Test Blu-ray : Chasse à l’homme 2

0
431

Chasse à l’homme 2

 
États-Unis : 2016
Titre original :
Réalisateur :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h43
Genre : Action
Date de sortie DVD/BR : 4 octobre 2016

 

 

Déshonoré, l’ex-star des arts martiaux mixtes, Wes Baylor ne peut pas refuser un combat en Birmanie pouvant lui rapporter un million de dollars. À son arrivée, il apprend qu’il a été piégé et qu’il est désormais la cible d’une chasse à l’homme. Avec pour seul équipement de l’eau et un sac rempli de rubis, Wes doit se montrer plus malin que le groupe lourdement armé payé pour le tuer. Alors qu’il se bat pour sa vie dans cette jungle hostile, les chasseurs deviennent les chassés…

 

 

Le film

[4/5]

a un parcours de cinéaste vraiment atypique. Après avoir oeuvré aux Pays-Bas en tant que réalisateur de TV pendant presque 15 ans, le bonhomme s’expatrie et signe à son arrivée aux États-Unis en 2009 le très intéressant Primal, resucée de Predator plutôt bien foutue et techniquement assez bluffante. Depuis, le lascar s’est fait une renommée en signant de nombreuses suites pour le marché du « direct to video » d’action, tendance bourrin : The marine 2, Death race 2 et 3, 12 rounds 2, Le roi scorpion 3, En territoire ennemi 4, L’homme aux poings de fer 2, The condemned 2, et aujourd’hui Chasse à l’homme (Hard target) 2. Reiné tourne vite et bien, il livre des produits carrés, pile formatés pour un marché de la vidéo friand de sensations fortes. Souvent assez secs et brutaux, s’autorisant même quelques dérives dans le gore, ses films composent habilement avec leurs budgets étriqués, et proposent juste la petite touche de personnalité et d’inspiration nécessaire pour satisfaire les amateurs, en se démarquant du tout venant des « yes man » aux noms interchangeables.

était donc sans doute le cinéaste idéal pour réaliser une suite tardive de Chasse à l’homme, le délire américain de en mode semi-nanar réellement réjouissant et devenu culte pour tous ceux l’ayant découvert ado. Donnant indéniablement de sa personne pour livrer au spectateur un produit techniquement léché, occupera donc les postes de réalisateur, directeur photo et caméraman pour ce qui s’impose rapidement et sans la moindre peine comme un DTV tout à fait enthousiasmant. L’intrigue est certes linéaire et cousue de fil blanc, mais très riche en action ; côté casting, et assurent le show et nous livrent des cascades assez impressionnantes, et niveau réalisation, la caméra est dynamique, ultra-mobile, quelques plans sont vraiment de toute beauté et 100% iconiques, et le tout développe une telle énergie qu’il est littéralement impossible de s’ennuyer. Le cachet « exotique » du spectacle fait plutôt bien son effet, et les hommages et clins d’yeux au film de (des tourterelles par dizaines, reprise des plans rapprochés sur les flèches…) assurent définitivement la connivence avec le spectateur, qui achèvera le visionnage du film dans la plus franche bonne humeur. Un DTV qui fout la banane !

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Détenteur des droits de Hard target, a donc décidé, comme pour Un flic à la maternelle 2 il y a quelques mois (lire notre article), de jouer la carte de la nostalgie des icônes musclées du passé en nous proposant aujourd’hui de découvrir une suite pour le moins inattendue, 23 ans après le premier film. On se demande maintenant si d’autres films des années 90 dont Universal détient les droits ne se verraient pas également pousser des excroissances insoupçonnées : The shadow, Mort subite, Timecop, Daylight, Backdraft ou encore Barb Wire (pourquoi ne pas aller rechercher Pamela Anderson d’ailleurs, puisque comme le laisse supposer son apparition dans le dernier clip de Julien Doré, elle ne doit pas être submergée de boulot en ce moment)…

Côté Blu-ray, s’offre un master de toute beauté : les couleurs sont superbes, les contrastes denses, les noirs d’une belle profondeur. La définition est irréprochable et le piqué souvent très précis, seuls quelques plans en basse lumière souffrent d’une légère granulation. Coté enceintes, comme toujours chez l’éditeur, seule la version originale est encodée en DTS-HD Master Audio 5.1, dans un mixage littéralement tonitruant. Les bastons et autres explosions nous réservent quelques passages bien riches en basses, en gros surrounds et effets multi-directionnels à gogo. Un poil en retrait, la version française uniquement mixée en DTS 5.1 s’avère également très spectaculaire et immersive, mais fait naturellement montre de moins de finesse.

Dans la section suppléments, on trouvera, outre un commentaire audio enthousiaste et informatif de (VOST), une sélection de scènes coupées pas forcément indispensables, un court montage de jolis plans également écartés du montage final, ainsi qu’une série de featurettes sur le tournage du film, permettant entre autres de découvrir le réalisateur sur le plateau, se démenant comme un beau diable afin d’accompagner les acteurs pendant les scènes d’action.

Cerise sur le gâteau : si l’on en croit les visuels disponibles sur les sites de vente en ligne, le Blu-ray du premier Chasse à l’homme (, 1993) serait offert dans le boitier du film : voilà qui devrait rendre cette édition tout simplement indispensable à tout fan d’action qui se respecte.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici