Berlinale 2024 : le palmarès

0
388

Hong Sang-soo Grand Prix du jury pour A Traveler’s Needs © 2024 Richard Hübner / Berlinale Tous droits réservés

Au lendemain de la cérémonie des César à Paris, c’était à la 74ème édition du Festival de Berlin de tirer sa révérence dans la capitale allemande. Avant-hier, le samedi 24 février donc, l’annonce du palmarès du jury sous la présidence de l’actrice kényane Lupita Nyong’o a eu lieu au Berlinale Palast. Alors qu’il y avait de quoi célébrer pour le cinéma français au sein du palmarès, l’attention médiatique s’est focalisée outre-Rhin sur un discours de remerciements secondaire du réalisateur américain Ben Russell qui avait appelé à un cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Le lever de bouclier de la classe politique locale et nationale a été quasiment immédiat et unanime, condamnant avec fermeté cette prise de parole jugée antisémite.

Pour ne pas arranger les choses, le dimanche 25 février, le compte Instagram de la section parallèle Panorama a été piraté et des messages antisémites y ont été postés. La direction de la Berlinale a porté plainte dans ce dernier cas et s’est distancié des propos controversés par voie de communiqué de presse ce jour. Comme cadeau d’adieu pour la directrice du festival Mariëtte Rissenbeek et le directeur artistique Carlo Chatrian dont c’était la dernière édition, on aurait pu rêver mieux. A voir comment s’en sortira la nouvelle présidente du festival, l’Américaine Tricia Tuttle, qui prendra ses fonctions à partir du 1er avril.

Le grand gagnant du festival était le documentaire franco-sénégalais Dahomey de Mati Diop, qui a décroché le prestigieux Ours d’or. C’est le deuxième documentaire de suite qui remporte la récompense suprême au Festival de Berlin, après Sur l’Adamant de Nicolas Philibert. Par pure coïncidence, les deux films sont distribués en France par Les Films du Losange. Il s’agit du troisième documentaire en tout récompensé de la sorte, après Fuocoammare Par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi en 2016 et donc Sur l’Adamant l’année dernière. César doit mourir des frères Taviani, l’heureux gagnant en 2012, relève davantage de la docu-fiction.

Dans tous les cas, le Festival de Cannes s’en sort désormais un tout petit peu moins bien en termes de promotion du documentaire, avec ses deux Palmes d’or (Le Monde du silence de Jacques-Yves Cousteau et Louis Malle en 1956 et Fahrenheit 9/11 de Michael Moore en 2004) et là aussi une docu-fiction avec Entre les murs de Laurent Cantet en 2008. A Venise, les Lions d’or ne se sont pas non plus emballés en faveur du documentaire, avec toujours deux œuvres récompensées : Sacro GRA de Gianfranco Rosi en 2013 et Toute la beauté et le sang versé de Laura Poitras en 2022.

Bruno Dumont Ours d’argent Prix du jury pour L’Empire © 2024 Ali Ghandtschi / Berlinale Tous droits réservés

Même si cela relève désormais de l’habitude, avec notre septième couverture de la Berlinale de suite hors parenthèse pandémique, la sensation galvanisante reste bel et bien intacte dès qu’on monte dans le train en direction de la capitale allemande. En dehors d’un dépaysement indiscutable, c’est la douce euphorie dans le quartier du Berlinale Palast, ainsi que la possibilité précieuse de pouvoir découvrir sur grand écran des films qui n’auront probablement jamais droit à une sortie française qui nous donnent chaque année de nouveau l’envie irrépressible d’y retourner. Avec en prime l’occasion à la valeur inestimable de maintenir le lien familial avec nos très généreux hôtes et de passer une semaine en compagnie de notre très cher rédacteur en chef Pascal ! Pourquoi donc bouder notre plaisir ?

Et même s’il n’y a plus eu de chocolat chaud au lait d’avoine à volonté du côté du centre de presse cette année, le fait d’y avoir croisé l’immense Abel Ferrara compense largement cette légère privation gourmande. Tout comme l’heureux hasard d’avoir pu voir un pourcentage considérable des lauréats finals au cours d’un programme personnel de projections de presse presque exclusivement composé de films en compétition. Sans devenir trop nostalgiques, certaines séances plus confidentielles des sections parallèles nous ont quand même un peu manqués cette année. Comment se présentera l’édition anniversaire sous une nouvelle direction et éventuellement dans des lieux de projection différents ? On vous le dira sans faute d’ici un an. En tout cas, on l’espère.

Sebastian Stan Ours d’argent de la Meilleure interprétation pour A Different Man © 2024 Richard Hübner / Berlinale
Tous droits réservés

Ours d’or : Dahomey (France) de Mati Diop, sortie française le 25 septembre
Grand Prix du jury : A Traveler’s Needs (Corée du Sud) de Hong Sang-soo, sans date de sortie en France
Ours d’argent Prix du jury : L’Empire (France) de Bruno Dumont
Ours d’argent de la Mise en scène : Nelson Carlos De Los Santos Arias pour Pepe (République Dominicaine), sans date de sortie en France
Ours d’argent de la Meilleure Interprétation principale : Sebastian Stan dans A Different Man (États-Unis), sans date de sortie en France
Ours d’argent de la Meilleure Interprétation dans un second rôle : Emily Watson dans Small Things Like These (Irlande), sans date de sortie en France
Ours d’argent du Meilleur scénario : Sterben (Allemagne) par Matthias Glasner, sans date de sortie en France
Ours d’argent de la Meilleure contribution artistique : Martin Gschlacht pour la photo de Des Teufels Bad (Autriche), sans date de sortie en France

Emily Watson Ours d’argent de la Meilleure interprétation dans un second rôle pour Small Things Like These
© 2024 Richard Hübner / Berlinale Tous droits réservés

Le jury de la sélection Encounters était composé du réalisateur argentin Lisandro Alonso (Eureka), du réalisateur canadien Denis Côté (Un été comme ça) et de la réalisatrice italienne Tizza Covi (Vera).

Meilleur Film : Direct Action (Allemagne) de Guillaume Cailleau et Ben Russell, sans date de sortie en France
Prix Spécial du jury : The Great Yawn of History (Iran) de Aliyar Rasti, sans date de sortie en France et Some Rain Must Fall (Chine) de Qiu Yang, sans date de sortie en France (ex æquo)
Meilleure réalisatrice : Juliana Rojas pour Cidade campo (Brésil), sans date de sortie en France

Martin Gschlacht Ours d’argent de la Meilleure contribution artistique pour Des Teufels Bad © 2024 Ali Ghandtschi /
Berlinale Tous droits réservés

Le jury du court-métrage était composé du réalisateur allemand Ilker Çatak (La Salle des profs), du créateur de son espagnol Xabier Erkizia (Samsara) et de la réalisatrice américaine Jennifer Reeder (Knives and Skin).

Ours d’or du Meilleur court-métrage : Un movimiento extraño (Argentine) de Francisco Lezama
Prix du jury du Meilleur court-métrage : Remains of a Hot Day (Chine) de Wenqian Zhang
Mention spéciale et Candidat de la Berlinale pour le European Film Award : So viel von mir (Allemagne) de Eva Könnemann


Prix du jury FIPRESCI (Compétition) : My Favorite Cake (Iran) de Maryam Moghaddam et Behtash Sanaeeha, sans date de sortie en France
Prix du jury FIPRESCI (Encounters) : Dormir de olhos abertos (Brésil) de Nele Wohlatz, sans date de sortie en France
Prix du jury FIPRESCI (Panorama) : Faruk (Allemagne) de Asli Özge, sans date de sortie en France
Prix du jury FIPRESCI (Forum) : The Human Hibernation (Espagne) de Anna Cornudella Castro, sans date de sortie en France

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici