DVD — 06 mai 2019
Test DVD : Le grand bal

France : 2018
Titre original : –
Réalisation :
Éditeur :
Durée : 1h26
Genre : Documentaire
Date de sortie cinéma : 31 octobre 2018
Date de sortie DVD : 7 mai 2019

Synopsis : C’est l’histoire d’un bal. D’un grand bal. Chaque été, plus de deux mille personnes affluent de toute l’Europe dans un coin de campagne française. Pendant 7 jours et 8 nuits, ils dansent encore et encore, perdent la notion du temps, bravent leurs fatigues et leurs corps. Ça tourne, ça rit, ça virevolte, ça pleure, ça chante. Et la vie pulse.

Le film

[4/5]

Depuis 1990, un évènement exceptionnel se déroule chaque année, au cœur de l’été, à Gennetines, un petit village situé à 10 kilomètres au nord-est de Moulins. Le nom de cet évènement : Le grand bal de l’Europe. Sa nature : des gens de tout âge et de tous milieux sociaux viennent par milliers de toute l’Europe pour danser plusieurs jours et plusieurs nuits durant au son de formations de musiques traditionnelles. Depuis plusieurs années, la réalisatrice de documentaires Laetitia Carton avait pris l’habitude de fréquenter cette manifestation lorsque, en 2015, elle a décidé, en accord avec Bernard Coclet, son créateur, de porter une édition à l’écran. En 2016, deux équipes de tournage se sont donc relayées pour couvrir 24 heures sur 24 les 8 jours du Grand Bal de Gennetines. La récolte : 200 heures de rushs.

Le montage du film a été un exercice difficile, Laetitia Carton et , le monteur, devant faire des choix douloureux pour arriver à une durée raisonnable pour un film de ce genre. En mai 2018, heureuse surprise : le film est retenu dans la sélection officielle du Festival de Cannes, dans le cadre du Cinéma de la plage. Une projection suivie d’un véritable bal traditionnel avec des groupes de musiciens du film. Près de 1000 personnes dansant jusqu’à 2 heures du matin sur la plage de la Croisette, dont « l’équipe d’un film chinois, tous en smoking et robe de soirée, les escarpins à la main, les pieds nus dans le sable, en train de danser un rondeau des Landes », se souvient avec émotion la réalisatrice.

Lorsque Le grand bal est sorti en salles, peut-être avez vous cru qu’un documentaire sur des gens qui dansent des mazurkas, des bourrées  ou des scottishs au son d’orchestres où dominent des accordéons, des violons et des vielles à roue, n’était pas susceptible de vous intéresser ! Vous n’êtes donc pas allé le voir. Eh bien, il sort en DVD et, pour plusieurs raisons, c’est un film à voir et à revoir. Pour le plaisir des yeux, parce qu’il s’agit bel et bien d’un très beau film de cinéma avec tout ce que cela signifie : format 2.35 : 1, beaucoup de profondeur de champ, une très belle lumière, le côté hypnotique de la danse, qu’elle se fasse en couple, en ligne ou sous forme de cercle circassien. Pour le plaisir des oreilles car on ne cesse d’entendre des musiques authentiques et de grande qualité, venues d’un peu partout et non « formatées », des musiques dont c’est un euphémisme de dire qu’on les entend rarement sur les radios et les télévisions. Un film à voir et à revoir parce qu’à force de regarder ces gens qui respirent la joie de vivre, ces gens qui ont oublié les différences d’âge et de condition, très vite, il donne la pêche et on se sent bien !

Et puis, cerise sur le gâteau, sans avoir l’air d’y toucher, Le grand bal est, aussi, un film politique : un film qui prône le « vivre ensemble », le partage, la convivialité, l’absence de barrières (ou de murs !!),  l’accueil de « l’autre ». Un film qui met la « culture trad » face à la « société de consommation » qui nous est imposée à grands coups de publicités : dans celle-ci, comme le dit la réalisatrice, « je prends, je consomme, je jette » alors que dans la culture trad, « je reçois, j’entretiens, je fais fructifier, je transmets ». Une approche voisine de la philosophie des indiens d’Amérique et qui ferait un beau slogan pour toutes celles et tous ceux qui s’intéressent à l’avenir de la planète.

Peu avant sa sortie en salle, Tobias avait écrit une critique de ce film. Pour la lire, c’est ici.

Le DVD

[4/5]

Pour ce beau film, Pyramide Vidéo a fait du beau travail. On commencera par les bonus. Il y a tout d’abord la présence d’un livret de 16 pages avec des photos et des retranscriptions de textes de Laetitia Carton. Par ailleurs, il est sûr qu’avec 200 heures de rushs, il était assez facile de trouver de belles séquences que Laetitia Carton et Rodolphe Molla avaient dû sacrifier, la mort dans l’âme, n’en doutons pas ! On en retrouve 9  dans un florilège de scènes coupées d’une durée totale de 36 minutes environ. Intéressante aussi, la présentation du film par sa réalisatrice, d’une durée de 4 minutes. On retiendra particulièrement : « Au delà la danse, il y a une autre manière d’être ensemble à rebours de ce que notre société nous propose, avec une vie collective, une attention à l’autre, une curiosité et puis, beaucoup de gaieté ». Enfin, un lien Vimeo, indiqué avec son mot de passe sur le livret et sur le DVD, permet de voir un « making of » du film, d’une durée de 23 minutes avec, en particulier, quelques images du Grand Bal donné sur la plage de Cannes en mai 2018.

Le beau travail de Pyramide Vidéo, c’est aussi une image et un son de qualité. Important, le son, la musique jouant un grand rôle dans le film. Un son disponible en 2.0 et en 5.1, avec possibilité d’une audio-description et  celle d’ajouter un sous-titrage pour sourds et malentendants. Un conseil : n’hésitez pas à utiliser ce sous-titrage même si votre audition est parfaite. Vous y gagnerez des informations sur le nom des danses pratiquées et les instruments que l’on entend.

Articles semblables

Partage

Auteur

Avatar
Jean-Jacques

Cet article a été rédigé par Jean-Jacques Corrio, Rédacteur de Critique Film. Lire tous ses articles