DVD — 01 mars 2019
Test Blu-ray : Venom

 
États-Unis, Chine : 2018
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : , ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h52
Genre : Fantastique
Date de sortie cinéma : 10 octobre 2018
Date de sortie DVD/BR : 18 février 2019

 

Possédé par un symbiote qui agit de manière autonome, le journaliste Eddie Brock devient le protecteur létal Venom…

 


 

Le film

[2,5/5]

Le fait de revoir, avec un peu plus de dix années de recul, un film tel que L’incroyable Hulk (Louis Leterrier, 2008) nous permet de prendre conscience de l’évolution des films issus du giron de Marvel Studios, en termes de narration, de public ciblé, d’assimilation et de maîtrise des codes cinématographiques et même plus largement en termes de mise en scène pure. Maladroit, poussif dans son écriture, affichant un scénario incapable de trouver et de se fixer sur une tonalité et loupant de ce fait son coup quel que soit l’endroit où il vise, relativement grotesque et mal foutu dans ses séquences d’action, le film donne aujourd’hui vraiment l’impression d’assister aux balbutiements poussifs d’un studio tentant désespérément de se forger une identité, à grands coups de monstres se tapant sur la gueule dans des séquences innommables, illisibles et d’ellipses narratives donnant tout de même furieusement l’impression au spectateur d’être pris pour le dernier des ânes.

En 2018, à peine dix ans plus tard, les codes ont évolué, lentement mais sûrement, et le cinéma de super-héros s’est « libéré » : il est maintenant capable de nous livrer de petits chefs d’œuvres se révélant parfaitement à même de conserver une dimension réellement épique tout en jonglant des autres mains avec l’humour et même l’émotion. Des films tels que Avengers : Infinity war ou  : New generation l’ont prouvé sans conteste : il s’agit de deux exemples frappants de l’originalité, de l’intensité et de la force que peut receler ce genre, encore relativement récent, et deux gages peut-être que le meilleur est encore à venir, le film de super-héros – que beaucoup pensaient déjà usé jusqu’à la corde – parvenant encore à se renouveler et à livrer de véritables perles cinématographiques au spectateur.

Entre deux réussites consacrées au personnage de Spider-Man donc, on ne parvient pas à comprendre quelle mouche a piqué le studio Sony Pictures, qui décide de faire marche arrière toute avec Venom, film anachronique semblant débarquer avec dix ans de retard, multipliant à tel point les maladresses qu’il s’impose, au final, comme un « film de super-héros pour les nuls », semblant faire fi de toutes les évolutions du genre, tombant dans tous les pièges et dans tous les clichés. Un équivalent tardif à L’incroyable Hulk, dont la principale qualité s’avère une gestion du rythme parfaite : si le spectacle qui nous est montré nécessitera probablement, afin de ne pas hausser les yeux au ciel, de laisser le cerveau de côté le temps d’un film, au moins, tout est mis en œuvre pour qu’on ne s’ennuie pas. C’est déjà ça, et finalement, le public semble tout à fait s’en contenter, en France comme dans le reste du monde : avec plus de 855 millions de dollars de recettes, Venom est un des plus gros cartons en salles de l’année dernière, et de ce fait, on peut logiquement supposer que l’inévitable suite sera du même tonneau.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Comme d’habitude avec l’éditeur, le Blu-ray de Venom qui vient de débarquer dans les bacs sous les couleurs de Sony Pictures envoie le bois niveau visuel : le master est littéralement sublime, le piqué et le niveau de détail nous permettront d’admirer avec un certain émerveillement les formidables effets spéciaux du film (les meilleurs ainsi que ceux s’avérant plus approximatifs). En deux mots : définition et piqué de malade, couleurs explosives, niveau de détail irréprochable, gestion des scènes nocturnes ou en basse lumière vraiment remarquable… Un superbe Blu-ray, assurément. Côté son, VF et VO sont toutes deux proposées en DTS-HD Master Audio 5.1, qui nous plongent littéralement au cœur du film : confort d’écoute, dynamisme, spatialisation, tous les voyants sont au vert, c’est même assez époustouflant dans son genre – une pure et simple galette de démo technique, les séquences d’action en envoyant littéralement plein les enceintes et les mirettes : SU-BLI-ME.

Rayon suppléments, on aura droit aux habituelles featurettes riches en informations dont Sony Pictures a le secret. On commencera déjà avec la possibilité de visionner le film en « Mode Venom », avec des pop-ups informatifs s’affichant tout au long du film pour donner un aperçu de la relation entre le film et les comics ; le texte apparaît bien sûr à l’écran dans une substance visqueuse presque noire, semblable au fameux « symbiote ». On continuera avec une courte série de scènes coupées ou étendues assez anecdotiques, pour enchaîner avec une petite heure de featurettes thématiques globalement intéressantes et évitant plutôt les redondances : on y abordera évidemment le personnage, et la place de Venom dans l’histoire des comics, les changements nécessaires dans son design lors du passage de la BD au grand écran, la dualité héros / méchant du personnage, le camée de Carnage dans le film, etc. On reviendra également sur la production et le scénario du film, une featurette sera intégralement consacrée aux scènes d’action, chorégraphies et autres cascades, une autre à la personnalité de Ruben Fleischer, et pour ceux qui ne voudraient pas se fader le mode Venom dans sa totalité, un petit sujet reviendra sur quelques clins d’yeux aux comics présents dans le film, que la plupart d’entre nous auront forcément loupé (mis à part l’inévitable caméo de Stan Lee of course). On aura ensuite possibilité de comparer les prises de vue réelles par rapport à leurs prévisualisations en 3D (durant un quart d’heure environ), et on terminera avec un extrait de Spider-man : New generation, exactement le même cela dit que celui présent en plein milieu du générique de fin de Venom. Cela nous permettra de patienter en attendant la sortie du Blu-ray de Spider-man : New generation, meilleur film jamais consacré au personnage de l’homme araignée et peut-être bien aussi le meilleur film de l’année 2018 tout court.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles