Critiques de films Drame guerre — 14 avril 2018
Critique : Foxtrot


, France, Allemagne, Suisse : 2017
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Samuel Maoz
Interprètes : , ,
Distribution :
Durée : 1h53
Genre : Drame, guerre
Date de sortie : 25 avril 2018

4/5

Il y a 8 ans, le réalisateur israélien Samuel Maoz avait réussi à scotcher les spectateurs en les enfermant durant 92 minutes à l’intérieur d’un tank israélien engagé dans l’invasion du Liban de 1982. Un exercice de style totalement réussi, ayant pour titre Lebanon, et qui avait permis à ce réalisateur d’obtenir une récompense majeure, le Lion d’or de la Mostra de Venise 2009, pour ce qui était son premier long métrage de fiction. De nouveau en compétition à la Mostra de Venise, édition 2017, Foxtrot s’est vu attribuer le Grand prix du Jury, devancé pour le Lion d’or par La forme de l’eau. Foxtrot a, par ailleurs, engrangé la bagatelle de 8 Ophir (Les Oscars / Césars israéliens), dont celui du meilleur film, en septembre dernier.

Synopsis : Michael et Dafna, mariés depuis 30 ans, mènent une vie heureuse à Tel Aviv. Leur fils aîné Yonatan effectue son service militaire sur un poste frontière, en plein désert. Un matin, des soldats sonnent à la porte du foyer familial. Le choc de l’annonce va réveiller chez Michael une blessure profonde, enfouie depuis toujours. Le couple est bouleversé. Les masques tombent.

Une fausse mauvaise nouvelle

Dans un pays comme Israël, c’est toujours en s’attendant au pire et avec la peur au ventre qu’un couple dont le fils effectue son service militaire reçoit la visite imprévue de représentants de l’armée. Et, en effet, c’est malheureusement une sinistre nouvelle qu’on vient annoncer à Michael et Dafna Feldman : la mort de leur fils Yonathan. Evanouissement de Dafna, aussitôt placée sous sédatif. Tracas administratifs liés à l’organisation des obsèques qui tombent sur Michael, avec, en particulier, la visite que lui fait un représentant du rabbinat des armées. Sauf que, assez vite, il s’avère qu’il y avait erreur sur la personne : ce Yonathan Feldman qui est mort, ce n’était pas le fils de Dafna et de Michael !

D’ailleurs, ce fils, on va le retrouver, avec trois autres compagnons d’infortune, dans le poste de contrôle situé en plein désert dans lequel ils ont été affectés, un endroit très rustique où il ne se passe pas grand chose, un poste de contrôle où, lorsque la barrière se lève, c’est plus souvent pour laisser passer un dromadaire plein de morgue que des êtres humains, qu’ils soient à pied ou dans un véhicule. Ce qui n’empêche pas, malheureusement, la possibilité d’une bavure !

Une importante polémique

Un dicton affirme qu’il faut se méfier de l’eau qui dort. En matière de cinéma, il faut, de même, se méfier des films qui donnent l’impression de s’intéresser à la situation d’un pays et de ses habitants, mais qui prennent de grandes libertés avec la stricte réalité et qui fricotent avec l’absurde même dans les situations les plus graves. Attention, entendons nous bien : ce ne sont pas les spectateurs qui doivent se méfier de ces films, bien au contraire, non, ce sont ceux qui tiennent les rênes dans le pays concerné. C’est ainsi que Foxtrot semble être un film sur l’armée israélienne, sauf que, dans la réalité, les postes de contrôle sont aujourd’hui dotés d’équipements très modernes et très majoritairement privatisés. Pour le pouvoir, qu’y a-t-il à craindre d’un film où l’absurde côtoie le tragique, où le burlesque semble prendre le pas sur le drame, d’un film dans lequel le bâtiment où vivent les soldats penche de plus en plus et où leur jeu préféré consiste à chronométrer le temps mis par une canette pour dévaler une pente de plus en plus prononcée ? Eh bien, c’est ce pas de côté effectué par Samuel Maoz qui lui permet, sans avoir l’air d’y toucher, en donnant l’impression d’être à côté de la plaque, de se montrer particulièrement caustique quant à la situation actuelle de son pays et quant à la façon dont sont traités les palestiniens.

Malgré les nombreuses récompenses engrangées par Foxtrot, ou, peut-être, à cause d’elles, ce film a fait l’objet d’une importante polémique en Israël. En cause, le jugement sans appel porté sur le film par Miri Regev, la Ministre de la culture israélienne, alors qu’elle n’avait même pas vu le film mais qui, en septembre dernier, clamait haut et fort qu’elle avait honte de ces récompenses israéliennes venant couronner une œuvre qui « salit l’image de l’armée» de son pays. Il est probable qu’on avait dû lui raconter les deux scènes les plus fortes du film : la fameuse bavure qu’on se gardera de « divulgâcher » et son prolongement, la dissimulation de cette bavure par un bulldozer. On aurait pu rajouter la parabole des chaussures, des chaussures de ville bien propres, bien cirées pour les chefs, les décideurs, ceux qui, le plus souvent, ne voient les zones de conflit que de loin, des rangers pleines de boue pour ceux qui passent leur temps dans le merdier créé par les premiers. En tout cas, Samuel Maoz a répondu à Miri Regev que c’était par amour et pour le protéger qu’il critiquait son pays, ajoutant que cette voiture qu’on enterre pour « effacer » la bavure était une métaphore d’un pays qui préfère  enterrer la vérité plutôt que d’y faire face et de se poser les bonnes questions.

Une tragédie caustique

Certes, « foxtrot » est un terme utilisé un peu partout dans le monde dans le langage militaire, donc approprié aux thèmes du film, mais c’est avant tout une danse dans laquelle les pas ramènent systématiquement les danseurs au point de départ. Une métaphore particulièrement bien adaptée pour cette tragédie caustique en 3 parties distinctes réalisée par Samuel Maoz. Cette troisième partie, on se gardera d’en parler tellement elle apporte de surprise pour le spectateur.

On retrouve Lior Ashkenazi dans le rôle de Michael Feldman, un comédien qu’on avait découvert il y a 17 ans dans Mariage tardif, auprès de la regrettée Ronit Elkabetz. Sarah Adler, l’interprète du rôle de Dafna Feldman, est une comédienne française qui partage sa carrière entre la France et Israël. Quant à Yonaton Shiray, qui joue le rôle de Yonathan Feldman, il n’avait joué jusqu’à présent que dans Une histoire d’amour et de ténèbres, le long métrage réalisé par Natalie Portman.

Pour mettre son film en images, Samuel Maoz a fait appel, comme pour Lebanon, à .

Conclusion

Samuel Maoz est un réalisateur qui tourne peu et on est en droit de le regretter. En effet, que ce soit Lebanon ou Foxtrot, ses films s’avèrent tout à la fois très personnels, déroutants et d’une grande force. Dans Foxtrot, Samuel Maoz se montre l’égal d’un Aki Kaurismäki dans son art consommé pour faire cohabiter le drame et le burlesque.On peut espérer que la polémique lancée par la Ministre de la culture israélienne et qui vient s’ajouter aux nombreuses récompenses obtenues à Venise et dans son propre pays va donner à ce film le coup de pouce lui permettant d’en faire un succès dans notre pays.

Articles semblables

Partage

Auteur

Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles