Nécrologie News — 16 avril 2018
Décès du réalisateur Milos Forman

Le réalisateur tchèque est décédé le 13 avril à Danbury dans le Connecticut. Il était âgé de 86 ans. Alors qu’il n’a réalisé qu’une douzaine de longs-métrages, Forman était l’un des cinéastes majeurs de sa génération, reflétant à travers sa filmographie quasiment dépourvue de faux pas les préoccupations politiques, sociales et culturelles de son époque. On lui doit ainsi des films aussi mémorables et populaires jusqu’à ce jour que Vol au-dessus d’un nid de coucou, , , , , et .


Orphelin de guerre, Milos Forman exprime d’abord son amour du Septième Art par des études cinématographiques à Prague. Entre 1964 et ’67, il s’inscrit de plein droit dans la Nouvelle vague tchèque avec ses trois premiers films : L’As de pique, Les Amours d’une blonde, présenté en compétition au Festival de Venise et nommé à l’Oscar et au Golden Globe du Meilleur Film étranger, et , nommé lui aussi à l’Oscar du Meilleur Film étranger. La fin du Printemps de Prague en 1968 et l’invasion du pays par l’armée soviétique allaient forcer le jeune espoir du cinéma tchèque à l’exil aux États-Unis. Forman y avait réalisé son premier film en 1971, avec Lynn Carlin et Buck Henry, un regard plus mélancolique que ses premières farces irrévérencieuses sur la contre-culture de la jeune génération.


Puis vint l’heure de la consécration, d’ailleurs nullement préméditée puisque le pari de la part des producteurs Saul Zaentz et Michael Douglas de confier la réalisation de Vol au dessus d’un nid de coucou au fraîchement immigré Milos Forman n’était point gagné d’avance. Le psychodrame allait pourtant devenir le plus grand succès du box-office américain de l’année 1975 et rafler l’année suivante les cinq Oscars majeurs du Meilleur Film, du Meilleur réalisateur, de la Meilleure actrice pour Louise Fletcher, du Meilleur acteur pour Jack Nicholson et du Meilleur scénario adapté, un exploit assez unique, accompli sinon seulement par New York Miami de Frank Capra et Le Silence des agneaux de Jonathan Demme. A la fin des années ’70, Forman allait revenir à l’esprit hippie, désormais passé de mode, à travers l’adaptation de la comédie musicale à succès Hair, avec John Savage et Treat Williams.


Les années ’80 n’allaient pas être plus prolifiques pour Forman, quoique ponctuées de trois films d’une qualité toujours aussi irréprochable. A commencer par notre coup de cœur personnel dans la filmographie du réalisateur, l’épique Ragtime avec James Cagney et Howard E. Rollins Jr., le portrait saisissant d’une époque en pleine évolution, dans lequel Forman marie magistralement le fait divers et la tragédie personnelle, la grande politique et les combats individuels. Comme ce fut déjà le cas avec Vol au-dessus d’un nid de coucou, personne ou presque ne croyait au potentiel commercial de son film suivant, une grande épopée d’époque baignée dans la musique classique avec des acteurs de théâtre largement inconnus du grand public. Amadeus allait pourtant lui aussi déjouer tous les pronostics, devenant un phénomène international et empochant au passage huit Oscars en 1985, dont ceux du Meilleur Film, du Meilleur réalisateur, du Meilleur acteur pour F. Murray Abraham et du Meilleur scénario adapté. La chance allait quelque peu tourner pour Milos Forman avec son film suivant, l’adaptation frivole des « Liaisons dangereuses » de Choderlos de Laclos sous le titre Valmont avec Colin Firth et Annette Bening, sortie selon les pays moins d’un an après celle entreprise par Stephen Frears. La réputation de sa version a néanmoins été tant soit peu rétablie, grâce à sa présentation à Cannes Classics en 2016.


Deux des trois derniers films du réalisateur étaient animés par la même volonté d’interroger la nature ambiguë d’icônes de la culture américaine contemporaine. Dans Larry Flynt avec Woody Harrelson et Courtney Love, il s’attaque avec un certain esprit de dérision à la sacro-sainte pudeur d’outre-Atlantique. Et dans Man on the Moon, il signe le portrait nuancé du comique outrancier Andy Kaufman, sous les traits de Jim Carrey, qui avait remporté pour ce rôle le Golden Globe du Meilleur acteur dans une comédie en 2000. La seule véritable déception d’une filmographie particulièrement inspirée allait survenir à sa fin, en 2006, par la faute de avec Javier Bardem et Natalie Portman, une épopée historique sur l’inquisition espagnole à laquelle il manquait l’assurance formelle, ainsi que l’intelligence, des films précédents de Forman. Ce dernier avait enfin tenu quelques rôles mineurs devant la caméra, pour ses confrères Mike Nichols (La Brûlure), Henry Jaglom (New Year’s Day), Edward Norton (Au nom d’Anna) et Christophe Honoré ().


Milos Forman a été nommé à trois reprises à l’Oscar du Meilleur réalisateur, pour Vol au-dessus d’un nid de coucou, Amadeus et Larry Flynt. Il l’avait gagné à deux reprises pour les deux premiers, en 1976 et 1985. Pour les trois mêmes films, il avait également gagné le Golden Globe du Meilleur réalisateur, avec une nomination supplémentaire de la part de la presse étrangère hollywoodienne pour Ragtime. Trois de ses films ont été nommés au César du Meilleur Film étranger (Vol au-dessus d’un nid de coucou, Hair et Amadeus, victorieux en 1985) et Forman a été nommé lui-même en tant que Meilleur réalisateur pour Valmont en 1990. Au Festival de Cannes, il avait gagné le Grand prix du jury en 1971 pour Taking off et y avait officié en tant que président du jury quatorze ans plus tard, décernant alors la Palme d’or à Papa est en voyage d’affaires de Emir Kusturica. Au Festival de Berlin, il avait gagné l’Ours d’or en 1997 pour Larry Flynt et l’Ours d’argent du Meilleur réalisateur trois ans plus tard pour Man on the Moon. En tant que président du jury du Festival de Venise en 2000, il avait attribué le Lion d’or à Le Cercle de Jafar Panahi. La Cinémathèque Française lui avait consacré une rétrospective en septembre 2017, tout comme le Bergamo Film Meeting au mois de mars de la même année.

Articles semblables

Partage

Auteur

Tobias Dunschen

Cet article a été rédigé par Tobias Dunschen, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles