Test DVD : Le cercle des petits philosophes

0
353
LE CERCLE DES PETITS PHILOSOPHES 2018 documentaire de Cecile Denjean Frederic Lenoir. documentaire; documentary Prod DB © Scientifilms - France 2 / DR

Le cercle des petits philosophes


France : 2018
Titre original : –
Réalisation : Cécile Denjean
Interprète : Frédéric Lenoir
Editeur : L’Atelier d’images
Durée : 1h24
Genre : documentaire
Date de sortie cinéma : 17 avril 2019
Date de sortie DVD : 1er octobre 2019

 

Quel est le sens de la vie ? Pourquoi on vit ? Pourquoi on meurt ? Qu’est-ce-que l’amour ? Ces questions, le philosophe et auteur à succès Frédéric Lenoir, les a posées à des enfants de 7 à 10 ans, au cours d’ateliers philosophiques qu’il a mené dans deux écoles primaires durant une année scolaire. Il nous invite à partager les pensées de ces enfants, qui se confrontent à la complexité du monde et la violence de leurs émotions. Frédéric Lenoir s’émerveille encore par la capacité des enfants à s’emparer de questions existentielles, à argumenter, à débattre …à devenir de petits philosophes !

 

 

Le film

[4/5]

Quelques mois avant la sortie de La vie scolaire, tourné durant des vacances scolaires dans un collège de Saint-Denis, était apparu sur nos écrans un documentaire, Le cercle des petits philosophes, tourné sur une année scolaire dans deux écoles primaires, l’une située dans un quartier populaire de Paris, l’autre à Pantin. Les enfants qu’on voit dans les deux films viennent de milieux très proches mais ils diffèrent par leur âge : adolescents dans La vie scolaire, entre 7 et 10 ans dans Le cercle des petits philosophes. D’un côté, des enfants faisant preuve d’une étonnante maturité, de l’autre des enfants totalement immatures. Précision importante : les enfants qui font preuve d’une étonnante maturité, ce sont ceux qui ont entre 7 et 10 ans !

Il faut dire que les 2 films se placent dans des catégories différentes. En effet, La vie scolaire n’a qu’un seul but : faire rire en alignant les unes derrière les autres des situations dans lesquelles les élèves, les assistants d’éducation et même certains professeurs, se disputent la palme de savoir qui est le plus crétin du collège. Il est probable, malheureusement, que la plupart de ces situations sont proches de ce qui se passe dans la réalité, le problème n’est pas là : ce film obscène, qui ne cherche qu’à faire rire sur l’état désastreux dans lequel se trouve trop souvent le système éducatif français, ne propose aucune réflexion politique, rien sur le « comment en est-on arrivé là », rien sur les véritables conséquences de cette situation, par exemple pour les profs, les burn out, les suicides, rien sur des pistes pour essayer de s’en sortir. Tout le contraire de Le cercle des petits philosophes ! En effet, c’est une solution « clé en mains » que propose le film de Cécile Denjean : l’apprentissage de la philosophie dès l’école primaire, c’est-à-dire, dès que l’enfant est capable de faire preuve d’une capacité  d’abstraction. Pas de méprise : il ne s’agit pas d’un enseignement de la philosophie, car on ne lit pas Kant à 7 ans ! Par contre, il est possible de philosopher à 7 ans. En fait, il s’agit d’apprendre aux enfants, par la pratique, à avoir un esprit critique, à écouter les autres, à débattre, à développer une pensée personnelle, à argumenter, sur des sujets tels que la vie, la mort, l’amour, l’amitié, la peur, le bonheur, le paradis, l’enfer, le droit au mensonge, etc.

 

 

A part les enfants, le protagoniste principal du film est le philosophe, sociologue, écrivain et conférencier Frédéric Lenoir. Reprenant à son compte la formule de Michel de Montaigne « Mieux vaut une tête bien faite qu’une tête bien pleine » et s’inspirant des travaux du philosophe et pédagogue américain Matthew Lipman ainsi que de l’expérience de nombreux pays ayant ouvert à des enfants le champ du dialogue philosophique depuis plusieurs années, Frédéric Lenoir s’est mis en tête d’ouvrir le plus grand nombre possible d’ateliers de philosophie dans les écoles, en France d’abord, puis dans d’autres pays. Pour lui, « si on faisait des ateliers de philosophie et de méditation dans toutes les écoles du monde, le monde changerait en une génération puisqu’on aurait des gens qui seraient capables de gérer leurs émotions, (…) d’avoir un esprit critique et de ne pas se laisser embringuer dans toutes les idéologies, politiques, religieuses, consuméristes, qui sont en train de détruire la planète. C’est l’éducation qui est la clé de tout ! ». Sans forcément partager entièrement l’optimisme de Frédéric Lenoir, on peut penser sans grand risque de se tromper que les protagonistes de La vie scolaire n’ont jamais eu l’occasion de participer à un atelier de philosophie !

Afin de faciliter l’essaimage de ces ateliers de philosophie, Frédéric Lenoir a activement participé à la création, en 2016, de l’association SEVE (Savoir être et vivre ensemble), une structure qui, non seulement, participe à l’animation d’ateliers de philosophie, mais aussi forme des animateurs. C’est tout cela que nous montre le film, la plus grande partie étant toutefois consacrée à des ateliers de philosophie animés par Frédéric Lenoir. Des ateliers qui commencent par une petite période de méditation et de respiration, yeux fermés, dans le silence, afin de faire venir le calme en soi et de devenir beaucoup plus attentif . Des ateliers très bluffants dans leurs contenus, tellement ce qu’on entend de la bouche d’enfants de moins de 10 ans s’avère être, souvent, d’une étonnante pertinence et d’une grande sagesse. Un seul petit exemple ? Concernant l’enfer : « L’enfer, il existe l’enfer. c’est la pollution, l’enfer, c’est les terroristes. L’enfer, il est déjà sur la terre ». De temps en temps, la caméra accompagne un enfant dans son environnement familial, dans une modeste chambre d’hôtel chez l’un, auprès d’un piano avec lequel il compose des mélodies chez un autre.

 

 

Le DVD

[4/5]

Il est certain qu’on n’attend pas d’un tel film les qualités visuelles et sonores d’un grand film de fiction. Il était quand même important que le DVD mette bien en valeur le travail de Valério Carignano, le directeur de la photographie. C’est le cas ! Quant au son, il est audible en Dolby 5.1 avec possibilité d’ajouter un sous-titrage pour sourds et malentendants.

Le DVD propose 3 suppléments qui complètent ce qu’on a appris au travers du film. Le premier est un entretien de 18 minutes avec Cécile Denjean, la réalisatrice. L’occasion de nous rappeler que le film avait eu droit à une diffusion télé en février 2018, en fin de soirée sur France 2, dans une version raccourcie à 55 minutes. L’occasion aussi, entre autres, d’expliquer sa démarche et de nous expliquer pourquoi on voit certains enfants plus que d’autres. Le deuxième est un entretien de 9 minutes avec Frédéric Lenoir. Un entretien un peu redondant avec le film lui-même et l’entretien avec la réalisatrice, mais qui a le mérite d’expliquer pourquoi le tranche d’âge 9-10 ans est la plus intéressante en matière d’atelier de philosophie. Quant au 3ème supplément, d’une durée de 10 minutes, il est consacré à nous faire connaître l’association SEVE, son organigramme et les buts qu’elle poursuit.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici