Test DVD : Le gladiateur magnifique

0
400

Italie : 1964
Titre original :
Réalisation :
Scénario : Alfonso Brescia
Acteurs : , Marilù Tolo,
Éditeur :
Durée : 1h31
Genre :
Date de sortie cinéma : 20 février 1966
Date de sortie DVD : 31 mai 2020

 

Hercule sauve Velida, la fille de l’empereur Gallien, des Romains, en tombant amoureux. Mais elle est promise à Juddo, le chef des Prétoriens, qui convoite le trône. Il tente de parvenir à ses fins en faisant remplacer Gallien par un sosie à ses ordres. Hercule va découvrir le stratagème et lancer une révolte contre le despote…

 


 

Le film

[3,5/5]

Alors que Riccardo Freda avait remis le péplum au goût du jour en 1953 avec son Spartacus, et avec le succès mondial des Travaux d’Hercule Pietro Francisci en 1958, Cinecittà s’est mis à produire en masse des films de gladiateurs et de sympathiques musclés aux corps huilés dont on nous contait les innombrables aventures : Hercules, Maciste, Samson, Ursus ou encore Goliath ont donc commencé à envahir les cinémas de quartier, pour le plus grand plaisir des amateurs de bis et de cinéma populaire. Cependant, et dès la première moitié des années 60, l’industrie du péplum a lentement commencé à montrer des signes peut-être pas encore de réel déclin, mais surtout d’un essoufflement certain – ayant contribué à la naissance de péplums « transgenres », mélangeant le péplum avec d’autres genres, pour des résultats souvent des plus savoureux : Hercule contre les vampires, Maciste contre les monstres, Maciste contre les hommes de Pierre, Hercule à New York, Ursus dans la vallée des dinosaures, Hercule fine gâchette de l’Ouest, Samson contre les martiens de Vénus… Bon, on déconne pour les trois derniers, ils n’existent pas.

Sorti en 1964, Le gladiateur magnifique est symptomatique d’une époque où les scénaristes cherchaient à renouveler le genre, ici en y intégrant des éléments très « romanesques » tirés des classiques de la littérature populaire : l’utilisation du sosie pour remplacer César Gallien ( dans un double-rôle savoureux) en est un parfait exemple, tout comme ce recours récurrent à Drusio (), un personnage comique all’italiana, bavard et bouffon comme il faut. Ce dernier se réserve d’ailleurs quelques jolis moments comiques parfaitement efficaces, comme les passages avec ses chèvres ou celui, assez impayable, où il joue les gladiateurs au cœur de l’arène.

Le film d’Alfonso Brescia met en scène Attale – ou Attalus – qui se verra rebaptisé Hercule dans la version française. Notre Hercule pour cette fois est donc interprété par Mark Forest, qui incarnerait les musclés de péplum dans une douzaine de films entre 1960 et 1965. Face à lui, le « méchant » de l’histoire n’est pas incarné par l’empereur César, qui est ici représenté sous les traits d’un gars plutôt sympa, amène et compréhensif, mais par le chef des prétoriens, le général Zuddo, un parfait petit hargneux à la Iznogoud, incarné par Paolo Gozlino. Sa compagne Clea () se pose d’ailleurs également là dans le genre salope et manipulatrice, n’hésitant pas à jouer de ses charmes quand cela peut la servir. Heureusement, Hercule a plus d’un tour dans son sac et un groupe d’amis / soldats fidèles, et les rebondissements très inspirés par la bande dessinée s’enchaîneront sans temps mort et dans une ambiance bon enfant. Le film est amusant à souhait, les acteurs semblent bien s’amuser, et la version française, délicieusement surannée, contribue à donner au film une coloration familiale des plus agréables… En partie grâce à un doublage notamment assuré par Guy Piérauld, voix historique de Bugs Bunny ou de Max la menace.

 

 

Le DVD

[4/5]

Le gladiateur magnifique débarque donc en DVD dans la collection « Péplum » d’Artus Films, qui s’avère sans aucun doute possible l’un des plus grands pourvoyeurs de cinéma bis en France de nos jours (pour notre plus grand plaisir). Le film d’Alfonso Brescia nous est donc proposé dans un master relativement propre et de bonne tenue. La compression ne pose pas de problème majeur, même sur les scènes de nuit, la définition et le piqué s’en tirent bien – pour de la définition standard bien sur – bref, l’éditeur a réussi à exploiter de façon intelligente les qualités et limites du support DVD, tout cela bien sûr étant en corrélation avec le master dont ils disposaient ici, qui n’est probablement pas de première jeunesse, avec des contrastes pas toujours au top et des couleurs manquant de tranchant. Cela dit, l’ensemble permet de (re)découvrir le film dans des conditions très correctes, et ce plaisir-là l’emportera logiquement sur toute autre considération : les fans de péplums seront en effet ravis de pouvoir revoir ce film en vidéo. Côté son, VF d’époque et VO sont toutes deux proposées en Dolby Digital 2.0 mono d’origine, et ne présentent pas de problème particulier même si elles manquent certes un peu d’ampleur.

Du côté des suppléments, outre une galerie de photos et la présence anecdotique du générique français du film (probablement tiré d’un transfert VHS), on aura l’immense chance de trouver une présentation du film par (14 minutes), au cœur de laquelle de créateur et rédac’ chef du site de référence reviendra sur la période historique abordée par Le gladiateur magnifique, ainsi que ce qui est crédible au cœur du film et ce qui est plus fantaisiste. Il évoquera ainsi les qualités du film d’Alfonso Brescia, mais citera également sans ambages les éléments qui le gênent d’avantage. Une belle édition pour un film « plaisir » à découvrir !

Attention : suite aux mesures de confinement liées à la crise du COVID-19, Artus Films a dû s’adapter et reporter la sortie du Gladiateur magnifique, initialement prévue au 7 avril, au 31 mai pour les réseaux de vente traditionnelle. Cependant, la boutique en ligne d’Artus Films reste ouverte : vous pouvez donc d’ores et déjà commander le film sur le site de l’éditeur afin de profiter de cet excellent petit péplum durant le confinement !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici