Test DVD : La terre éphémère

1
350

La terre éphémère

la terre éphémère dvdGéorgie, France, Allemagne, République tchèque, Kazakhstan : 2014
Titre original : Simindis kundzuli
Réalisateur : George Ovashvili
Scénario : George Ovashvili, Roelof Jan Minneboo, Nugzar Shataidze
Acteurs : İlyas Salman, Mariam Buturishvili, Irakli Samushia
Éditeur : Blaq Out
Durée : 1h36
Genre : Drame
Date de sortie cinéma : 24 décembre 2014
Date de sortie DVD : 9 avril 2016

 

Sur le fleuve Inguri, frontière naturelle entre la Géorgie et l’Abkhazie, des bandes de terres fertiles se créent et disparaissent au gré des saisons.
Un vieil Abkaze et sa petite fille cultivent du maïs sur une de ces îles éphémères.
Le lien intense qui les lie à la nature est perturbé par les rondes des garde-frontières.

la terre éphémère 3

Le film

[4/5]

Une petite île au milieu d’un fleuve entouré de montagnes. Un vieil homme arrive sur sa barque et en prend possession. Bientôt rejoint et aidé par sa petite-fille, une jeune adolescente de 12-13 ans, il construit patiemment une cabane en planches et travaille la terre. Un tel bout de terre est une bénédiction pour les paysans de la région : chaque année, lors des grandes crues de printemps, le fleuve Inguri crée ainsi de petits lopins d’une terre très fertile, des îles éphémères qui laissent juste le temps à des gens courageux de semer et de récolter du maïs, ce qui permettra de nourrir la famille durant l’hiver suivant. A condition, toutefois, que la nature soit de votre côté ! Entre le grand-père et sa petite-fille, nul besoin de se parler pour se comprendre. Leur conversation se limite à quelques questions et réponses en langue abkhaze. Sur les études de la jeune adolescente. Et à qui appartient cette île, aux géorgiens ? Demande la jeune adolescente ; l’île a été créée par la rivière, c’est à elle qu’elle appartient, répond son grand-père. Une question qui prend tout son sens lorsqu’on prend conscience que la calme absolu qui devrait régner autour de l’île est souvent rompu par le bruit de coups de feu, lorsqu’on voit défiler des barques à moteur sur le fleuve, des barques avec des soldats à leurs bords, géorgiens, abkhazes, russes, des soldats qui, parfois, s’arrêtent pour interroger le vieil homme. En effet, le fleuve Inguri marque la frontière entre la Géorgie et l’Abkhazie, une entité qui faisait partie de la Géorgie et qui a déclaré son indépendance en 1992. Sur cette île qui appartient au fleuve, un soldat blessé peut être recueilli, soigné et protégé par des membres de l’autre camp. Par contre, pour le grand-père, pas question qu’un jeu, fût-il innocent, se prolonge entre ce militaire et sa petite-fille !

la terre éphémère 1

Après un excellent premier long métrage, L’autre rive, film de 2009 dans lequel le conflit entre la Géorgie et l’Abkhazie servait déjà de décor aux interrogations d’un jeune adolescent au strabisme prononcé, George Ovashvili utilise à nouveau la même toile de fond pour peindre avec soin les rapports de l’homme avec la nature, parfois amie, parfois ennemie, pour dénoncer à demi-mot la soif de possession des hommes et des états, pour exposer avec délicatesse l’éveil à la sensualité d’une toute jeune fille en train de devenir femme. Si le premier dialogue du film intervient au bout de 19 minutes, pas moins de 3 langues différentes y sont parlées : l’abkhaze, le géorgien et le russe. Fort heureusement, le sous-titrage précise la langue parlée par l’un ou l’autre des personnages. Avec une première partie qui s’apparente à un documentaire et une partie fictionnelle qui, avec très peu de personnages et très peu de dialogues, devient de plus en plus passionnante, ce film, tourné en 35 mm, propose de très belles images avec une utilisation magistrale de la profondeur de champ. Soyons clair : on ne conseillera pas ce film à celles et ceux qui ont besoin d’effets spéciaux pour s’intéresser à un film. Par contre, quiconque aime, au cinéma, une représentation authentique et fine d’un milieu naturel et des sentiments humains y trouvera son compte.

 

la terre éphémère 7

Le DVD

[4/5]

Nul besoin de s’étendre longuement sur la qualité de ce DVD proposé par Blaq Out : les belles images du film sont parfaitement rendues, le film se voit en version originale sous-titrée en français. Si le boitier du DVD précise qu’un choix est possible entre Dolby Stéréo 2.0 et Dolby Digital 5.1, la réalité est différente, le DVD ne donnant pas cette option. En supplément, on trouve un entretien avec le réalisateur d’une durée de 14 minutes et réalisé en anglais (C’est sous-titré, rassurez vous !) au moment de la sortie du film dans les salles françaises. Pour lui, le personnage le plus fort du film, c’est très simplement la nature et sa conception du cinéma consiste à donner au moins autant d’importance aux émotions qu’aux faits. Il évoque aussi les 9 ans qui se sont écoulés entre l’obtention de son diplôme et la réalisation de son premier long métrage. La surprise aussi qu’il a vécue lorsque c’est son projet de long métrage (et lui seul !) qui a été retenu en 2005, lorsque, pour la première fois dans son pays, des fonds publics ont été débloqués pour aider à la réalisation d’un film.

Ce DVD est disponible, entre autre, directement chez Blaq Out.

la terre éphémère 5

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici