Test Blu-ray : Les yeux bandés

0
597

États-Unis : 1965
Titre original :
Réalisation :
Scénario : ,
Acteurs : , ,
Éditeur : Elephant Films
Durée : 1h42
Genre : Espionnage, Action
Date de sortie cinéma : 16 février 1966
Date de sortie DVD/BR : 8 décembre 2020

Le psychiatre Bartholomew Snow est convoqué en grand secret par le général Prat. Il lui est demandé de soigners un savant, ancien patient, souffrant de dépression nerveuse. Ce dernier est tenu au secret dans une base. Snow y est amené…

Le film

[3,5/5]

Pur produit de son époque, est un film qui fleure bon l’insouciance des années 60. Réalisé par , le film s’impose rapidement comme une comédie d’espionnage au scénario complexe, mais pas réaliste pour deux sous – on est loin du naturalisme forcené d’un film tel que M15 demande protection par exemple, et ce même si les deux films sont quasiment contemporains l’un de l’autre.

, c’est donc un film d’espionnage et de machination en mode décontracté, avec un quasi-imperturbable, alors même qu’il se voit confronté aux personnages les plus hauts en couleurs et aux situations les plus rocambolesques. L’intrigue du film est volontairement obscure, et nous narre une espèce de complot tarabiscoté dont on n’est pas vraiment sûr de saisir les tenants et aboutissants réels.

En l’occurrence, cette intrigue alambiquée permet à de concentrer sur l’ambiance, et de saisir non seulement l’air du temps, mais également le charme incandescent de son duo d’acteurs principaux, composé de et . Porté par ce couple ô combien charismatique, ce petit film d’espionnage se placera bon gré mal gré dans la mouvance des premiers James Bond, mais avec des personnages n’ayant rien – mais alors vraiment rien – de l’espion british au sang-froid imperturbable.

Mis en scène avec soin, nous propose par ailleurs des cadres et des idées visuelles assez folles et réjouissantes. Au final, le spectateur s’amusera avec les acteurs de l’imbroglio militaro-politique dans lequel ils sont embourbés : est donc certes une œuvre mineure, mais indéniablement sauvée par ses acteurs, sa mise en scène et la musique de Lalo Schifrin, qui assurent le show sans problème et apportent à l’ensemble une tonalité rafraîchissante et résolument sympathique.

Le Blu-ray

[4/5]

C’est Elephant Films qui nous propose aujourd’hui de (re)découvrir , qui intègre sa déjà très riche collection « Cinéma Master Class ». Et comme à son habitude, l’éditeur français nous fait une très bonne impression avec ce nouveau Blu-ray, qui s’impose sans problème avec sa définition est précise, ses couleurs riches et bien saturées, ses noirs profonds, et sa restauration ayant pris bien soin de préserver le grain argentique d’origine. D’une façon générale, la restauration a été faite avec intelligence, les plans les plus sombres affichant un grain nettement plus important que les séquences diurnes, mais le grain subsiste bel et bien, sans lissage excessif, et le tout affiche une propreté et une stabilité tout à fait remarquables. Côté son, version originale et version française d’origine (délicieusement surannée) sont proposées en DTS-HD Master Audio 2.0, les deux mixages s’avérant propres et toujours parfaitement clairs.

Du côté des suppléments, on trouvera, comme sur tous les Blu-ray de cette vague consacrée à (La Légende de l’épée magique / Ne dites jamais adieu / Le sport favori de l’homme / / ), une formidable présentation de par Jean-Pierre Dionnet (16 minutes). Animé par une véritable volonté de « transmission », le cofondateur de Métal hurlant reviendra de façon didactique sur un acteur qui, il l’a constaté, s’avère de nos jours peu connu des jeunes générations, qui l’ont découvert par l’intermédiaire de la série Hollywood de Ryan Murphy mais ne connaissent réellement ni ses films ni l’étendue de sa carrière. Jean-Pierre Dionnet rectifiera donc cette lacune avec le sérieux mais aussi et surtout l’humour qu’on lui connaît – on a bien vu qu’il a l’œil qui frise à l’évocation de certaines anecdotes !

On continuera ensuite avec une présentation du film par Julien Comelli (19 minutes), comme d’habitude mise en scène par Erwan Le Gac pour Argentic Films. C’est avec un plaisir non feint que l’on retrouvera le biochimiste / cinéphile Julien Comelli, qui remettra le film dans son contexte de tournage et articulera toute son intervention autour du film La mort aux trousses (Alfred Hitchcock, 1959), dont constitue selon lui une brillante démarcation. Il dressera également quelques passerelles entre le film de et le film Les complices (Charles Shyer, 1994), qu’il aime visiblement beaucoup. On terminera avec la traditionnelle bande-annonce.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici