Braqueurs

1
369
Braqueurs avec Bruce Willis et 50 cents

Braqueurs avec Bruce Willis, l'affiche du film

USA : 2011
Titre original : Setup
Réalisateur :
Scénario : Mike Gunther
Acteurs : , ,
Distribution : Distribution
Durée : 1h21
Genre : Thriller, Action
Date de sortie : 3 janvier 2012 en DTV

Globale : [rating:2][five-star-rating]

Un film d’action en direct-to-dvd avec 50 Cent et, comble du cameo, Bruce Willis ? Mais il fallait le dire tout de suite ! Quand les petites stars se prennent pour des grandes et quand les grandes tombent bien bas, cela donne Braqueurs, un thriller banal et sans prétention hélas bouffé par ses guests stars « prestigieuses ».

Synopsis : Afin d’éponger ses dettes, Vincent organise un casse avec ses amis de longue date, Sonny et Dave. Une fois le butin récolté, Vincent tire sur ses amis pour empocher l’intégralité des fonds. Sonny échappe de peu à la mort et n’a plus qu’une seule idée en tête : se venger de Vincent. Il va alors s’associer à Biggs, le boss de la mafia de Detroit, pour le piéger…

Braqueurs avec Bruce Willis et 50 cents

Cela fait maintenant presque dix ans que Bruce Willis n’est plus le même… Alternant entre productions hasardeuses (, , …), gros blockbusters (, , RED…) et un impressionnant nombre de caméos (, Assassinat d’un président, Expendables et j’en passe…), notre cher John McClane voit sa filmographie chuter sévèrement. Il faut dire que si l’acteur ne faisait pas que de petites apparitions ici et là dans des productions cheap pour arrondir ses fins de mois, on n’aurait plus aucune crainte qu’au devenir de l’ex-star de films d’action vieillissante…

Un nouveau caméo pas franchement mémorable

Pas vraiment en lice depuis presque cinq ans, le revoici dans un direct-to-dvd médiocre où il ne fait, encore une fois, que quelques brèves apparitions. Laissant les beaux rôles à l’oublié Ryan Philippe ainsi qu’à l’inénarrable 50 Cent, abonné depuis peu aux films d’action en DTV, Bruce interprète dans Braqueurs un parrain de la mafia désireux de revoir son magot volé par une jeune bande d’insouciants pseudo-gangsters. Et si on parle de Willis malgré ses dix petites minutes à l’écran (toutes scènes cumulées), c’est bien normal mais quelque peu mensonger.

Nous suivons donc le braquage plutôt réussi d’une voiture contenant une mallette pleine de diamants par trois têtes brûlées (Ryan Philippe le monolithique, 50 Cent le nouveau Wesley Snipes du pauvre et Brett Granstaff l’inconnu au bataillon dont on se fout royalement) dont l’un d’eux trahit ses coéquipiers juste après histoire de rafler la mise pour lui tout seul. L’un d’eux est tué (devinez qui), l’autre survit et décide de se venger mais découvre très vite qu’ils ont volé le butin à un mafieux respecté, campé par Willis donc, et va essayer de doubler tout le monde. Le pitch lorgne évidemment sur le cultissime Heat avec son attaque masquée, ses gros flingues et ses traîtres, mais également et surtout sur ces petites productions souhaitant se faire un film de Guy Ritchie perso. Mais n’est pas Michael Mann ou Guy Ritchie qui veut et la mise en scène cheap de Mike Gunther nous replace directement dans son contexte.

Braqueurs avec Bruce Willis et 50 cents

Réputé dans le milieu hollywoodien pour être un bon coordinateur de cascades (il a notamment travaillé sur les deux derniers Fast & Furious) et surtout un excellent cascadeur qui a lui-même doublé Hugh Jackman dans Van Helsing, Bruce Willis dans Die Hard 4 et même Chris Pine dans Star Trek (c’est pas rien), Gunther s’était déjà essayé à la mise en scène avec le ringard Beatdown, sorti chez nous directement en DVD l’année dernière. Il persévère donc encore aujourd’hui, arrive à se dégotter 12 millions de dollars et s’offre un petit thriller d’action comme on en voit plein chaque année dans les bacs. Mal joué, plutôt mal réalisé, à la photographie désastreuse et aux fusillades amatrices, Braqueurs possède également un scénario aux airs de déjà-vu oscillant entre Arnaques crimes & botanique et un classique polar TV, demeurant ainsi un produit en somme basique, prévisible et sans panache.

Il faut dire qu’avec James Remar (l’inoubliable Raiden de Mortal Kombat 2), Will Yun Lee (l’asiatique omniprésent dans ce type de productions) et l’ex-catcheur Randy Couture (Le Roi Scorpion 2, hum) au générique, il fallait pas non plus s’attendre à un chef-d’œuvre. Toutefois, les amateurs du genre et les aficionados de 50 Cent vont se régaler, le long-métrage étant tout au plus agréable pour peu qu’on se mette un peu dans le bain sans trop en demander. Pour les fans de Bruce Willis en revanche…

Résumé

Nouvelle erreur de parcours pour Bruce Willis qui s’infiltre le temps de quelques scènes en studio (sûrement tournées dans la même journée) afin de se faire quelques biftons supplémentaires dans cette production cheap où il n’y a finalement pas beaucoup d’action ni beaucoup de braqueurs… Un DTV néanmoins regardable, à condition d’être sacrément habitués aux nanars du genre.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xniv9i_braqueurs-set-up-bande-annonce-vost-hd_shortfilms[/dailymotion]

1 COMMENTAIRE

  1. surtout ne pas perdre son temps à regarder ce navet exécrable, même pas assez mauvais pour en devenir culte. l’invasion des lapins géants est à des années lumières au-dessus de setup, c’est dire ! un bruce willis fade et vieillissant dépourvu de panache, dans le rôle d’un improbable parrain complètement idiot, des longueurs sans fin, de la violence pleine de mièvrerie, un discours pseudo religieux et des scènes et des scènes qui n’apportent absolument rien à l’histoire au fil si mince qu’on se demande où il est.
    fuyez, bonne gens, fuyez

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici