Damages, saison 5, épisode 5

0
285

Sans faire d’étincelles, la cinquième saison de Damages clos sa première moitié sans se corrompre non plus. L’occasion de multiplier les éléments avec crédibilité et justesse.

Le samouraï, vite expédié, ne sera pas mort pour rien. L’affaire prend de l’épaisseur, cette semaine, le long du cheminement de Patty, aidée par ses nouvelles ressources. Le but : obtenir les rapports de l’enquête sur Naomi Walling, ordonnée par sa propre banque. Et espérer trouver des traces de sa relation avec Channing McClaren. En vain.

D’abord confrontée à Bennett Herreshoff, CEO de Princefield Investment, Patty Hewes apprend que l’enquête a été transférée à la SEC, dirigée par un certain Clark Reinsdorf. Maligne, l’avocate n’attend pas avant de faire chanter le responsable, le menaçant d’exposer son inaction par rapport aux mouvements d’argent illégaux dont il avait connaissance, ceux de la Princefield. Un pari réussi.

Patty, si elle n’obtient pas des éléments à charge contre Channing, découvre un enregistrement qui pourrait lui faire du tort. Puisque qu’il ressort que Bennett Herreshoff pourrait être bien plus coupable qu’il n’y paraît, lui qui entretenait une relation avec son employé, Naomi Walling, alors décidée à rompre.

Elle y était presque mais, trop tard, Ellen ne mettra pas la main dessus pour l’instant. Peut-être la débutante aurait-elle du passer moins de temps à rêver de ses vieux démons : une prolongation de la magistrale scène d’agression de la saison 1. Patience, la boucle sera bientôt bouclée.

Plus intriguant, le passé de Kate et Patty refait doucement surface. Et s’incarne aujourd’hui par la première apparition du mourant qui semble les lier. Un vieil homme qui connaissait la mère de Patty ; peut-être son père, son beau-père. Et peut-être, aussi, le père de Kate. Liant les deux avocates par le sang : soeurs ou demi-soeurs. Une exploration bienvenue dans la – trop mystérieuse – jeunesse de Patty, à 5 épisodes de la disparition du personnage.

Tandis que, moins transcendant mais potentiellement important, les scénaristes lèvent le voile sur l’enfant de Channing. Une manière subtile, effleurant le touchant, d’adresser les aspects particuliers de la personnalité du personnage, talentueux mais renfermé sur lui-même, à la limite de l’autisme. Un parallèle bien mené.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici