Test Blu-ray : Moi, moche et méchant 3

0
87

Moi, moche et méchant 3

 
États-Unis : 2017
Titre original :
Réalisateur : , ,
Scénario : ,
Acteurs (VO) : , ,
Éditeur :
Durée : 1h30
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 5 juillet 2017
Date de sortie DVD/BR : 7 novembre 2017

 

 

Alors que Gru, totalement déprimé par sa mise à pied, tente de trouver une nouvelle voie, un mystérieux individu se présente pour l’informer du décès de son père. Dans la foulée, il lui annonce l’existence d’un frère jumeau prénommé Dru qui a exprimé le désir d’une rencontre…

 

 

Le film

[3/5]

Lors de la sortie du film au mois d’août, personne dans les rangs des chroniqueurs de critique-film.fr n’avait eu l’occasion de voir Moi, moche et méchant 3, mis à part notre rédacteur en chef Pascal Le Duff, qui écrivait :

« Depuis 2010, il s’agit du quatrième film situé dans l’univers de ce super-méchant passé du bon côté de la loi. Il est toujours accompagné de ses trois filles adoptives et assisté des , ces créatures jaunes aux paroles incompréhensibles qui ne cessent de regretter leur vie au service du mal. Le choix d’un antagoniste bloqué mentalement dans les années 80 (avec moustache ridicule, garde-robe ringarde et références musicales très marquées) ne parvient pas à relancer une franchise en perte de créativité. Ni drôle ni trépidant, ce nouvel opus, toujours réalisé par le français Pierre Coffin, se révèle d’un ennui profond malgré les efforts dans la version française de Gad Elmaleh, rejoint par son propre frère, Arié Elmaleh. »

En effet, à l’image de certains autres films d’animation ayant débarqué sur nos écrans ces dernières années (Planes, Trolls, Baby boss…), Moi, moche et méchant 3 s’adresse très majoritairement aux enfants, et nettement moins à leurs parents. Si le film n’est certes pas totalement excluant pour les adultes (à qui les multiples références aux années 80 arracheront probablement quelques sourires), on aura néanmoins en effet un peu de mal à s’attacher à cette histoire finalement assez banale, uniquement prétexte à nous resservir un enchaînement de séquences aux allures de sketches mettant en scène les fameux Minions dans des environnements inédits, sans réelle recherche narrative ou volonté de dépasser le statut de « simple » divertissement familial.

Ce qui n’est déjà pas mal me rétorquerez-vous – et en effet, force est de constater que l’ensemble est très correctement rythmé, visuellement époustouflant, et que le film de Pierre Coffin plaira assurément aux enfants, qui adorent les Minions et se sont déplacés en masse à travers le monde avec leurs parents pour suivre ses aventures – rien que dans l’hexagone, ce sont presque six millions de français qui ont été découvrir dans les salles le dernier bébé des studios Illumination, et les recettes globales du film ont dépassé le milliard de dollars. Ce qui laisse, forcément, la porte grande ouverte aux Minions 2 (prévu pour 2020), mais également à Moi, moche et méchant 4 (prévu pour 2024), et à coup sûr, d’ici quelques années, à Moi, moche et méchant 5, qui sera immanquablement suivi de Moi, moche et méchant 6.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Comme toujours ou presque avec les Blu-ray de films d’animation, l’éditeur Universal Pictures nous livre avec la galette Haute Définition de Moi, moche et méchant 3 un travail irréprochable sur l’image et le son : tout est tout simplement superbe. La définition optimale nous permet de savourer chaque couleur éclatante et chaque détail de l’animation, et de nous ébahir devant les prouesses techniques que nous livrent les animateurs de chez Illumination Entertainment. Côté son, Moi, moche et méchant 3 s’offre un mixage V.O en DTS-X tenant toutes ses promesses en termes de vivacité et de spatialisation. Mais Universal Pictures gâte également le consommateur frenchie, puisque la très soignée version française du film est cette fois encodée en DTS-HD High Resolution Audio 7.1, nous proposant une immersion sonore assez incroyable, avec comme chez sa grande sœur un tourbillon d’effets qui filent d’un canal à l’autre avec aisance et fantaisie.

Côté suppléments, l’éditeur nous propose essentiellement des bonus destinés aux enfants, misant sur une courte durée, un rythme soutenu et la forte présence des Minions. Au programme, on trouvera donc un amusant court-métrage intitulé La vie secrète de Kyle (proposé en VF/VOST et DTS-HD High Resolution Audio 7.1 !), de la musique (clip vidéo de « Yellow light ») et du karaoké (Doowit), ainsi que diverses featurettes consacrées aux Minions. Plus intéressant pour les adultes, on trouvera également dans la section bonus une scène coupée commentée par Dana Gaier, ainsi qu’un peu plus de trente minutes de modules documentaires revenant sur le casting vocal, les personnages, le design des personnages ou encore le développement du scénario. Relativement « promo » dans leur façon d’aborder le processus de production, ces featurettes s’avèrent au final assez efficaces et informatives. Un tour du propriétaire très complet !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici