Test Blu-ray : Tokyo Ghoul – Saison 1 – Édition collector

0
844

– Saison 1 – Édition collector


Japon : 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs (VO) : , ,
Éditeur : @Anime
Durée : 5h00 environ
Genre : Animation, Horreur
Date de sortie DVD/BR : 24 juin 2015

 

 

Tokyo est frappée par de nombreux crimes perpétrés par des goules. Kaneki, un étudiant, s’est épris de Lize une fille magnifique qu’il a rencontré dans un café. Les deux jeunes gens deviennent vite un peu plus intimes. Mais Kaneki ne sait pas que Lize est en réalité une goule qui va l’attirer dans un piège cruel et le transformer malencontreusement en l’un de ces « monstres » mangeurs d’hommes. Mi-humain, mi-goule, Kaneki doit maintenant apprendre à vivre sous sa nouvelle forme et à lutter contre ses pulsions qui le tiraillent…

 

 

La saison

[4/5]

Pour les spectateurs s’étant déjà plongé dans la lecture des mangas de la série , la version animée produite par le studio Pierrot pourra donner une impression vaguement déceptive ; même s’il s’agit d’une série bourrée de qualités, il s’agit avant tout d’une œuvre au dessus de laquelle flotte malheureusement l’ombre d’un récit graphique tellement barré et extrême que toute adaptation semble forcément très adoucie. C’est également le cas du Faust de Brian Yuzna, du Coq de Combat de Pou-Soi Cheang ou encore du Wanted signé Timur Bekmambetov.

Néanmoins, dans le cas de comme dans celui des trois films que l’on vient de citer, l’adaptation affiche des qualités et une identité propres, qui en font une œuvre indépendante résolument différente de son modèle : la direction artistique de la série est en effet assez bluffante et la narration part dans des directions jusqu’ici inédites dans la version « papier ». Pour les néophytes, est donc un seinen –ou manga principalement destiné à un public de jeunes hommes de 15 à 30 ans– très orienté action, gore et sexe, et s’avère adapté du manga assez grandiose de , disponible en France chez Glénat.

Commençant en trombe avec trois épisodes puissants aux forts relents sadomasochistes, la première saison de la série animée nous propose de découvrir une version très simplifiée de l’intrigue de l’œuvre d’Ishida, un peu moins glauque et étouffante, faisant parfois apparaître puis disparaitre des personnages importants du manga de façon très rapide, mais parvenant tout de même à éviter les clichés. Surtout, la série parvient sans peine à imposer un rythme soutenu autour du personnage de Kaneki, anti-héros par excellence apparaissant ici comme beaucoup plus « geignard » que dans la version papier mais qui s’offre tout de même quelques beaux moments badass.

Dans le dernier tiers de la saison, le show prend par ailleurs une dimension philosophique assez captivante autour des personnages de Jason et de la Goinfre, mais également des dilemmes moraux de Kaneki, ghoule malgré lui. Bref, nous propose des combats enlevés, une animation solide, un character design magnifique, du gore, un peu de sexe aussi, et enfin et surtout une très intéressante réflexion sur le fait de « bouffer ou être bouffé » qui, il va sans dire, n’est pas à prendre au sens littéral mais s’applique à la société en général. Une belle réussite.

 

 

Le coffret Blu-ray

[5/5]

Nouvel éditeur sur le front de la vidéo, @Anime prend grand soin de proposer de « beaux objets », propres à fasciner les collectionneurs. A ce titre, le packaging de l’édition collector Blu-ray de est probablement ce qui ce fait de mieux en France en matière d’édition vidéo. Avec son coffret cartonné solide avec dorure rouge sur le titre surplombé d’un contour plastifié rigide, le tout contenant un Art-book de 80 pages à couverture cartonnée et un digipack pour les deux Blu-ray, cette édition collector en impose avant même le visionnage de la série. Le soin apporté à l’ensemble et la qualité des finitions en font vraiment un superbe objet, qu’on sera très fier de voir trôner sur nos étagères.

Techniquement, l’éditeur n’est pas en reste puisque le transfert sur galette Blu-ray s’avère vraiment de toute beauté. Couleurs, piqué, contrastes et encodage, tout est fait pour magnifier le travail des studios Pierrot sur la série. Côté son, VF et VO japonaise sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0 et sont littéralement tonitruantes ; on notera que si on préfère de loin la version originale, il faut admettre le soin apporté au doublage français.

Du côté des suppléments, on trouvera les génériques de début et de fin en version « clean », c’est à dire sans les encombrantes mentions écrites. Une poignée de bandes-annonces et spots TV japonais terminent le tour du propriétaire. Une édition indispensable !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici