DVD — 29 septembre 2015
Test Blu-ray : The walking dead – Saison 5

– Saison 5

 

États-Unis : 2014
Titre original : The
Créateurs : ,
Acteurs : , Jon Bernthal, Sarah Wayne Callies…
Éditeur : Wild Side Vidéo
Durée : 11h30 environ
Genre : Série TV, Horreur
Date de sortie DVD/BR : 30 septembre 2015

 

La communauté du « Terminus » cachant un terrifiant secret, Rick Grimes et le groupe de survivants prennent la fuite. Après une longue errance pleine de danger et de sacrifices, ils arrivent au sein d’Alexandria, une ville fortifiée dressée dès le début de l’épidémie. Mais dans la quête d’un refuge – d’un lieu sûr pour vivre – une question subsiste : après tout ce qu’ils ont vu et fait, tout ce qu’ils ont enduré et perdu… que sont-ils devenus  ?

 


 

La saison

[5/5]

Comme durant la quatrième saison, qui consacrait deux épisodes entiers au parcours du gouverneur en délaissant tous les autres personnages du show, cette cinquième saison de Walking dead s’échine à réunir (presque) tous ses protagonistes au terme du premier épisode, pour mieux les éparpiller par la suite, et par là même chambouler à nouveau la narration de la série. Afin de ne pas trop « spoiler » le plaisir des spectateurs qui n’auraient pas vu la saison, disons simplement que nous suivrons le parcours de Beth, qui a été enlevée par un mystérieux véhicule dans la quatrième saison, ainsi que celui de Daryl et Carol, enfin réunis, qui sont partis à sa recherche. Les reste des survivants se divise également, tout le monde se retrouve éparpillé façon puzzle, mais les destins de tous convergeront vers une destination commune qui leur permettra de se retrouver.

Un temps un peu fondu dans la masse des personnages, Rick revient à la tête du groupe et s’impose à nouveau comme un leader charismatique ; le problème de ce leadership, c’est bel et bien que Rick est fou, que ce nouveau monde de violence lui a littéralement fait perdre l’esprit. Par le biais de ce personnage, ainsi que par le passage par Alexandria, l’approche politique et sociale de la série se fait un peu plus claire que durant les saisons précédentes. Si le maestro voyait en ses hordes de zombies une parabole du peuple américain déshumanisé, dont les habitudes de surconsommation tiennent presque du réflexe pavlovien, au fil des saisons, le discours de Walking dead tend à aller un peu plus loin que son modèle : la série a déjà démontré que les survivants se réorganisaient en tentant de recréer un univers familier, à la façon des premiers pionniers américains, mais que ce réflexe instinctif ne fonctionnait pas. Le problème est bien sûr que ces habitudes là n’ont plus lieu d’être dans un monde post-apocalyptique au dessus duquel flotte toujours l’ombre menaçante du 11 septembre 2001, avec la menace non seulement de l’environnement (les zombies, menace sans visage ni couleur politique), mais aussi et surtout la notion de menace intérieure, beaucoup plus insidieuse. Complètement paumés quand ils essaient de ré-endosser des rôles qu’ils avaient « avant » la contamination, rôles qui semblent n’avoir plus aucun sens pour personne, c’est donc encore et toujours au deuxième amendement de la constitution des États-Unis d’Amérique (le droit d’un individu de posséder et porter des armes) que les survivants assureront leur survie et trouveront leur salut. On est donc loin du discours prôné par Romero, mais pour autant, Walking dead ne prend pas les atours d’une série réactionnaire, bien au contraire, puisque le leader et chef auto-proclamé de la communauté (dont les réflexes de survie font les choux gras de tout pro-NRA qui se respecte) se montre finalement complètement à l’ouest, et aussi dangereux et mortifère pour ladite communauté que ceux auxquels il s’oppose.

Sur ces considérations barbantes, très éloignées des rebondissements en pagaille de la série, on vous invite également à lire les articles déjantés de Julien Chabrier consacrés au premier et deuxième épisode de la saison, ainsi que ceux, plus sérieux, de Pascal Le Duff, abordant la première moitié de la saison ainsi que le dernier épisode.

 

 

Le coffret Blu-ray

[4,5/5]

Le coffret Blu-ray de la cinquième saison de Walking dead est, comme chaque année, édité par Wild Side, et s’inscrit dans la parfaite continuité des saisons précédentes. À savoir celle d’une édition impeccable sur le plan visuel, avec une image granuleuse (16mm oblige) mais très précise, et des contrastes bien gérés, avec un petit bémol sur certaines scènes nocturnes qui affichent forcément un grain un peu supérieur. La piste VO est proposée dans un redoutable mixage DTS-HD Master Audio 7.1, dynamique et extraordinairement immersif. Dans la langue de Molière, on se contentera du très impressionnant mixage DTS-HD Master Audio 5.1.

Du côté des suppléments, l’éditeur fait très fort. Outre une série de commentaires audio malheureusement non sous-titrés, on s’intéressera à une série de featurettes dédiées à certains aspects de la série (un sujet sur les « disparus » de la saison, une journée avec Abraham et Eugene, les coulisses d’Alexandria, plusieurs sujets sur la création des zombies). Une série de scènes coupées ainsi que deux longs modules de making of (pour une durée de plus de deux heures) suivent le tournage de la saison, et donnent largement la parole à l’équipe. Du beau travail, auquel il faudra ajouter dans l’édition spéciale FNAC un entretien avec , responsable des effets spéciaux, producteur exécutif et réalisateur occasionnel sur la série.

On notera également que la Fnac n’a cette fois pas l’exclusivité des suppléments réservés à certaines enseignes de magasins, puisque les supermarchés Leclerc proposeront également une édition spéciale comprenant en plus du coffret trois photos exclusives ainsi qu’une affiche dédicacée par Greg Nicotero.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles

(1) Reader Comment

  1. Avatar

    Mon coffret blue Ray à un groooos problème! Le disque numéro 3 du coffret n’est pas walking dead!!!!!!! Il y a bien marqué walking dead saison 5 disque 3. Mais quand je met le disque , grand tour de magie je me retrouve avec le film (Harry Potter et la relique des mort 1)!!!!!! Expliquer moi? Pars que la je ne comprends rien!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *