Test Blu-ray : Théâtre de sang

0
679

Royaume-Uni : 1973
Titre original : Theater of blood
Réalisation :
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h44
Genre : Horreur
Date de sortie cinéma : 16 août 1973
Date de sortie DVD/BR : 19 août 2020

A Londres, un éminent critique de théâtre est assassiné, puis deux, puis trois. Le meurtrier, Lionheart, jadis interprète de grands rôles shakespeariens que tout le monde croit mort, a décidé de se venger de ceux qui refusèrent de reconnaître son talent…

Le film

[3,5/5]

Vincent Price est une figure emblématique du cinéma fantastique, un monstre sacré qui, comme chacun sait, aura laissé sa plus grande trace dans l’Histoire de l’Art populaire en laissant planer sa voix au cœur de la chanson « Thriller » de Michael Jackson. Mais si bien sûr le roi de la Pop ainsi que Tim Burton ont peut-être contribué à sa gloire tardive, les cinéphiles gardaient quant à eux un souvenir ému de ses collaborations avec Roger Corman dans les années 60, mais également de ses compositions d’ange exterminateur revenu d’entre les morts pour se venger de ses tortionnaires dans les deux épisodes de L’abominable Docteur Phibes mais également dans le très sympathique Théâtre de sang.

Dans Théâtre de sang, Edward Lionheart, acteur spécialisé dans le théâtre de Shakespeare, profite du fait que tout le monde le croit mort pour envoyer ad patres les critiques n’ayant pas été tendres avec ses prestations. L’occasion pour le cabot incarné par Vincent Price de mettre en scène des mises à mort grandiloquentes, à la façon d’un The crow en mode 70’s. Reprenant le modus operandi d’un Dr Phibes, qui lui-même orchestrait sa vengeance en mode tragique Fantôme de l’Opéra, le film de Douglas Hickox nous propose un festival baroque d’humour noir dédié à Vincent Price, qui compose avec ce personnage de Lionheart un personnage tour à tour pathétique et impitoyable. Extrêmement théâtrale, la scène de son suicide est par exemple extrêmement émouvante et réussie, mais dès qu’il s’agit de se venger, le personnage ne laisse guère plus de place aux sentiments.

Pour mener à bien sa vengeance, le bougre ne manque pas d’imagination, créant pour chaque critique une mort différente, inspirée par les pièces de William Shakespeare. Et le moins que l’on puisse dire est que ce petit jeu de massacre est plus que réjouissant pour le spectateur : les mises à mort sont imaginatives et plutôt fendardes dans leur genre, et permettent à Vincent Price d’endosser une multitudes de rôles Shakespeariens avec un plaisir évident. Théâtre de sang s’avère par ailleurs d’autant plus jouissif que la brochette de critiques que nous dépeint le scénario du film est uniquement composée de petits bourgeois frustrés et suffisants, semblant bien d’avantage intéressés par leurs affaires financières et leur confort matériel que par la culture en elle-même.

Malheureusement, les similitudes entre Théâtre de sang et L’abominable Docteur Phibes tendent à réduire un peu l’impact du film de Douglas Hickox, d’autant que ce dernier ne s’avère pas aussi coloré que son modèle, qui plongeait le spectateur dans un univers pop, flashy, excentrique et décalé. Pour autant Théâtre de sang,comporte son lot d’éléments originaux et vraiment enthousiasmants, tels que cette cour formée autour de l’acteur Shakespearien par un groupe de clochards aussi imprévisibles que dangereux. La présence de Diana Rigg – alias Emma Peel dans Chapeau melon et bottes de cuir – est également un des points forts du film. De belles choses pour un film qui tentait d’apporter un peu de sang neuf au cinéma fantastique britannique après le déclin de la Hammer.

Le Blu-ray

[4/5]

Proposé en Blu-ray sous les couleurs de ESC Éditions, Théâtre de sang intègre la collection «  », dont il constitue le seizième titre. On sait cependant d’ores et déjà que le dix-septième titre de la collection sera du même tonneau, puisqu’il s’agira de L’abominable Docteur Phibes. Comme les autres de la collection, le film de Douglas Hickox débarque donc dans les rayonnages de vos revendeurs préférés au sein d’un très beau coffret, prenant la forme d’un « Mediabook » d’aspect luxueux et proposant en plus du film sur support DVD et Blu-ray un livret de 16 pages signé Marc Toullec et intégré à l’étui ; l’éditeur ne nous ayant fourni ni de copie du livret ni d’exemplaire finalisé de la « bête », on ne pourra pas s’exprimer sur leur qualité, mais on fait aveuglément confiance à ESC Éditions.

Côté master, Théâtre de sang s’offre un discret mais efficace ravalement de façade. Le master est propre et stable, les couleurs s’offrent une nouvelle jeunesse et le grain argentique est parfaitement respecté, même si bien sûr le piqué ne rivalisera pas avec le top du top du support en HD (ce n’est d’ailleurs pas non plus ce qu’on lui demande). Les scènes nocturnes ou en basse lumière n’affichent aucune baisse notable de définition, en bref c’est du bon boulot. Côté son, VF et VO sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 2.0 tout à fait satisfaisantes.

Du côté de la section suppléments, le Blu-ray de Théâtre de sang nous propose une présentation du film par Christophe Lemaire (17 minutes). Le critique replacera avec brio le film dans son contexte de tournage avant de revenir sur différents membres du casting, de Vincent Price à Diana Rigg en passant par la méconnue Diana Dors, qui sera l’objet d’une très amusante anecdote.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici