DVD — 11 juin 2016
Test DVD : La chambre interdite

Canada : 2015
Titre original : The forbidden room
Réalisateur : ,
Scénario : Guy Maddin, Evan Johnson, Robert Kotyk, John Ashbery
Acteurs : , Udo Kier, , , , Charlotte Rampling, Jacques Nolot, Karine Vanasse, , , , ,
Éditeur :
Durée : 1h59
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 16 décembre 2015
Date de sortie DVD : 7 juin 2016

 

Dans le sous-marin Plunger, l’oxygène se fait rare. Le compte à rebours vers une mort certaine est enclenché. L’équipage cherche en vain le capitaine, le seul capable de les sauver. Soudain, de manière improbable, un bûcheron perdu arrive parmi eux et leur raconte comment il a échappé à un redoutable clan d’hommes des cavernes. Sa bien-aimée à été enlevée par ces hommes féroces, et il est prêt à tout pour la sortir de là…

 

 

Le film

[5/5]

Une fois n’est pas coutume, avant d’aborder de front l’expérience intense et extraordinaire qu’est La chambre interdite de Guy Maddin et Evan Johnson, il nous faut aborder le projet « Séances », qui est à l’origine du long-métrage. Le projet « Séances » c’est tout d’abord une série de cent courts métrages co-écrits par Guy Maddin et John Ashbery, réalisés et tournés par Guy Maddin aux quatre coins du monde, en prenant pour inspiration ce que l’on sait aujourd’hui des films « perdus » de F.W. Murnau, Fritz Lang, Alfred Hitchcock, John Ford, Frank Borzage, Dwain Esper… Maddin et Ashbery se sont donc plongés dans les archives et se sont inspirés de synopsis, de titres, de critiques de l’époque ou encore de photos de tournage… Un long métrage est né de l’imbrication d’une partie de ces courts-métrages : La chambre interdite. Véritable poupée russe scénaristique façonnée en collaboration avec Evan Johnson et Robert Kotyk, ce film plonge le spectateur dans des aventures pour le moins décousues et rocambolesques…

Vous l’aurez compris : le moins que l’on puisse dire, c’est que ce onzième long métrage de Guy Maddin s’avère une œuvre absolument unique : plongeant à corps perdu dans un univers surréaliste, nous présentant des tableaux absurdes et oniriques, il aborde dans sa narration complètement folle et déconstruite pas moins de dix-sept histoires différentes, se répondant les unes aux autres dans un maelstrom de couleurs et de tableaux complètement fous. Ainsi, avec cette incursion au cœur de l’étrange, Maddin signe l’une des œuvres les plus folles et les plus conceptuelles, un de ses films les plus expérimentaux également… Paradoxalement, La chambre interdite compte probablement parmi ses films les plus beaux, les plus passionnants et les plus impressionnants d’un pur point de vue visuel. Enchainant les tableaux de toute beauté, utilisant les intertitres avec un Art délicat, ces derniers participant à la fois de la narration et à l’humour du métrage, Guy Maddin nous livre ici un foutu chef d’œuvre, une œuvre si dense et poétique que l’on ne peut en faire le tour en un seul visionnage. A la fois structuré et dingue, La chambre interdite ne peut être raconté : on y croisera pêle-mêle des sauvages vivant dans une grotte et soumettant des épreuves physiques très étranges aux nouveaux venus, des bananes vampires, un obsédé des arrière-trains, un voleur de calamar, des femmes squelettes, une moustache ou encore le monstre Lug-Lug… Il convient de ne pas chercher à comprendre : il faut juste voir La chambre interdite pour réussir à l’appréhender. Une expérience époustouflante garantie sur facture, et désormais disponible en vidéo grâce à ED Distribution.

Le DVD

[4/5]

Disponible au sein d’un magnifique digipack 2 DVD, contenant également un livret de 20 pages revenant sur la genèse du film et un avant-propos signé Guy Maddin lui-même, La chambre interdite s’offre donc une édition DVD à la hauteur du morceau de péloche qu’il propose. On tire donc notre chapeau à ED Distribution. Côté master, tout a été également fait pour rendre honneur au gros travail sur l’image effectué sur le film : l’éditeur nous propose de découvrir La chambre interdite sur un DVD quasiment sans faille : définition, piqué et couleurs composent parfaitement avec les limites d’un encodage en définition standard, le film est naturellement proposé au format respecté, et même les couleurs très saturées (rouge, vert…) passent finalement très bien à l’écran. Côté bande-son, le film est proposé en Dolby Digital 5.1 ou 2.0, au choix, le mixage multicanal s’avérant, contre toute attente, dynamique et bien enveloppant.

Le deuxième DVD est consacré aux suppléments : outre les traditionnelles bandes-annonces des films de Guy Maddin (auquel l’éditeur a ajouté le teaser du site Internet Séances, on trouvera deux courts-métrages très expérimentaux réalisés dans le cadre du projet « Séances » (Ectoloop 1 et Once a chicken), d’amusants et hypnotiques posters vivants (!!!), ainsi que, last but not least, un passionnant documentaire consacré à Guy Maddin, réalisé par Yves Montmayeur et intitulé The 1000 eyes of Dr Maddin (qui a d’ailleurs obtenu le prix du meilleur documentaire sur le cinéma à Venise en 2015). Une occasion de voir l’artiste au travail avant le tournage des courts du projet Séances, et organisant carrément des séances de spiritisme pour invoquer l’esprit des films disparus. Il faut le voir pour le croire…

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles

(0) Readers Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *