César 2024 : le palmarès

0
290

Justine Triet Meilleure réalisation pour Anatomie d’une chute © 2024 Académie des César Tous droits réservés

Extrêmement chargé en remises de prix de cinéma en tout genre, le week-end qui vient de se terminer s’était ouvert vendredi, le 23 février, avec la 49ème cérémonie des César, à L’Olympia à Paris. Placée sous la présidence de l’actrice et réalisatrice Valérie Lemercier, elle a été animée pour la deuxième année de suite par un groupe de maîtresses et maîtres de cérémonie. Le grand gagnant de la soirée était, sans surprise, Anatomie d’une chute de Justine Triet qui est reparti avec six trophées dont ceux du Meilleur Film et de la Meilleure réalisation. Dans les catégories techniques, c’est son rival direct Le Règne animal de Thomas Cailley qui a fait le plein avec cinq trophées. Enfin, comme annoncé déjà précédemment, l’actrice, scénariste et réalisatrice française Agnès Jaoui et le réalisateur et producteur anglais Christopher Nolan ont reçu des César honorifiques, remis respectivement par Jamel Debbouze et Marion Cotillard.

Or, l’heure n’était pas uniquement à la fête du meilleur du cinéma français vendredi soir. En début d’émission, transmise comme le veut la tradition en direct, en clair et en exclusivité sur Canal +, l’actrice Judith Godrèche avait pris la parole pour dénoncer le trop long silence dans le milieu du cinéma en France sur les abus sexuels et autres agressions et faits de harcèlement. Au début du mois, elle avait porté plainte pour viols avec violence contre le réalisateur Benoît Jacquot et avait également mis en cause le réalisateur Jacques Doillon.

Pour en revenir aux prix, le fait marquant de cette cérémonie des César était seulement le deuxième de la Meilleure réalisation remis à une réalisatrice, en l’occurrence Justine Triet pour Anatomie d’une chute, vingt-quatre ans après Tonie Marshall alors victorieuse pour Vénus Beauté [institut]. Alors que l’Académie du cinéma français a pour habitude valeureuse de nommer assez régulièrement des réalisatrices, en termes de lauréates, elle fait encore moins bien que son pendant américain, qui s’était rattrapé tant soit peu et tardivement en récompensant Kathryn Bigelow, Chloé Zhao et Jane Campion. Quant à l’actrice allemande Sandra Hüller, elle devient la deuxième actrice germanophone couronnée du César de la Meilleure actrice après la mythique Romy Schneider, doublement primée en 1976 et ’79 pour L’Important c’est d’aimer de Andrzej Zulawski et Une histoire simple de Claude Sautet.

Enfin, comme on vient de l’apprendre, Anatomie d’une chute n’a finalement pas renouvelé l’exploit de La Nuit du 12 de Dominik Moll, le grand gagnant de l’année dernière qui avait décroché dans la foulée, trois jours plus tard, le César des lycéens. C’est Je verrai toujours vos visages de Jeanne Herry qui a été plébiscité par près de 2 300 élèves. Le César des lycéens sera remis le mercredi 20 mars dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne en présence de la ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse Nicole Belloubet et de la présidente de l’Académie des Arts et Techniques du Cinéma Véronique Cayla.

Sandra Hüller Meilleure actrice dans Anatomie d’une chute © 2024 Académie des César Tous droits réservés

Meilleur Film : Anatomie d’une chute de Justine Triet, produit par Marie-Ange Luciani et David Thion
Meilleure réalisation : Justine Triet pour Anatomie d’une chute
Meilleure actrice : Sandra Hüller dans Anatomie d’une chute
Meilleur acteur : Arieh Worthalter dans Le Procès Goldman
Meilleure actrice dans un second rôle : Adèle Exarchopoulos dans Je verrai toujours vos visages
Meilleur acteur dans un second rôle : Swann Arlaud dans Anatomie d’une chute

Arieh Worthalter Meilleur acteur dans Le Procès Goldman © 2024 Académie des César Tous droits réservés

Meilleur scénario original : Anatomie d’une chute par Justine Triet et Arthur Harari
Meilleur scénario adapté : L’Amour et les forêts par Valérie Donzelli et Audrey Diwan
Meilleur Film étranger : Simple comme Sylvain (Canada) de Monia Chokri
Meilleur Documentaire : Les Filles d’Olfa de Kaouther Ben Hania, produit par Nadim Cheikhrouha
Meilleur Premier Film : Chien de la casse de Jean-Baptiste Durand, produit par Anaïs Bertrand
Meilleur long-métrage d’animation : Linda veut du poulet ! de Chiara Malta et Sébastien Laudenbach, produit par Marc Irmer, Emmanuel-Alain Raynal et Pierre Baussaron

Adèle Exarchopoulos Meilleure actrice dans un second rôle dans Je verrai toujours vos visages © 2024 Académie des César
Tous droits réservés

Meilleure révélation féminine : Ella Rumpf dans Le Théorème de Marguerite
Meilleure révélation masculine : Raphaël Quenard dans Chien de la casse
Meilleure photo : Le Règne animal – David Cailley
Meilleur montage : Anatomie d’une chute – Laurent Sénéchal
Meilleure musique originale : Le Règne animal – Andrea Laszlo De Simone
Meilleurs décors : Les Trois mousquetaires D’Artagnan / Les Trois mousquetaires Milady – Stéphane Taillasson

Ella Rumpf Meilleure révélation féminine dans Le Théorème de Marguerite © 2024 Académie des César Tous droits réservés

Meilleurs costumes : Le Règne animal – Ariane Daurat
Meilleur son : Le Règne animal – Fabrice Osinski, Raphaël Sohier, Matthieu Fichet et Niels Barletta
Meilleurs effets visuels : Le Règne animal – Cyrille Bonjean, Bruno Sommier et Jean-Louis Autret
Meilleur court-métrage : L’Attente de Alice Douard, produit par Marie Boitard et Alice Douard
Meilleur court-métrage documentaire : La Mécanique des fluides de Gala Hernandez Lopez, produit par Ninon Chapuis, Thibault De Gantès et Lucas Le Postec
Meilleur court-métrage d’animation : Été 96 de Mathilde Bédouet, produit par Ninon Chapuis, Thibault De Gantès, Lucas Le Postec et Simon Ingelaere

Raphaël Quenard Meilleure révélation masculine dans Chien de la casse © 2024 Académie des César Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici