Nécrologie News — 14 octobre 2019
Décès de l’acteur Robert Forster
© 1997 Miramax Tous droits réservés

L’acteur américain Robert Forster est décédé le 11 octobre à Los Angeles d’un cancer du cerveau. Il était âgé de 78 ans. Un acteur incontournable de seconds rôles dans des films de genre plus ou moins mythiques au fil d’une carrière longue d’un demi-siècle, Forster avait été élevé au panthéon du cinéma en 1997, grâce à Quentin Tarantino qui lui avait proposé d’interpréter Max Cherry, le garant de caution dans le chef-d’œuvre Jackie Brown. C’était là une de ces opportunités d’une renaissance insoupçonnée dont le réalisateur détient le secret, suivie pour Forster par de nombreux autres rôles, notamment chez David Lynch, dans et sa série culte «  ».

© 2011 Fox Searchlight Pictures / 20th Century Fox France Tous droits réservés

Après avoir fait ses premiers pas au théâtre au milieu des années 1960, Robert Forster avait débuté sa carrière de cinéma en 1967 avec son premier rôle aussi bref qu’important : celui du jeune soldat dans Reflets dans un œil d’or de John Huston, chevauchant à poil et devenant la cible de tous les fantasmes. Par la suite, il enchaînait les rôles dans le western L’Homme sauvage de Robert Mulligan, Justine de George Cukor, ainsi qu’un premier rôle dans le plus expérimental Medium Cool de Haskell Wexler. Les années ’70 constituaient la première période faste dans la vie professionnelle de l’acteur, la vedette de la série policière « Banyon » et à l’affiche dans des films tels que Journey through Rosebud de Tom Gries, Don Angelo est mort de Richard Fleischer, Les Risque-tout de Mark L. Lester, de Corey Allen, la production Disney de Gary Nelson et le jouissif L’Incroyable alligator de Lewis Teague. Après un dernier classique de la série B, de William Lustig, et son premier rôle de méchant dans Delta Force de Menahem Golan en 1986, Robert Forster avait dû affronter une longue traversée du désert, tout juste ponctuée de participations à des films comme La Baie d’éméraude de Jess Franco et L’Arme blanche de Frank Cappello.

© 2016 David Appleby / Focus Features / SND Tous droits réservés

Jusqu’en 1997 et sa redécouverte par Tarantino donc, à travers ce rôle magistralement interprété dans Jackie Brown, qui contribuait une âme à la valeur inestimable à l’adaptation de Elmore Leonard. (Vous l’aurez compris, on est inconditionnellement fan du film en général et de ce personnage en particulier, la décontraction et la classe incarnées !) Dès lors, le nom de Robert Forster avait repris du galon à Hollywood, un regain de notoriété qui s’était soldé par des rôles chez des réalisateurs aussi prestigieux que Gus Van Sant (), les frères Farrelly (Fous d’Irène), David Lynch (Mulholland Drive), Michel Gondry (), James Foley (Confidence) et McG (Charlie’s Angels Les Anges se déchaînent). A partir du milieu des années 2000, l’acteur s’était principalement tourné vers la télévision, dont très récemment dans « Twin Peaks The Return » de David Lynch dans le rôle du shérif Frank Truman, même s’il apparaissait encore à peu près régulièrement dans des films comme de Richard Loncraine, Slevin de Paul McGuigan, de Renny Harlin, Rise de Sebastian Gutierrez, de Mark S. Waters, The Code de Mimi Leder, The Descendants de Alexander Payne, La Chute de la Maison blanche de Antoine Fuqua, La Chute de Londres de Babak Najafi et Jésus l’enquête de Jon Gunn. Son dernier rôle dans « El camino Un film Breaking Bad » de Vince Gilligan est désormais disponible sur Netflix, depuis le jour de sa mort.

Twin Peaks The Return © Showtime Tous droits réservés

Robert Forster a été nommé à l’Oscar du Meilleur acteur dans un second rôle pour Jackie Brown en 1998. Il a de même été nommé au Screen Actors Guild Award du Meilleur ensemble pour The Descendants en 2012.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles