normale ? En a-t-il la possibilité ? Est-ce compatible avec ce qu’il est ? Tout le monde se rappelle de la mort de Rita. Et malgré tout ce qu’il aura fait pour la protéger, aura beaucoup souffert de cette relation.

Remember the monsters - Dexter-Hannah

Tous les événements qui se sont produits récemment l’on conduit à cette terrible réalité : il ne peut que faire souffrir ceux qu’il aime. C’est pour cela qu’il a confié Harrison à Hannah, il savait qu’il serait en sécurité avec elle. C’est aussi la raison pour laquelle il a décidé de disparaître. Il ne sera jamais comme tout le monde, car c’est un sociopathe. Dès qu’il a su qu’il ne pouvait plus rien faire pour sauver Deb, sa vie « normale » perdait tout sens et son instinct reprenait le dessus. C’est pour cela qu’il a pris le temps d’emmener le corps inerte de sa sœur et de le jeter dans l’océan. Devant ce traumatisme, c’était sa seule manière de réagir. C’est aussi pour ça qu’il a pris le risque de se dévoiler en allant tuer Saxon de ses propres mains.

Sa quête désespérée d’humanité était ainsi vouée à l’échec : c’est dans la solitude qu’il devra demeurer. Au moins ne fera-t-il plus de mal à ceux qu’il aime. Et c’est sans nul doute là le plus grand sacrifice que Dexter pouvait faire. Sans doute aussi la plus belle preuve d’amour à l’égard d’Hannah et Harrison.

En d’autres termes, cette conclusion de l’histoire personnelle de Dexter Morgan certainement la plus logique de toutes. Peut-être pas la plus attendue, mais la plus probable. En cela est sa réussite.

L’émotion est bien évidemment au rendez-vous, toutes les scènes avec Debra étant tout simplement attendrissantes. Les flashbacks au moment de la naissance d’Harrison étaient très bien amenés et les actions de Dex vont de pair avec l’image décrite par Deb : le grand frère protecteur. Il offre la meilleure sécurité en disparaissant de leurs vies (cela pourrait paraître contradictoire).

Michael C. Hall était, est et restera toujours Dexter pour beaucoup d’entre nous. Il aura grandi avec ce personnage, nous aura fait trembler, vibrer et prendre bien du plaisir pendant huit années. Sa dernière partition fait partie de ses meilleures, car il fallait montrer un Dexter décimé par les émotions et ce fut remarquable.

On demeurera sans doute avec des questions… Tout n’aura pas été exploré et le reste du cast restera dans l’inconnu… Mais après tout, c’était l’histoire de Dexter, non ?

Remember The Monsters - Dexter

Qu’aurait-il fallut de plus à ce final ? Il était à l’image de cette saison 8, surprenant, différent, plus humain. De ce fait, la cohérence aura été respectée et les scénaristes sont allés au bout de leurs idées. Est-ce la meilleure fin pour Dexter ? Pour certains, oui. Pour d’autres, non. Pour moi, ça ne fait aucun doute…à un bémol près : voir Dexter avec une barbe épaisse en tenue de bûcheron a de quoi faire sourire et fait quelque peu « cliché ». Laisser planer un doute sur sa mort aurait été sans doute plus intéressant.

Donc, Dexter, merci pour toutes ces belles années, ton générique d’intro génial et ta voix off… Maintenant, écoutez Born Free d’Andy Williams et repensez avec nostalgie à vos soirées à Miami en mangeant un sandwich au porc…

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
William

Cet article a été rédigé par William Dang Ha, chroniqueur séries TV de Critique Film.fr.

(1) Reader Comment

  1. Avatar

    Tous les avis sont dans la nature. Mais là, tout de même, lire un avis aussi mou du genou sur le final d’une série télévisuelle, qui autrefois, était une des plus brillantes sur le marché, c’est incroyable.

    La saison 8 aura été d’une nullité sans nom, ne faisant que prouver que les scénaristes étaient à bout de souffle depuis au mois 3 saisons.

    Réutilisation de grosses ficelles vues et revues dans Dexter, personnages vides et sans intérêt (Vogel devait être le gros truc de cette dernière saison, elle ne sert à rien, ennuie, et meurt dans l’indifférence générale), sous-intrigues qui ne vont absolument nulle part (Masuka et sa fille : WTF ? – Deb et Quinn ensemble, alors que Deb semblait pencher pour un amour transgressif avec son demi-frère), séquence finale sur le bateau baclée, relevant d’un projet de lycéens s’essayant au fond vert, Dexter qui vole le corps de sa soeur, tranquilou (fous rires garantis), le fait qu’un homme arrive en sang dans un hopital qui semble surprendre et rassembler tout le personnel, comme si ça n’arrivait jamais (on est pas dans un hopital, justement ?). Cerise sur le gateau, la logique qui veut qu’un serial killer se prive de son fils, en le laissant cependant en Argentine, avec un autre serial killer, qui aura essayé de tuer sa soeur et qu’il n’a fréquenté que quelques semaines… Bravo. Quel serie’s finale !

    Mais ça n’a pas dérangé notre ami critique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *