Test Blu-ray : Les anges de la nuit

0
Conçu comme une tragédie, jonglant avec des thématiques telles que la famille, la justice ou tout simplement la notion de bien et de mal, Les anges de la nuit place une série de personnages face à leur destin dans une intrigue de gangsters aux accents Shakespeariens. Les passions se déchaient, les personnages s’entrecroisent et se déchirent, mais au final, nul n’échappera à sa destinée, implacable ; dès les premières minutes du film, le spectateur sait pertinemment que cette intrigue se terminera dans le sang et les larmes – la mort plane en effet au-dessus de chacun des protagonistes du récit, attendant son heure, tel un couperet.

Test Blu-ray : Les deux sirènes

0
Une petite ville typiquement américaine quelque part au fin-fonds du Massachusetts, dans l’insouciance colorée des années 60 : Les deux sirènes s’offre le cadre idéal pour une comédie de mœurs gentiment décalée et pour esquisser le portrait subtil d’une femme libre, Mrs Flax, et de ses deux filles, aussi fantasques, complexes et libres que leur mère. Deux jeunes filles qui, malgré leur jeune âge – Charlotte, 15 ans et Kate, 9 ans – savent définitivement ce qu’elles veulent et ne semblent jamais dévier de leur objectif. Leur mère Rachel quant à elle, est d’avantage dans le flou quant à son existence, mais en femme libérée, elle a surtout une idée de ce qu’elle ne veut pas. Elle est persuadée d’aller de l’avant (« move on »), mais au moindre problème qu’elle rencontre, elle prend ses filles, ses clics et ses clacs et déménage (« move out »). Un vrai vent de liberté et de nostalgie souffle sur Les deux sirènes qui, sous couvert de tranche de vie familiale, nous offre un des récits de « coming of age » les plus authentiques et les plus bouleversants qui soient.

Test Blu-ray : Maniac

0
Véritable conte morbide, doublé d’une plongée dans la psyché dérangée d’un tueur en série, Maniac est qualifié sur la page Wikipédia qui lui est consacrée de « classique du cinéma d’horreur ». Et comment que c’est un classique ! Malgré une note sur le site de référence IMDb finalement assez peu élevée, surtout compte-tenu de son importance historique (6,5/10 – c’est à peine plus que la note accordée au remake de 2012), le film de William Lustig s’impose comme une véritable date dans l’Histoire du cinéma d’horreur. Papa de toute la vague de psycho-killers qui suivraient durant les années 80/90, Maniac s’impose comme le mètre étalon, le père fondateur pour tous les films de tarés qui ont bercé la jeunesse – et parfois les fantasmes – d’une génération entière de cinéphiles. On pense à des films tels que Cauchemars à Daytona Beach, Le sadique à la tronçonneuse, Rosemary's killer, Henry portrait d’un tueur en série ou encore Schizophrenia le tueur de l’ombre : ces films-cultes pour tant d’amateurs d’horreur / de dévoreurs de VHS et de video nasties des années 80 sont tous les enfants plus ou moins légitimes du chef d’œuvre de William Lustig, et il y a fort à parier finalement pour qu’aucun tueur de cinéma ne parvienne jamais à marquer autant les mémoires que celui incarné par Joe Spinell, littéralement « habité » par son rôle. Oui, bon, d’accord, c’est un lieu commun que d’affirmer cela, mais c’est vraiment le cas ici, d’autant que Spinell est également co-auteur du scénario : quel ado découvrant le film dans les années 80 ou 90 n’a pas imaginé un instant que Spinell était un véritable sadique ?

Test Blu-ray : Batman – Silence

0
Batman : Silence est à l’origine une histoire imaginée par Jeph Loeb et dessinée par Jim Lee. Complexe et mettant en scène un (très) grand nombre de personnages évoluant dans l’univers de Batman et de Superman, ce récit mettait en scène Silence (Hush), un machiavélique nouveau super-vilain. Le projet d’adaptation de cette histoire par les créatifs de chez DC Comics et Warner bros. Animation était un sacré challenge : non seulement le trait de Jim Lee contribuait grandement à la réussite de la série, mais surtout comment condenser une intrigue aussi riche en un dessin animé de quatre-vingt minutes sans en perdre la saveur ?

Test Blu-ray : Godzilla II – Roi des monstres

0
Cinq ans après le fréquentable Godzilla signé Gareth Edwards, le gros dino-reptile né du péril atomique revient donc au cœur de Godzilla II : Roi des monstres, une suite destinée à étoffer le « Monsterverse » imaginé par Warner et Legendary Pictures en 2014 et à préparer le public au duel qui opposera Godzilla à Kong courant 2020. Aux manettes de ce deuxième opus, on trouvera donc Michael Dougherty, qui nous avait fait bonne impression il y a quelques années avec le très amusant Krampus ; pour autant, on pourra d’entrée de jeu affirmer que sa vision du monstre japonais n’a pas grand-chose à voir avec celle de son prédécesseur Gareth Edwards, ni sur le fond, ni sur la forme...

Test Blu-ray : Vigilante

0
Le hasard (?) des sorties vidéo en France a permis aux deux plus importants représentants du « vigilante movie » d’arpenter de nouveau les rues de New York en ce glorieux mois d’octobre 2019, la mâchoire serrée et le flingue à la ceinture. Derrière la figure tutélaire de Paul Kersey, l'architecte badass incarné par Charles Bronson dans Un justicier dans la ville, se profile donc ici le récemment disparu Robert Forster (encore un hasard du calendrier que l’on ne pouvait prévoir) et son gang de nettoyeurs de rues façon puzzle au cœur du Vigilante de William Lustig, grâce au talent et à la passion du Chat qui fume – qui fume tous les loubards bien sûr !

Test Blu-ray : Vampire… Vous avez dit vampire ?

0
Presque 35 ans après la sortie du film dans les salles obscures, une question demeure concernant Vampire… Vous avez dit Vampire ?

Test Blu-ray : Child’s play – La poupée du mal

0
Qu'on aime ou qu'on aime pas la direction qu'a pris la saga Chucky depuis de nombreuses années, il faut reconnaître que Don Mancini est parvenu à créer, à partir d'un des pitchs les plus cons qui soient, un véritable culte autour de sa poupée tueuse, qui se perpétue de film en film grâce à une petite entreprise quasiment « familiale » dont le noyau dur reste inchangé depuis plus de 30 ans. Dès lors, on ne pourra finalement que comprendre le fait que Don Mancini ait refusé de confier le destin de son bébé en salopette à une bande de parfaits inconnus, et ait choisi de développer une série TV en reprenant ses personnages de son côté, en parallèle à la mise en chantier de Child's play : la poupée du mal, projet de reboot au cœur duquel il ne s'investirait pas du tout. Ce Chucky cuvée 2019 est donc une espèce d'enfant non désiré, ayant pourtant globalement plutôt réussi son entrée dans la cour des grands : outre 30 millions de dollars de recettes aux États-unis, le film a par ailleurs réuni 200.000 français dans les salles au début de l'été. Il y a donc fort à parier pour que cette excroissance à l'univers créé par Don Mancini connaisse lui aussi une ou plusieurs suites...

Test Blu-ray : Un justicier dans la ville 2

0
L’image finale d’Un justicier dans la ville était sans équivoque : le fait pour Paul Kersey de quitter New York pour une autre ville américaine ne ferait que déplacer le problème - voici donc Un justicier dans la ville 2.

Test Blu-ray : Mutations

0
Plus connu pour son travail de directeur photo sur les chefs d’œuvres de Michael Powell et Emeric Pressburger (Les chaussons rouges, Le narcisse noir...) que pour son travail en tant que metteur en scène, Jack Cardiff a néanmoins signé, derrière la caméra, quelques films très intéressants. S'il a surtout marqué les mémoires avec Le dernier train du Katanga (1968), l'heure de la redécouverte a sonné concernant son dernier film en tant que réalisateur : Mutations, sorti en 1975 en France – en province uniquement – sous le titre Mutations : Le monstre dénaturé. Qu'on se le dise, Mutations est un film bicéphale, un monstre à deux têtes : une œuvre méconnue et schizophrène qui mérite vraiment toute notre attention.

Test Blu-ray : Un justicier dans la ville

0
Film fondateur du « vigilante movie », Un justicier dans la ville est, on ne vous apprendra rien, un film prônant l’auto-défense.

Test Blu-ray : Entr’acte / Paris qui dort – Deux films de René Clair

0
Ambiance fantastique fortement teintée de surréalisme pour Entr'acte (23 minutes) et Paris qui dort (59 minutes), qui marquent en 1924 les premiers pas derrière la caméra pour René Clair. Deux films muets à redécouvrir de toute urgence...

Restons connectés

3,832FansJ'aime
2,817SuiveursSuivre
1,750AbonnésS'abonner

Derniers articles

Test Blu-ray 4K Ultra-HD : 300 – Édition Ultimate

0
Détendez-vous, les allergiques au cinéma d’action et/ou à la surenchère d’effets spéciaux numériques : 300 est juste un roman graphique qui prend vie sur le grand écran... et en 4K !

Test Blu-ray : J.F. partagerait appartement

0
Thriller « typique » des années 90, J.F. partagerait appartement place en tête d'affiche deux actrices qui, à l'image de toutes celles ayant fait les grandes heures du thriller 90's, ont aujourd'hui quasiment disparu de la circulation.

Test Blu-ray : Cul-de-sac

0
Difficile de mettre Cul-de-sac dans une « case » prédéfinie. Si le film met en scène des gangsters, on n'est pas pour autant en présence d'un véritable polar.

En librairie de cinéma depuis le mois d’avril 2021

0
Sous réserve d'un revirement sanitaire de dernière minute, les salles de cinéma françaises rouvriront enfin leurs portes dans moins de deux semaines. Elles le feront avec une telle avalanche de films – soit empêchés de trouver leur public par le deuxième confinement, soit restés sur les étagères des distributeurs pendant de longs mois – que le temps de tout voir manquera même aux cinéphiles assidus.

Test Blu-ray : Répulsion

0
S’il met en scène un personnage en proie au chaos psychique, Répulsion a l’intelligence d’amener le fantastique par touches subtiles.