Test DVD : Le Ciel rouge

0
267

Le Ciel rouge

Allemagne : 2023
Titre original : Roter Himmel
Réalisation : Christian Petzold
Scénario : Christian Petzold
Acteurs : Thomas Schubert, Paula Beer, Enno Trebs
Éditeur : Blaq Out
Durée : 1h38
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 6 septembre 2023
Date de sortie DVD : 20 février 2024

Une petite maison de vacances au bord de la mer Baltique. Les journées sont chaudes et il n’a pas plu depuis des semaines. Quatre jeunes gens se réunissent, des amis anciens et nouveaux. Les forêts desséchées qui les entourent commencent à s’enflammer, tout comme leurs émotions. Le bonheur, la luxure et l’amour, mais aussi les jalousies, les rancœurs et les tensions. Pendant ce temps, les forêts brûlent. Et très vite, les flammes sont là…

Le film

[4/5]

L’allemand Christian Petzold n’est certainement pas un inconnu des lecteurs de critique-film.fr, puisque l’on avait déjà partagé avec nos lecteurs notre enthousiasme autour de ses films précédents Phoenix (2014) et Transit (2018). Son dixième long-métrage, Le Ciel rouge, qui a remporté le Grand prix du jury à la Berlinale 2023, est présenté comme le deuxième volet d’une trilogie sur les mythes allemands, qu’il avait entamée en 2020 avec Ondine.

Si l’élément central au cœur d’Ondine était l’eau, c’est le feu qui sera au centre de toutes les attentions dans Le Ciel rouge, puisqu’un incendie de forêt est ici l’élément majeur d’un récit mettant en scène quatre personnages qui se heurteront, s’affronteront et, finalement, apprendront les uns des autres. Le décor est ainsi rapidement planté par Christian Petzold, qui nous donne à découvrir une poignée de personnages à bout de nerfs, qui ne pourront jamais se sentir réellement apaisées tant le feu qui s’approche petit à petit les menace, illuminant le ciel même la nuit.

Christian Petzold parvient à rendre les personnages vivants et réalistes, et d’une manière très sèche, grâce notamment à des dialogues concis et durs. Il réussit également à faire le grand écart entre les moments sérieux et les moments d’humour qui émaillent cependant régulièrement Le Ciel rouge. Les acteurs sont excellents, avec une mention particulière à Thomas Schubert, qui vole régulièrement la vedette à ses camarades de jeu en parvenant à rendre plus vrai que nature le personnage de Léon, cet écrivain raté mais attachant qui, d’une part, aspire à l’affection et à la reconnaissance, mais qui, d’autre part, se renferme sur lui-même et ne laisse personne s’approcher vraiment de lui.

Bien que le cadre soit plutôt tranquille, Le Ciel rouge développe par ailleurs un certain suspense, et ce grâce aux liens subtils qui unissent les protagonistes du récit, et à leurs formidables interactions. On retient son souffle dès que les regards et les mots se croisent, et la tension ne fera qu’augmenter jusqu’à un final qui fait malheureusement un peu retomber le soufflé. La résolution du drame manque en effet un peu d’inventivité, et il est presque dommage que le personnage de Léon perde, au détour d’une phrase vers la fin du film, l’importance et le charme que lui conféraient son silence et sa manière simple de communiquer. Néanmoins, le dernier acte du Ciel rouge s’inscrit dans le concept global du film de Christian Petzold, et ne diminue en rien la force de ce qui précédait. Une belle réussite !

Le DVD

[4/5]

Après une courte carrière au cinéma ayant attiré un peu moins de 60.000 français dans les salles obscures, Le Ciel rouge s’offre maintenant une carrière en DVD sous la bannière de Blaq Out. Après le succès modeste du film au box-office, estimons-nous donc déjà heureux d’avoir l’opportunité de redécouvrir le film de Christian Petzold en DVD dans l’hexagone, et remercions donc chaleureusement Blaq Out. Afin de rendre hommage au film, ainsi qu’au Grand prix du jury qu’il a obtenu l’année dernière à Berlin, l’éditeur nous livre d’ailleurs une galette DVD purement et simplement irréprochable. La définition et les contrastes sont au taquet, composant intelligemment avec les limites d’un encodage en définition standard. Côté son, la version allemande est proposée en Dolby Digital 5.1, à la spatialisation discrète mais efficace. On notera cela dit que Blaq Out n’oublie pas les cinéphiles ne disposant pas de système Home Cinema : un mixage Dolby Digital 2.0 est également disponible, et s’avérera plus équilibré si vous visionnez Le Ciel rouge sur un simple téléviseur. Pas de bonus.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici