Venise 2023 : Lions d’honneur à Liliana Cavani et Tony Leung

0
1545

Happy together © 1997 Jet Tone Production / Block 2 Pictures / Seowoo Film Company / Golden Harvest Company /
ARP Sélection Tous droits réservés

Doublement efficace et précoce, le Festival de Venise a commencé de prendre forme dès ce matin, plus de cinq mois avant l’ouverture de sa 80ème édition. En effet, les noms des deux lauréats des Lions d’or honorifiques ont déjà été annoncés : la réalisatrice italienne Liliana Cavani et l’acteur chinois Tony Leung. Ils recevront leur prix d’honneur au cours de l’édition anniversaire du plus ancien des trois grands festivals européens, qui aura lieu du mercredi 30 août au samedi 9 septembre prochains. Cette annonce intervient sensiblement plus tôt que les années précédentes. Généralement, il fallait attendre le début de l’été ou en tout cas le passage de la sélection du concurrent cannois avant que le directeur de la Mostra Alberto Barbera ne reprenne le relais médiatique.

Ainsi, le festival italien organise encore des événements cinématographiques parallèles en ce moment, censés garder la cinéphilie vivante du côté du Lido, même en dehors de la saison festivalière. Depuis le début du mois et jusqu’à la mi-mai a lieu la quatrième édition du Festival permanent du Film restauré ou, dans la langue locale, Classici fuori Mostra. Tous les mercredis ou presque, un classique du cinéma mondial est présenté au cinéma Rossini à Venise dans une version fraîchement restaurée et accompagné d’une présentation et d’une discussion de spécialistes de l’Histoire du cinéma. Après la projection de La Maman et la putain de Jean Eustache et de Nostalghia de Andreï Tarkovski ces dernières semaines, le public vénitien pourra se délecter prochainement de la redécouverte de films signés Pier Paolo Pasolini, Wong Kar-Wai, John Huston, Carl Theodor Dreyer, Walter Hill, Jerzy Skolimowski et Rainer Werner Fassbinder.

Portier de nuit © 1974 Lotar Film Productions / Les Productions Artistes Associés / Solaris Distribution Tous droits réservés

Liliana Cavani (* 1933)

Curieusement, le film pour lequel cette réalisatrice italienne est le plus connue, le sulfureux Portier de nuit avec Dirk Bogarde et Charlotte Rampling qui avait fait scandale en 1974, n’était pas passé par le Festival de Venise. Pourtant, Liliana Cavani y a régulièrement fait escale au fil du temps, depuis son documentaire pour la télévision Philippe Pétain Procès à Vichy en 1965, jusqu’au court-métrage Clarisse près de cinquante ans plus tard en 2012. Entre-temps, ses films y ont été sélectionnés en compétition à trois reprises, dont Sans pouvoir le dire en 1993 qui avait valu à Anna Bonaiuto la Coupe Volpi de la Meilleure actrice dans un second rôle.

La réalisatrice avait aussi participé trois fois à la course à la Palme d’or à Cannes avec Milarepa en 1974, La Peau en 1981 et Francesco en 1989. Parmi les autres films de sa carrière qui comprend douze longs-métrages de cinéma et autant d’œuvres pour la télévision, on peut citer Galileo, Les Cannibales, L’ospite et Ripley’s Game.

Liliana Cavani n’est que la deuxième réalisatrice à obtenir un Lion d’or d’honneur, après sa consœur chinoise Ann Hui en 2020. En tant qu’artiste italienne féminine, elle succède aux actrices Claudia Cardinale, Monica Vitti, Alida Valli, Sophia Loren et Stefania Sandrelli, ainsi qu’à la scénariste Suso Cecchi d’Amico.


Hero © 2002 Zhang Yimou Studio / Edko Films / GEM Entertainment / Miramax / Universal Pictures International France
Tous droits réservés

Tony Leung (* 1962)

A trois reprises, les films dans lesquels joue Tony Leung Chiu-Wai ont eu l’honneur de recevoir la récompense suprême du Festival de Venise. Un exploit tout à fait représentatif de la carrière hautement prestigieuse de l’acteur né à Hong Kong. Car en plus de porter sur ses épaules La Cité des douleurs de Hou Hsiao Hsien, Cyclo de Tran Anh Hung et Lust Caution de Ang Lee, respectivement Lions d’or en 1989, 1995 et 2007, l’acteur avait étroitement collaboré avec son compatriote Wong Kar-Wai. De cette symbiose artistique sont nées des œuvres majeures du cinéma mondial, telles que Chungking Express, Nos années sauvages, Les Cendres du temps, Happy together – Prix de la mise en scène au Festival de Cannes en 1997 –, In the Mood for Love – Prix d’interprétation masculine pour Tony Leung au Festival de Cannes en l’an 2000 –, 2046 et The Grandmaster.

En parallèle, l’acteur avait habité les univers tout aussi exigeants des réalisateurs John Woo (Une balle dans la tête, A toute épreuve et Les 3 royaumes), Hou Hsiao Hsien (Les Fleurs de Shanghai), Zhang Yimou (Hero) et Andrew Lau et Alan Mak (Infernal Affairs). En 2021, il avait fait un rare détour par le cinéma américain avec Shang-Chi et la légende des dix anneaux de Destin Daniel Cretton.

Tony Leung est le sixième lauréat asiatique du Lion d’or d’honneur du Festival de Venise, après Akira Kurosawa, Satyajit Ray, Hayao Miyazaki, John Woo et Ann Hui. Ce qui est un nombre peu élevé pour un festival plutôt ouvert au cinéma venu du continent asiatique, avec une bonne dizaine de Lions d’or remis à des films japonais, chinois, taiwanais, coréens et philippins, depuis Rashomon de Akira Kurosawa et L’Homme au pousse-pousse de Hiroshi Inagaki dans les années 1950, jusqu’à Pieta de Kim Ki-duk et La Femme qui est partie de Lav Diaz dans les années 2010. A titre de comparaison, à Cannes il n’y a eu que huit films asiatiques palmés dont récemment Une affaire de famille de Hirokazu Kore-Eda et Parasite de Bong Joon-ho. Ansi que huit Ours d’or à Berlin, dont Le Mariage de Tuya de Wang Quan’an et Black Coal de Diao Yinan.

Lust Caution © 2007 Haishang Films / Shanghai Film Group / River Road Entertainment / Focus Features / UGC Distribution
Tous droits réservés

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici