DVD — 07 juin 2017
Test Blu-ray : L’empereur du Nord

L’empereur du Nord

 
États-Unis : 1973
Titre original :
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur : Wild Side Vidéo
Durée : 1h58
Genre : Drame, Aventures
Date de sortie cinéma : 30 novembre 1973
Date de sortie DVD/BR : 7 juin 2017

 

 

Pendant la Grande Dépression des années 30 aux Etats-Unis, beaucoup de vagabonds voyageaient clandestinement sur les trains de marchandises, pourchassés par les chefs de convoi. Shack, l’un de ces derniers, fait en sorte qu’aucun clandestin ne fréquente son convoi. Un homme, dit « numéro 1 », lui lance un défi…

 

 

Le film

[4/5]

Excessif et souvent amusant, L’empereur du Nord met en scène le face à face entre deux personnages (auquel viendra régulièrement se greffer un troisième larron) qui, durant la grande dépression des années 30 aux Etats-Unis, se livrent une lutte sans merci aux relents absurdes afin de préserver leur honneur, seule chose qui leur reste et les définit en tant qu’hommes au cœur d’une époque troublée où ils se voient obligés de « survivre », à la manière d’animaux sauvages.

Ainsi, « N°1 », le personnage incarné car Lee Marvin, s’opposera-t-il de façon féroce et sans pitié à Shack (Ernest Borgnine), tout en prenant sous son aile le jeune Cigaret (Keith Carradine). Le théâtre de leur lutte ? Le train n°19, sur lequel Marvin tente d’embarquer en tant que passager clandestin, et sur lequel veille Ernest Borgnine, brute sanguinaire et sadique, n’hésitant pas à utiliser la violence et à exterminer sauvagement tous les « trimardeurs » qui osent monter sur sa machine, allant jusqu’à les recevoir à coups de masse, de chaine ou à les jeter sous le train. Se basant sur une triste réalité de l’Histoire américaine, Robert Aldrich et son scénariste Christopher Knopf poussent tous les curseurs à fond, orchestrant au final un affrontement entre deux hommes tellement incapables de renoncer à leur fierté que l’escalade dans la violence en prend des allures franchement absurdes, mais également absolument réjouissantes pour le spectateur. Ainsi, L’empereur du Nord s’impose comme une espèce de « cartoon » live, ayant paradoxalement une base et un contexte historique solides, réalistes et tout ce qu’il y a de plus sérieux.

N’hésitant donc pas à mélanger les genres, Aldrich donne à son film des allures de western (on pense souvent à Il était une fois la Révolution tourné en 1971, soit deux ans plus tôt), L’empereur du Nord met en scène par le non-sens la très sérieuse quête identitaire de deux personnages cherchant à se « réaliser » en tant qu’hommes par l’honneur, et ne pouvant supporter de voir disparaitre le respect et l’admiration des yeux de leurs contemporains, qui semblent être leur seule raison de (sur)vivre : N°1 ne veut pas perdre la face devant Cigaret, il en est de même pour Shack vis-à-vis de ses collègues du train. Au final, et même si le film pourra probablement paraitre comme un peu mineur dans la riche filmographie de Robert Aldrich, il se révèle suffisamment bien ficelé pour assurer le spectacle pendant deux heures, sans provoquer le moindre ennui pour le spectateur.

 

 

Le coffret Blu-ray

[5/5]

C’est donc sous les couleurs de Wild Side que l’on pourra aujourd’hui découvrir ou revoir L’empereur du Nord, qui s’offre d’ailleurs une présentation Haute-Définition absolument remarquable. Le master restauré ne présente quasiment aucun défaut : les couleurs sont éclatantes et naturelles, le piqué et le niveau de détail ne faiblissent que sur les plans comportant des mentions écrites et/ou des fondus (ce qui est normal), et l’ensemble affiche un grain argentique scrupuleusement préservé : c’est du très beau travail. Côté son, VF et VO sont proposées dans des mixages DTS-HD Master Audio 1.0, et proposent un rendu sonore clair, net et au final tout à fait recommandable.

Du côté des suppléments, on trouvera un passionnant entretien avec Christopher Knopf, le scénariste du film, qui évoque notamment son rapport à l’écriture, ainsi que les différentes évolutions de son scénario de L’empereur du Nord.

 

 

On ajoutera de plus que le film est présenté dans une riche édition Combo Blu-ray + DVD, et qu’il s’agit d’un digibook comprenant également un livret de 88 pages consacré au film, et rédigé par Doug Headline (Starfix). C’est un élément sur lequel nous autres chroniqueurs passons habituellement assez rapidement, pour la simple raison qu’en règle générale, nous ne recevons des éditeurs que le Blu-ray du film, éventuellement accompagné d’une copie du livret. Mais pour avoir eu cette fois le « vrai » coffret entre les mains, on est bien obligé de s’incliner devant la classe absolue du coffret, qui s’impose comme un vrai et bel objet de collection, au design soigné et aux finitions parfaites. Un grand bravo à Wild Side.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles