Test DVD : L’écume des jours

0
675

L’écume des jours

France : 1968
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Charles Belmont, , d’après le roman de
Interprètes : , , , , ,
Editeur : L’éclaireur
Durée : 1h41
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie cinéma : 20 mars 1968
Date de sortie DVD : 10 juin 2020

Colin et Chloé vivent un amour fou. Mais la jeune fille est bientôt victime d’une étrange maladie : un nénuphar pousse dans ses poumons, l’empêchant peu à peu de respirer.

Le film

[4/5]

20 mars 1968 : sortie en salles de L’écume des jours, premier long métrage réalisé par Charles Belmont. 2 jours après, le 22 mars 1968 : pour beaucoup, l’occupation de locaux administratifs de la Faculté de Nanterre par 140 étudiants dans la nuit du 22 au 23 mars marque le début des événements dits de mai 1968. Autant dire que le film, malgré sa grande qualité et de bonnes critiques, passe quelque peu à la trappe question succès public. 10 juin 2020, les salles de cinéma sont fermées depuis près de 3 mois mais L’écume des jours a droit à une seconde naissance avec sa première sortie en DVD : savoureux clin d’œil de l’histoire ! D’autant plus si l’on sait que la maladie qui touche le personnage féminin Chloé, aussi bien dans le roman que dans le film, se manifeste, comme le COVID-19, par une forte toux et s’attaque aux poumons.

Souvent considéré comme inadaptable au cinéma, le roman de Boris Vian, écrit en 1946 et publié en 1947, a quand même fait l’objet de 2 adaptations cinématographiques : celle de Charles Belmont en 1968 et celle de Michel Gondry en 2013. Au moment de l’émergence d’une œuvre artistique, on ne dispose pas d’un élément important pour étayer le jugement qu’on peut porter sur cette œuvre : l’épreuve du temps. Avec cette nouvelle naissance, 52 ans après la première, pas de doute, on dispose de cette épreuve du temps et le verdict est sans appel : le film a très bien vieilli. Les choix effectués par Charles Belmont y sont pour beaucoup : du roman de Boris Vian, conte poétique et surréaliste, il n’a pas cherché à faire une adaptation totalement fidèle, il a cherché avant tout à en garder l’esprit. Cela s’est traduit, entre autre, par l’abandon du côté fantastique du roman, et, par conséquent, par le choix de ne pas avoir recours à des effets spéciaux, dont on peut penser que, très probablement, ils seraient apparus bien dépassés 52 ans plus tard. Pas de petite souris grise à moustaches noires dans le film de Charles Belmont : certain.e.s la regretteront mais cela permet au film de nous présenter 6 jeunes gens typés de façon réaliste qui évoluent dans un univers qui lui est poétique et loufoque. Ces personnages sont en train d’entrer dans l’âge adulte, qui avec ses lubies, qui avec ses doutes, mais toujours avec beaucoup de fraîcheur et il y a entre eux des liens amoureux (entre Colin et Chloé, entre Alise et Chick, entre Nicolas et Isis), des liens d’amitié (entre Colin et Chick, entre Colin et Nicolas) et des liens familiaux (entre Nicolas et Alise). Les clins d’œil à la Louisiane sont moins présents puisque ne subsiste, évoquant les bayous, que le nénuphar poussant dans les poumons de Chloé. Les fameux jeux de mot, chers à Boris Vian, ne sont pas oubliés, tels les nombreuses références au philosophe Jean-Sol Partre, ou de Ponteauzanne, le nom de famille d’Isis, ou le pianocktail, l’instrument sur lequel travaille Colin et qui « fabrique » le cocktail qui s’adapte au morceau joué. Quant au jazz, il est bien évidemment toujours présent : inimaginable de faire autrement alors que le prénom Chloé fait référence à un grand standard du jazz, « Chlo-e (Song of the Swamp) », écrit en 1927 et popularisé par Louis Armstrong et Duke Ellington (C’est la version de Duke Ellington que Boris Vian écoutait en écrivant L’écume des jours), alors que le prénom Chick fait référence au batteur Chick Webb. Inimaginable, de toute façon, vus les liens que Boris Vian entretenait avec ce style de musique. Une musique qui, bien sûr, a évolué entre 1947 et 1968, et, encore plus entre 1968 et aujourd’hui. La musique écrite par André Hodeir pour le film, souvent présente, est là pour apporter un soutien sans faille au déroulement de l’histoire et il est très probable qu’elle aurait reçu l’approbation de Boris Vian.

Boris Vian avait 26 ans lorsqu’il écrivit L’écume des jours. Charles Belmont avait, lui, 31 ans lorsqu’il réalisa l’adaptation cinématographique de ce roman. Ils sont donc tous les deux d’un âge encore très proche de celui que sont censés avoir les personnages du roman. Des personnages pour lesquels il était important de trouver des interprètes apportant le rayonnement de leur jeunesse et de leur beauté. Le premier couple que l’on rencontre est celui formé par Alise et Chick dont on ne sait pas trop s’ils se rencontrent pour la première fois où s’ils s’amusent à simuler une première rencontre. Marie-France Pisier, l’interprète de Alise, a 23 ans au moment du tournage et elle a déjà tourné, entre autre, avec François Truffaut et Robert Hossein. Sa prestation pleine de vivacité s’oppose à celle, introvertie, de Sami Frey, un ami proche du réalisateur depuis le cours Simon, 30 ans lors du tournage, dans le rôle de Chick. Dans le film, Chick n’est pas un ingénieur dont le métier ne lui permet pas de gagner beaucoup d’argent, mais il est toujours l’homme d’une seule véritable passion, celle qu’il voue à Jean-Sol Partre au point de dépenser tout l’argent que lui donne Colin afin qu’il épouse Elise à l’achat compulsif d’objets ayant appartenu au philosophe. Bien qu’âgé de seulement 26 ans, Jacques Perrin, l’interprète de Colin, a déjà une longue carrière derrière lui et, lorsqu’on a vu le film, il est difficile d’imaginer un autre Colin, si fragile, si tendrement amoureux de Chloé, si généreux avec Chick ! L’interprète de Chloé a été plus difficile à trouver. Une centaine de jeunes femmes ont été pressenties et le choix s’est finalement porté sur une jeune mannequin de Dior, Anne Buron, qui n’avait jamais tourné auparavant et qui n’a jamais tourné après. Cela parait inimaginable tellement sa beauté fragile irradie dans le film. Alexandra Stewart, l’interprète d’Isis de Ponteauzanne, avait 27 ans lors du tournage. En fait, seul Bernard Fresson, l’interprète de Nicolas, à la fois cuisinier et ami de Colin, était déjà largement engagé dans la trentaine : 36 ans au moment du tournage. Aux côtés de cette bande d’amis, on retrouve Claude Pieplu dans le rôle d’un médecin, Sacha Pitoëff dans celui d’un pharmacien qui, pour son standing, s’évertue à faire attendre ses clients et , la 2ème femme de Boris Vian, dans celui d’une bonne sœur. Même si Vian, Ingénieur de l’Ecole Centrale, ne peut pas être considéré comme un écrivain politique (et pourtant, n’est-il pas l’auteur de « Le déserteur », en pleine guerre d’Indochine !), on trouve dans le film comme dans le livre des allusions très libertaires, comme ce que dit Colin du travail : « On leur a dit que c’était bien. Personne ne le pense, on le fait par habitude. Ca empêche de penser … à la paresse, à l’amour ».

Il y a 6 ans, , compagne de Charles Belmont, mais également monteuse de ses films, principale collaboratrice et co-réalisatrice de Histoires d’A, avait accordé un long entretien à Pascal Le Duff. C’est également elle qui a entrepris de lancer en DVD une collection Charles Belmont et qui est donc à l’origine de la sortie en DVD de L’écume des jours. Vous trouverez ici cet entretien.

Le DVD

[4.5/5]

Dans ce film, tourné en Franscope 2.35 : 1 et en Eastmancolor, c’est toute la fraîcheur de la photographie de qu’on retrouve sur ce DVD édité par L’éclaireur. Le son est mono et la possibilité est offerte d’ajouter un sous-titrage en français.

Le DVD n’est pas avare en suppléments d’un grand intérêt. L’anatomie d’une collection, d’une durée de 11 minutes et réalisé par Marielle Issartel, convoque François Roulmann, libraire expert en livres et documents anciens. Ce spécialiste de Boris Vian présente les 48 éditions françaises de L’écume des jours et les 28 traductions dans le monde entier, ainsi que le disque souple qui accompagnait la sortie du film et présentait le témoignage de personnalités qui avaient aimé le film. Quant à #Ecume 68, c’est un documentaire de 42 minutes réalisé en 2014 par Marielle Issartel. Sa vision ne nous laisse rien ignorer du film de Charles Belmont !

Ecume

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici