Test Blu-ray : Mad Max – Fury road

0
965

Mad Max : Fury road

Australie, États-Unis : 2015
Titre original : –
Réalisateur : George Miller
Scénario : George Miller, Brendan McCarthy, Nick Lathouris
Acteurs : Tom Hardy, Charlize Theron, Nicholas Hoult
Éditeur : Warner Bros.
Durée : 2h00
Genre : Science-fiction, Thriller, Fantastique
Date de sortie cinéma : 14 mai 2015
Date de sortie DVD/BR : 14 octobre 2015

Hanté par un lourd passé, Mad Max estime que le meilleur moyen de survivre est de rester seul. Cependant, il se retrouve embarqué par une bande qui parcourt la Désolation à bord d’un véhicule militaire piloté par l’Imperator Furiosa. Ils fuient la Citadelle où sévit le terrible Immortan Joe qui s’est fait voler un objet irremplaçable. Enragé, ce Seigneur de guerre envoie ses hommes pour traquer les rebelles impitoyablement…

Le film

[4/5]

En 2015, les réseaux sociaux se seront enflammés pour deux films : Mad Max : Fury road et Star wars : Episode VII. Impossible de ne pas voir, chaque jour sur son mur Facebook, au moins deux publications consacrées à ces films. Et si beaucoup d’internautes ont immédiatement déversé des tombereaux de fiel sur le septième épisode de La guerre des étoiles (pompe à fric par ci, vendu à Disney et au grand Capital par là…), le ressenti global concernant le film de Miller était ultra-positif : révolutionnaire, ultime, apocalyptique, tous les adjectifs y sont passés pour louer les immenses qualités du film. A la tête des plus extrêmes thuriféraires du film, on notera bien sûr Alexandre Poncet, rédacteur à Mad Movies, qui tel un Immortan Joe de la presse française, trainait dans son sillage une palanquée de War Boys buvant ses paroles et le suivant au rythme des projections répétées auxquelles il assistait (si l’on en croit Facebook, tous les spectateurs de Mad Max : Fury road seraient retourné le voir 3 à 4 fois).

Au large, quelques voix dissonantes tentaient parfois de se faire entendre, quitte par moments à se faire sévèrement rabrouer par les admirateurs du film. L’un des plus remontés contre George Miller est Numa Roda-Gil, dont beaucoup de trentenaires nostalgiques se souviennent bien, puisqu’il avait créé et animé la première émission « geek ciné » en France, j’ai nommé la formidable Babylone sur La 5 (dans laquelle il avait reçu Elvira et… les Tortues Ninja !). Selon lui, la vraie place de Mad Max : Fury road est sur TF1 le dimanche soir. Morceaux choisis de ses interventions sur les réseaux sociaux : « La vieillesse est un naufrage… Miller a peur de mourir et transforme Max en new born christian. (…) Quant à Charlize, je trouve que son personnage a moins de profondeur que son rôle dans la pub Dior. Et visuellement, ce côté Le Cirque du Soleil meets Beavis and Butthead est assez drôle mais vulgaire à souhait… (…) Et tous ces filtres… Putain, le désert joli comme un épisode des Experts Miami… ».

Et entre les deux camps, il y a les échos étouffés, ensablés, de ceux qui reconnaissent les puissantes qualités du film sans non plus forcément crier au génie. La voix de la raison, représentée dans nos colonnes par Tobias Dunschen. Mad Max : Fury road est un formidable film d’action, mais n’est pas non plus tout à fait exempt de défauts (notamment quelques incrustations numériques du plus mauvais effet dans les flash-backs du héros), et force est de reconnaître que Tom Hardy n’a pas le charisme animal que possédait Mel Gibson. Enfin, on ne pourra que s’étonner de l’accueil très positif du film quand celui du chef d’œuvre de Neil Marshall, Doomsday, ne rencontrait que peu d’écho dans la presse et sur les réseaux sociaux à sa sortie en 2008. Pourtant, si l’influence de Miller et principalement de Mad Max 2 était évidente à la vision du film de Marshall, il semblerait aujourd’hui qu’il y ait eu un renvoi d’ascenseur, ou un retour de politesse si vous préférez ce terme, puisque Mad Max : Fury road emprunte beaucoup à Doomsday d’un point de vue stylistique et « production design ».

Au final, avec un peu plus de deux millions d’entrées en France, Mad Max : Fury road semble de toutes façons avoir rencontré son public. Peu importe finalement si le nouveau film de George Miller faisait un million d’entrées de moins que le premier épisode du Labyrinthe dans l’hexagone quelques mois avant lui, et 1,5 million de moins que Mad Max 2 durant l’été 1982 : les contextes ne sont probablement pas comparables. Au final, ça sera au spectateur de décider qui a tort ou à raison ; à critique-film, notre mantra est « N’écoute que toi ». A vous donc de vous faire une idée.

Le Blu-ray

[5/5]

Autant être clair d’entrée de jeu, le Blu-ray édité par Warner bros. est une véritable galette de démo technique. Avec sa définition au taquet, son piqué précis et ses couleurs / contrastes époustouflants, l’image nous offre un rendu HD absolument exceptionnel. Une claque de tous les instants, qui commence dés le premier plan dans le désert. C’est d’autant plus impressionnant que comme il en a pris l’habitude sur quelques blockbusters depuis un peu plus d’un an, l’éditeur nous propose également des pistes son encodées en Haute-Définition à la fois sur la VO et sur la VF. on note déjà qu’il nous a été impossible de tester la piste Dolby Atmos, faute d’équipement adéquat. En revanche, les pistes encodées en Dolby Digital TrueHD 7.1 se révèlent parfaitement immersives, à la fois tonitruantes dans les séquences d’action, vraiment amples et d’une précision redoutable dans la restitution des ambiances. On a donc vraiment droit à un spectacle visuel et sonore d’une ampleur rare.

Dans la section suppléments, on aura droit, en plus de la bande-annonce de San Andreas en avant-programme, à une série de très intéressantes scènes coupées, mais également à l’habituelle série de making of et featurettes made in Warner (en HD et VOST) revenant de façon assez complète sur le tournage en Namibie, sur la conception du film en plusieurs milliers de story-boards, sur les cascades ou encore les personnages du film, du point de vue de leurs interprètes. Un sacré Blu-ray.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici