Test Blu-ray : Outrage 2

0
146

 
Japon : 2014
Titre original : Autoreiji Biyondo
Réalisateur :
Scénario : Takeshi Kitano
Acteurs : Takeshi Kitano, ,
Éditeur :
Durée : 1h52
Genre : Thriller, Action
Date de sortie DVD/BR : 18 novembre 2015

 

 

La répression policière contre le crime organisé a déclenché une lutte de pouvoir sans précédent dans les milieux de la pègre japonaise. Alors que la police prépare une opération à grande échelle, le détective Kataoka de la brigade anti-criminalité active une guerre entre les différents clans afin de provoquer leur destruction mutuelle. Prétendument mort en prison, Otoko ressurgit grâce à Kataoka qui organise sa sortie. Cet ancien parrain dont le clan a été décimé ne tarde pas à reprendre position dans une bataille qui s’annonce particulièrement sanglante…

 


 

Le film

[4/5]

Après une période d’errements artistiques durant laquelle il a perdu une grande partie du public qui le suivait depuis la deuxième moitié des années 90, Takeshi Kitano avait tenté un retour aux affaires en 2010 avec un nouveau film de yakuza, . Présenté à Cannes hors compétition, le film s’était attiré les quolibets de l’intelligentsia critique (« daube nippone » titrait Le Figaro), ce qui n’avait cependant pas empêché le film de devenir le plus gros succès international du réalisateur de Sonatine et Hana-bi. Outrage avait donc divisé les amateurs du cinéma de Kitano en deux clans quasi-irréconciliables : d’un côté on a ceux pour qui Kitano semblait à la dérive, complètement perdu et n’était plus que l’ombre du cinéaste qu’il avait été, et de l’autre, ceux pour qui cette plongée absurde et hyper violente dans les arcanes de la mafia japonaise apparaissait comme une récréation dans son œuvre, sous la forme d’un hommage aux poncifs du genre et d’un clin d’œil appuyé à Kinji Fukasaku. Tourné deux ans plus tard, dans un état d’esprit peut-être encore plus nihiliste que le premier opus, Outrage 2 ne réconciliera pas les intellos avec Kitano, qui va sans doute encore plus loin dans l’absurde et le pessimisme que son modèle.

Outrage 2 est donc une peinture en forme de doigt d’honneur de Kitano au système yakuza et aux alliances qui corrompent la société japonaise (police, politique) : tout est pourri de l’intérieur à un point littéralement irrécupérable, tous les personnages sont des ordures manipulatrices, à l’exception notable de Kimura (Hideo Nakano), peut-être parce qu’il s’est vu torturé et défiguré par Otomo dans le premier film, et bien sûr Otomo lui même (Beat Takeshi), qui avec sa « fuck you attitude » paraît peut-être le plus intègre, le plus droit parmi toutes ces raclures. La violence est toujours aussi présente (vous aimez les perceuses ?), et le film au final ne laisse que peu de place à l’espoir, s’achevant sur un climax sonnant comme une libération et un soulagement pour le spectateur, mais augurant sans doute du pire à venir pour le personnage incarné par Kitano. Noir c’est noir… Mais pour tout dire, on trépigne d’impatience à l’idée de découvrir un troisième épisode.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

A film exceptionnel, Blu-ray exceptionnel : voici le crédo de HK Vidéo depuis quelques années, et il faut dire que l’éditeur commence à avoir l’habitude en matière de beaux Blu-ray : on ne se souvient pas d’une galette qui ne nous ait globalement convaincus. Il fallait un excellent savoir-faire technique pour réussir à proposer un beau rendu sur un film tel que Outrage 2, qui se déroule énormément de nuit, et l’éditeur s’en sort haut la main : outre une définition et un piqué de haut vol, le master nous propose une gestion des noirs absolument impeccable : pas l’ombre du moindre effet « quadrillage » ou de banding horizontal, ce qui arrive malheureusement encore trop régulièrement, faute de tests sur très grands écrans chez les éditeurs. Côté son, comme d’hab on a droit à deux mixages en DTS-HD Master Audio 5.1, laissant la part belle aux ambiances, et carrément explosives quand éclate la violence. A noter que la version française s’avère plutôt convaincante, malgré une spatialisation sans doute un poil moins travaillée que sa grande sœur japonaise.

Dans la section suppléments, HK Vidéo nous propose les habituelles bandes-annonces éditeur, ainsi qu’une présentation des personnages façon « trombinoscope », pour ceux qui auraient du mal à les replacer l’un par rapport à l’autre dans la hiérarchie des yakuza. C’est anecdotique, mais cela peut s’avérer utile si vous n’avez pas pris soin de revoir Outrage avant d’embrayer sur sa suite.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici