Test Blu-ray : Migration

0
665

Migration

États-Unis, Canada, France : 2023
Titre original : –
Réalisation : Benjamin Renner, Guylo Homsy
Scénario : Mike White
Acteurs (VO) : Kumail Nanjiani, Elizabeth Banks, Caspar Jennings
Éditeur : Universal Pictures
Durée : 1h23
Genre : Animation
Date de sortie cinéma : 6 décembre 2023
Date de sortie BR/DVD : 17 avril 2024

La famille Colvert est en proie à un dilemme d’ordre domestique. Alors que Mack est totalement satisfait de patauger paisiblement et définitivement avec sa famille, dans leur petite mare de la Nouvelle Angleterre, sa femme Pam serait plutôt du genre à bousculer un peu cette routine pour montrer à ses enfants – Dax qui n’est déjà plus un caneton et sa petite soeur Gwen – le reste du monde. Lorsqu’ils accueillent, le temps de leur halte, une famille de canards migrateurs, c’est l’occasion rêvée pour Pam de persuader Mack de les imiter et de se lancer dans un périple en famille : destination la Jamaïque, en passant par New York. Alors qu’ils s’envolent vers le soleil pour l’hiver, le plan si bien tracé des Colvert va vite battre de l’aile. Mais la tournure aussi chaotique et inattendue que vont prendre les choses va les changer à jamais et leur apprendre beaucoup plus que prévu…

Le film

[3,5/5]

Migration est un film d’animation produit par Illumination Entertainment, que l’on connait surtout pour les films tournant autour des petits personnages des Minions. Malgré l’absence au générique des petits bonshommes jaunes un peu débiles, Illumination a de nouveau réussi son pari avec Migration : le film de Benjamin Renner et Guylo Homsy a en effet enregistré près de 300 millions de dollars de recettes à l’international, et attiré rien de moins que 1,76 millions de spectateurs dans les salles françaises l’hiver dernier.

Le succès du film est d’ailleurs tout à fait mérité : il s’agit d’un divertissement familial assez enlevé, ludique et très bien conçu, même si son titre s’avère un peu mensonger. En effet, si le film est intitulé Migration, il ne s’attarde jamais réellement sur le voyage entrepris par la sympathique petite famille de colverts entre New York et la Jamaïque. L’ensemble est davantage conçu comme un film à sketches, à la construction narrative proche d’un film tel que Le Monde de Nemo ou L’Âge de glace. On entend par là que le film s’intéresse davantage aux personnages que Mack, Pam et leurs deux enfants Dax et Gwen vont rencontrer en chemin que sur le voyage à proprement parler.

Si la Jamaïque est clairement énoncée dès le début du film comme destination du voyage, il s’agit surtout d’un déclencheur, qui donnera l’impulsion du voyage aux personnages principaux, mais le trajet en lui-même apparaitra rapidement comme largement secondaire par rapport aux arrêts qu’ils feront en cours de route, et aux personnages qu’ils rencontreront. Migration s’impose ainsi comme un récit de résilience. Ainsi, chacun des arrêts, détours et autres mésaventures qui seront imposés à Mack et à sa petite famille seront en réalité avant toute chose une façon pour eux d’affronter leurs peurs, de faire tomber leurs préjugés et leurs idées préconçues, et de s’enrichir progressivement de ces atermoiements, qui demeurent le plus souvent très amusants pour le spectateur.

Le casting vocal est excellent, que cela soit en VF ou en VO. Pio Marmaï, qui double le chef de famille dans la version française, apporte toute sa fougue au personnage de Mack, un canard qui a autant à prouver à lui-même qu’à sa famille. Il accompagne de façon assez brillante la métamorphose du personnage, qui passe du canard nerveux et craintif à quelqu’un de plus courageux et confiant. L’évolution de Mack est d’ailleurs à l’image de celle des autres personnages de Migration, qui utilisera une galerie de seconds-rôles hauts en couleur afin de permettre aux héros du film d’apprendre à mieux connaître le monde qui les entoure. On notera également la solide performance de Laure Calamy, qui double Pam, la mère colvert, et nous livre une prestation aussi convaincante que celle d’Elizabeth Banks dans la version originale.

L’intrigue est linéaire et relativement facile à suivre, avec suffisamment de rebondissements pour assurer la tension et l’immersion nécessaires, tout en dispensant une petite poignée de leçons de morale, principalement liées à l’acceptation des différences. Espiègle et bien rythmé, Migration est par ailleurs clairement mis en valeur par une animation absolument fantastique, d’une limpidité et d’une beauté absolument bluffantes. En dépit de son postulat de départ pas forcément enclin à déchainer l’imaginaire, le film nous proposera régulièrement des images d’une beauté époustouflante, qui ne manqueront pas de retenir l’attention du spectateur, et ce même dans les moments les plus lents du film. Une jolie réussite de cinéma familial.

Le Blu-ray

[4/5]

Afin de fêter comme il se doit les vacances scolaires de printemps, Migration débarque en Blu-ray dès le 17 avril, sous les couleurs d’Universal Pictures. Et comme à son habitude, l’éditeur nous propose un master de toute beauté. Les contrastes sont denses, les noirs d’une belle profondeur. La définition est irréprochable et le piqué d’une précision absolue. Les couleurs sont explosives, avec de sublimes teintes automnales dans les scènes prenant place dans l’étang et dans Central Park. Coté enceintes, VF et VO nous sont proposées en Dolby Atmos, dans des mixages extrêmement dynamiques et efficaces. Les scènes aériennes sont littéralement planantes, et les passages « agités » naturellement riches en basses et en effets multidirectionnels du meilleur effet. Les Surrounds soutiennent par ailleurs la musique d’une façon assez payante, qu’il s’agisse d’environnement distillés en arrière-plan ou pour mettre en évidence les envolées émotionnelles à certains moments-clés du film. Deux mixages très spectaculaires et immersifs.

Du côté des suppléments, Universal Pictures et Illumination nous gâtent également, en nous proposant tout d’abord trois courts-métrages, en HD, et proposés en VF et VO. Le premier, Vol dangereux (4 minutes), se déroule dans l’univers de Migration, et met en scène « la Cruche », qui doit faire face à la neige et tenter de retrouver un médaillon perdu. Les deux autres mettent en scène les fameux Minions : Aluné (9 minutes) et La Mission de minuit (5 minutes) ont tous deux un rapport avec la lune, et mettent en scène les gentilles créatures au corps de Tic-Tac jaune. Les amateurs apprécieront. On continuera ensuite avec une poignée de featurettes qui reviendront sur l’enregistrement des voix originales (3 minutes), les personnages du film, décrits par les acteurs qui les interprètent (16 minutes), ou encore la genèse du film (4 minutes), évoquée par le big boss d’Illumination Chris Meledandri et les coréalisateurs Benjamin Renner et Guylo Homsy. On terminera enfin le tour des suppléments liés à la fabrication du film par un découpage des différentes étapes du processus d’animation qui a donné vie aux oiseaux du film (2 minutes) et un court entretien avec John Powell, compositeur de la musique de Migration (3 minutes).

Les autres suppléments disponibles sur le Blu-ray de Migration édité par Universal Pictures consistent en des activités à mettre en place avec vos enfants : on apprendra à dessiner quatre personnages du film – Mack, Delroy, la Cruche et Gwen – dans un tutoriel de dessin (11 minutes), mais également à fabriquer un livre pop-up (11 minutes), d’appeaux à oiseaux (6 minutes) et, pour terminer, d’un abri et d’un abreuvoir (6 minutes), toujours à destination de nos amis à plumes, avec des objets trouvés dans le jardin ou la maison.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici