Test DVD : Sacrifices of war

0
79


Chine : 2011
Réalisateur :
Scénario : , d’après The 13 Women of Nanjing de
Acteurs : , ,
Éditeur : TF1 Vidéo
Durée : 2h20
Genre : Drame
Date de sortie DVD/BR : 18 mars 2015

 

 

1937, la bataille de Nankin fait rage entre chinois et japonais. Un thanatopracteur américain qui a été appelé pour enterrer le prêtre européen d’un couvent catholique de la ville se présente à la porte de la cathédrale qui abrite ce couvent. Face aux exactions des soldats japonais, il va se sentir obligé de protéger, en se faisant passer pour le prêtre de l’église, les jeunes élèves chinoises qui étudiaient dans ce couvent ainsi que des prostituées qui ont trouvé refuge auprès d’elles…

 

sacrifices of war 1

 

Le film

[3,5/5]

Avant même de commencer le film, deux questions sont susceptibles d’assaillir le spectateur : pourquoi un film de l’immense réalisateur chinois Zhang Yimou, film sorti en 2011, n’a-t-il pas trouvé de distributeur dans notre pays alors qu’il s’agit du plus gros budget engagé dans un film chinois et que ce film a eu un grand succès international ? Pourquoi lui a-t-on donné en France un titre en anglais différent de , titre utilisé dans la plupart des pays, au lieu de le conserver ou de le traduire en français ? Par contre, très vite, on oublie ces questions pour se trouver plongé dans des événements qui empoisonnent les relations entre la Chine et le Japon depuis 77 ans. A l’époque, en 1937, Nankin était la capitale de la Chine. Cette année là vit le déclenchement d’une guerre qui dura 8 ans entre le Japon et la Chine. Le 13 décembre 1937, la ville de Nankin tomba aux mains des japonais qui massacrèrent 200 à 300 000 habitants.

Zhang Yimou a choisi de raconter ce moment d’histoire au travers des souvenirs d’une jeune fille âgée de 12 ans au moment des faits, pensionnaire dans un couvent catholique. Débarque dans ces lieux, en pleine bataille de rue, John Miller, un thanatopracteur américain venu pour s’occuper du corps du prêtre qui était en charge de ce couvent. Débarque également un groupe de prostituées qui pensent y trouver un refuge sûr. Manifestement, John Miller ne semble intéressé que par le fric et l’alcool et les relations entre pensionnaires du couvent et prostituées ne démarrent pas sous les meilleurs auspices. Excellent départ pour démontrer l’évolution des comportements chez les êtres humains !

Avec 94 millions de dollars, Sacrifices of War est le plus gros budget dépensé pour un film chinois. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on en a pour son argent ! Scènes de guerre très violentes, viols, violence, ralentis (un peu trop!), bons sentiments. En fait, ce que nous propose Zhang Yimou est très éloigné de ce qu’il faisait à ses débuts (Le sorgho rouge, Ju Dou, Épouses et concubines) et très proche d’un certain cinéma hollywoodien, celui qui se propose de valoriser les sentiments patriotiques au travers de fresques plus ou moins épiques, mélangeant scènes dramatiques et scènes apportant leur cargaison de sensibilité. Comme c’est souvent le cas pour ce genre de film, il nous tient jusqu’à la fin, même si on se trouve sans arrêt partagé entre irritation et fascination. Par contre, à la fin du film, on ne sait toujours pas si le choix de Christian Bale pour interpréter le rôle de John Miller était le meilleur possible, l’acteur alternant des moments très forts avec d’autres beaucoup moins réussis.

 

sacrifices of war 4

 

Le DVD

[4,5/5]

Un grand merci à TF1 Vidéo de nous permettre de découvrir enfin ce film important et passionnant, quand bien même on peut lui trouver un certain nombre de défauts. Des défauts, par contre, on n’en trouve pas dans ce transfert sur DVD : Zhang Yimou a toujours été un maître en matière de couleurs et il faut avouer que ce qu’on voit chez soi, dans son fauteuil, face à l’écran de télévision, est d’une grande beauté esthétique. Le son est disponible en Dolby Digital 2.0 et en Dolby Digital 5.1, aussi bien pour la version française que pour la VO sous-titrée. Un sous-titrage destiné aux sourds et malentendants est également disponible. En plus des 194 minutes que dure le film, on a droit à 25 minutes de suppléments : un « making of » de 16 minutes, très intéressant, dans lequel Zhang Yimou avoue que Sacrifices of War a été pour lui le film le plus difficile à réaliser de toute sa carrière, ne serait-ce que par le fait de devoir gérer des comédiens anglophones et japonais dont il ne maîtrisait pas la langue. Pour lui, son film suit un procédé de narration typiquement chinois même s’il tempère ce jugement en le trouvant quand même universel. L’autre supplément est une interview sans grand intérêt de Zhang Yimou et de Christian Bale, réalisée lors du Festival de Berlin de 2012, le film ayant été présenté hors compétition cette année là .

 

20110314_2232.jpg

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici