canada goose outlet store online canada goose outlet store online canada goose jacket edmonton canada goose youth price canada goose outlet store montreal parajumpers long bear
Action Comédie Critiques de films — 29 novembre 2010
Adèle Blanc-Sec

Adèle Blanc-Sec, Louise Bourgoin, Affiche

France : 2010
Titre original : Les Aventures extraordinaires d’
Réalisateur :
Scénario : Jacques Tardi
Acteurs : , , Mathieu Almaric, Jean-Paul Rouve
Production : Europacorp Distribution
Durée : 1h47
Genre : Aventure, comédie
Date de sortie : 14 avril 2010

Réalisation :   [rating:3.0]
Scénario :        [rating:1.5]
Acteurs :          [rating:2.5]
Musique :        [rating:1.5]
Globale :          [rating:2.0]

est l’adaptation d’une bande dessinée de Jacques Tardi réalisée par en 2010. Il raconte les aventures d’une journaliste dans le Paris du début du XXème siècle. L’héroïne est jouée par , un grand rôle pour sa première apparition au grand écran.

Synopsis : En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec, jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique ! Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d’autres surprises extraordinaires… (Allociné)

Adèle Blanc-Sec, Luc Besson, Louise Bourgoin

Avant même d’aller voir le film, la bande-annonce présage un scénario un peu fouillis dans lequel se mêlent humour, fantastique, drame… Voir ce film était donc plus assimilé à une corvée qu’à un réel plaisir. Cela se confirme dès le début du film avec une entame plutôt compliquée : un savant qui fait tournoyer des objets autour de lui, un dinosaure qui sort de sa coquille et une Adèle Blanc-Sec qui se lance dans une folle aventure en Égypte. On a droit à un peu de tout, et on ne sait plus si on regarde Indiana Jones, Jurassic Park ou Merlin L’enchanteur. C’est dommage car l’aventure d’Adèle Blanc-Sec en Égypte est distrayante et les péripéties, bien qu’exagérées, s’enchaînent de manière fluide et réussie. Le reste du scénario est ennuyeux, trop original et on se lasse vite des aventures de cette charmante journaliste qui partent dans trop de directions.

La réalisation est bonne et on reconnait la patte de , toujours à l’aise avec les grosses productions. La gestion des effets spéciaux est bonne sans être parfaite (le ptérodactyle monté par Adèle Blanc-Sec est mal géré…). En revanche, le Paris de la belle époque est superbement reproduit et ce, avec des décors studios uniquement. On s’y croirait vraiment et c’est bluffant. Luc Besson confirme son talent pour la mise en scène, mais aussi ses grandes difficultés à gérer la narration et la direction des acteurs.

Adèle Blanc-Sec, Gilles Lellouche, Jean-Paul Rouves

Le personnage d’Adèle Blanc-Sec est attachant et son coté intrépide et loufoque nous distrait au départ. On se lasse cependant très vite du personnage. Il faut bien admettre que montre ses limites et n’a de toute évidence pas la carrure pour endosser le premier rôle d’une grosse production. Un mauvais choix de la part de Luc Besson qui entache largement l’œuvre. Pour le reste du casting, nous avons droit à tout le gratin du cinéma français avec , , Jean-Paul Rouve et j’en passe. Des acteurs qu’on prend plaisir à retrouver dans des rôles souvent inattendus, avec un maquillage qui les rend étranges et terriblement drôles.

Résumé:

Adèle Blanc-Sec est un film raté. Une comédie qui se perd dans trop de directions à la fois et qui ne parvient pas à donner une certaine homogénéité à l’ensemble. Dommage pour un film au budget important et qui était pourtant prometteur. Malheureusement, Luc Besson ne peut réussir à sauver un film au scénario approximatif à renfort de stars et de gros effets spéciaux.
Image de prévisualisation YouTube

Related Articles

Share

About Author

Julien

Cet article a été rédigé par Julien Mathon, fondateur et rédacteur du site Critique Film.