Test Blu-ray : Les pionniers de la Western Union

0
672

États-Unis : 1941
Titre original :
Réalisation :
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h35
Genre : Western
Date de sortie cinéma : 14 avril 1948
Date de sortie DVD/BR : 15 septembre 2020

Dans les années 1860, la doit installer une ligne télégraphique à travers l’Ouest des Etats-Unis. Un des responsables de la compagnie, Creighton, est secouru dans le désert par Vance Shaw, recherché pour un vol de banque. Reconnaissant, Creighton embauche Vance comme éclaireur pour la . Mais l’installation de la ligne est rapidement perturbée par des attaques indiennes et des vols de chevaux, et le passé trouble de Vance refait bientôt surface…

Le film

[3,5/5]

Après Le retour de Frank James, continuait en 1941 son exploration des vastes étendues du Far West avec un deuxième western américain : . Comme son titre l’indique, le film entreprend de faire revivre au spectateur la grande épopée de la première ligne télégraphique traversant les États-Unis.

enchaînera donc les péripéties au cœur d’un récit rempli d’action et d’humour. Les acteurs sont bons ( en tête), la photo signée Edward Cronjager et Allen M. Davey est très jolie, les décors sont absolument parfaits, et le tout explose littéralement en Technicolor. Pourtant, semble un peu dépassé par l’envergure de son sujet. Si le film se conforme certes à tous les codes du genre, il comporte également, et de façon indéniable, certaines caractéristiques indissociables du cinéma de – à commencer par ce héros prisonnier de la fatalité, ainsi que l’habile contournement du happy-end hollywoodien traditionnel.

Pour autant, la sauce ne prend jamais réellement ; le film commence par une formidable séquence de poursuite dans les rocheuses, et s’achève sur un face-à-face inoubliable. Entre les deux, si l’on n’ira pas jusqu’à dire que l’on trouve le temps long, on ne pourra que constater que peine à convaincre, tombant souvent dans les clichés et proposant une évolution narrative trop banale et sans surprise. Bien sûr, le génie formel du cinéaste parvient en quelques occasions à transcender son matériau de base, en nous offrant par exemple quelques plans épars vraiment inspirés et magnifiques, qui flatteront assurément rétines z’et pupilles (les garçons ont les yeux qui brillent).

Bref, si bien sûr s’avère un western absolument charmant et sympathique, le film est en quelque sorte la victime du génie de son metteur en scène – avec le nom de au générique, on attendait mieux qu’une simple série B grand luxe. Qu’à cela ne tienne cela dit, se rattraperait avec son western suivant (qui n’arriverait qu’en 1952, soit onze ans plus tard), le sublime Ange des maudits.

Le Blu-ray

[4/5]

Après avoir édité le film au format DVD en 2011, c’est à nouveau qui nous propose aujourd’hui de (re)découvrir sur support Blu-ray au sein de la collection «  ». Techniquement, c’est du beau travail : l’image est proposée au format, le piqué est très satisfaisant, les couleurs sont tout particulièrement éclatantes, avec des contrastes bien tranchants, et le tout est proposé dans un master stable et bien restauré, tout en respectant scrupuleusement le grain argentique du film. Côté son, VF et VO sont toutes deux proposées en mono d’origine et mixées en DTS-HD Master Audio 2.0. Les deux versions restituent les dialogues avec la plus parfaite clarté, sans le moindre souffle parasite.

Du côté des suppléments, on trouvera tout d’abord un long entretien avec (48 minutes). Interrogé par William Friedkin, le cinéaste reviendra sur la période allemande de sa carrière, ce qui pourra paraître un peu curieux si l’on considère que fait partie de sa période américaine. Le cinéaste y reviendra néanmoins sur plusieurs thématiques omniprésentes dans son œuvre, ainsi que sur certains de ses plus grands chefs d’œuvres (M le maudit, Metropolis…). Ce sujet est en réalité un extrait d’un film documentaire de 1975 intitulé interviewed by William Friedkin, d’une durée de 2h20 (d’après IMDb), dont on trouve des extraits plus ou moins longs sur tous les sites de partage de vidéos (YouTube, Dailymotion, Vimeo, Reddit…). On terminera ensuite avec la traditionnelle présentation du film par Patrick Brion (9 minutes), déjà présente sur le DVD du film, et à l’occasion de laquelle Brion remettra le film dans son contexte historique, tout en le situant par la même occasion au sein de la carrière de . Très admiratif du jeu d’acteur de , il reviendra également de façon rapide sur le budget confortable du film ainsi que son tournage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici