DVD Séries TV — 16 décembre 2018
Test DVD : Call the midwife – Saisons 1 et 2

 
 
Royaume-Uni : 2012/2013
Titre original : –
Créateur :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 14h environ
Genre : Série TV, Drame, Historique
Date de sortie DVD : 14 novembre 2018

 

 

East End, Londres, 1957. Sage-femme fraîchement diplômée, la jeune Jenny Lee s’apprête à entrer dans la vie active. Mais en lieu et place de l’hôpital où elle croit avoir été embauchée, c’est un couvent qui l’attend : Nonnatus House. Elle va y découvrir l’âpre réalité d’un quartier défavorisé, mais aussi faire la connaissance de femmes qui sont de véritables héroïnes…

 

 

Les saisons

[4/5]

Le prisme des sujets abordé par les séries télé à travers le monde est vaste, très vaste, et comme se plaît à le rappeler ma grand-mère, il y en a « pour tous les goûts ». Cependant, si on vous avait dit un jour que vous vous passionneriez pour la description fidèle d’un microcosme de sages-femmes dans la Grande Bretagne des années 50, vous y auriez cru, vous ? C’est pourtant ce que propose la BBC depuis 2012 avec Call the midwife, série créée par Heidi Thomas d’après le best-seller autobiographique de Jennifer Worth « Appelez la sage-femme ». Autant dire que l’on n’est pas tout à fait dans l’univers aseptisé d’Urgences ou de Grey’s anatomy, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que la description de la vie de ces femmes se débattant avec leur métier mais aussi en quelque sorte avec la société britannique de l’époque dans un quartier défavorisé de Londres développe un côté profondément addictif. Plus surprenant encore, malgré les à priori que pourrait avoir le spectateur masculin, persuadé en insérant le premier DVD de la série dans le lecteur que ce type de séries n’était « pas pour lui », Call the midwife parviendra probablement au fil des épisodes à complètement retourner l’auditoire, quels que soient son sexe et ses idées toutes faites.

Les deux premières saisons de Call the midwife ne comptent au total que 14 épisodes : six pour la première, huit pour la deuxième. Entre les deux saisons, les auteurs nous ont également concocté un double-épisode de Noël, le « Christmas special » étant une institution sur la BBC. Le spectateur est littéralement pris par la main dès le premier épisode du show, qui nous proposera d’évoluer aux côtés de Jenny Lee, s’installant au couvent et découvrant une activité de sage-femme bien différente de ce à quoi elle s’attendait, ce qui remettra en cause toutes ses certitudes, sur la société bien sûr, mais également sur l’être humain en général, sa noirceur, sa négligence, sa méchanceté même parfois. Les six épisodes de la première saison prennent donc la direction d’un récit initiatique fort, au cœur duquel le plus grand des bonheurs peut côtoyer, quasi-immédiatement, l’horreur la plus intense et la plus absolue.

On est donc littéralement plongé au cœur d’un univers extrêmement réaliste, humain, s’attachant à reconstituer le plus fidèlement possible l’époque et le lieux (décors, costumes, tout semble restitué avec un soin maniaque du détail, même si cela manque visuellement peut-être un peu de « crasse »), mais aussi à nous proposer la peinture de personnages et de personnalités toujours crédibles et attachants, sans la plus petite once de manichéisme, que l’on évoque les quelques sœurs que nous serons amenés à côtoyer au fil des épisodes mais également les patients et patientes, les familles, les personnages secondaires étant également criants de « vérité » et d’humanité, quelle que soit la « classe » sociale à laquelle ils appartiennent. Et si les « portraits de femmes » que nous propose Call the midwife ne sont certes pas aussi détaillés que ceux proposés par une série telle que Orange is the new black, c’est tout simplement parce que Heidi Thomas et ses auteurs tiennent à conserver la série sur les rails de sa thématique principale, c’est-à-dire la description fidèle et sans angélisme d’un « métier », cette considération prenant le pas sur tout le reste.

Durant sa deuxième saison, les bases de la série étant posées, et les deux épisodes supplémentaires le permettant, Call the midwife s’attardera un peu d’avantage sur les personnages des sœurs (leur passé, leurs fêlures…), toutes se révélant absolument attachantes, avec leurs qualités, leurs défauts, et surtout leur indépendance. Elles font régulièrement office de soupape de décompression pour le spectateur par leur humour et leur caractère. Elles se dévoilent certes lentement, avec pudeur (normal pour des bonnes sœurs me direz-vous), mais cela évite certainement aux intrigues de sombrer dans le mélodrame dans lequel elles pourraient se vautrer ; tout l’Art de Call the midwife se situe dans le détail, et c’est ce qui lui permet sans doute de tirer si finement les émotions de ses actrices, toutes excellentes. On pense bien sûr à Jessica Raine, mais également à Miranda Hart, Jenny Agutter, , , ou encore .

Véritable carton d’audience outre-Manche, la série Call the midwife compte actuellement sept saisons ; l’épisode de Noël 2018 est bien sûr d’ores et déjà programmé pour le 25 décembre, et la huitième saison devrait logiquement débuter sa diffusion sur BBC le mois suivant, soit le 20 soit le 27 janvier 2019.

 

 

Les coffrets DVD

[4,5/5]

Si la série Call the midwife était traditionnellement éditée par France TV depuis quelques années, les droits du show semblent avoir changé de mains, et c’est aujourd’hui Koba Films qui nous propose de voir ou revoir les deux premières saisons de la série créée par Heidi Thomas au cœur de deux coffrets DVD (le premier contenant deux disques quand le deuxième, qui compte 4 épisodes de plus, en contient fort logiquement trois). Côté disques, l’image est d’une précision étonnante, et fait honneur à la belle photo de la série. Les couleurs sont éclatantes, les contrastes n’étouffent pas trop les noirs, et on ne dénote pas de souci de compression majeur. Bien sûr, format SD oblige, les scènes nimbées de rouge passent un peu plus difficilement, et les arrière-plans laissent par moments apparaître de légers fourmillements. Néanmoins, l’éditeur, aguerri au format depuis de nombreuses années, sait parfaitement composer avec les limites d’un encodage DVD. Du beau travail, que vient confirmer la présence de deux mixages VF / VO Dolby Digital 2.0 stéréo d’origine (typique des productions britanniques, généralement allergiques à la spatialisation multicanal de leurs séries), immersifs et très efficaces lors des séquences les plus agitées.

Dans la section suppléments, Koba Films nous propose de découvrir le « Christmas Special » 2012, traditionnel double-épisode de Noël initialement programmé entre la première et la deuxième saison du show. Ce dernier, tout à fait charmant, tourne autour d’un bébé abandonné et des recherches afin de retrouver sa mère ; parallèlement Jenny tente de percer le mystère entourant Mme Jenkins, une vagabonde locale…

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles