DVD — 29 avril 2015
Test Blu-ray : La famille Bélier


France : 2014
Titre original : –
Réalisateur :
Scénario : Eric Lartigau, ,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h41
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie cinéma : 17 décembre 2014
Date de sortie Blu-ray : 29 avril 2015

 

 

Dans la famille Bélier, tout le monde est sourd sauf Paula, 16 ans. Elle est une interprète indispensable à ses parents au quotidien, notamment pour l’exploitation de la ferme familiale. Un jour, poussée par son professeur de musique qui lui a découvert un don pour le chant, elle décide de préparer le concours de Radio France. Un choix de vie qui signifierait pour elle l’éloignement de sa famille et un passage inévitable à l’âge adulte…

 

 

Le film

[4/5]

L’immense succès critique et populaire du charmant Little Miss Sunshine en 2006 a influencé de nombreux cinéastes et auteurs français, et ouvert la voie à de nombreux films apparaissant aujourd’hui comme des « enfants » du road movie familial de Jonathan Dayton et Valerie Faris. Des rejetons le plus souvent très agréables par ailleurs, reprenant non seulement le flambeau du « feel good movie » (ou film qui met de bonne humeur) mais également celui du portrait de famille légèrement barrée et/ou dysfonctionnelle.

Le plus souvent, le schéma narratif est simple. On y rencontre une famille, qui au fur et à mesure du film tend à imploser, mais qui, à force d’amour, parvient à se ressouder dans la dernière bobine, les réconciliations étant le plus souvent orchestrées autour de la réussite d’un des membres de la famille sur scène, créant non seulement une communion au sein du cocon familial, mais également une communion avec tout un tas d’inconnus (et avec le public).

Ce schéma, c’est donc celui de Little Miss Sunshine. Mais on l’a également retrouvé au fil des années dans Tellement proches, le chef d’œuvre d’Olivier Nakache et Eric Toledano, ou encore comme fil conducteur de la deuxième saison de Fais pas ci, fais pas ça. C’est simple, efficace, et ça marche prodigieusement bien. Aujourd’hui, c’est donc Eric Lartigau, secondé par Victoria Bedos et Stanislas Carré de Malberg, qui réutilisent ce schéma narratif avec La famille Bélier.

Et globalement, malgré quelques maladresses d’écriture (difficile néanmoins de faire dialoguer des sourds en langage des signes sans qu’un personnage répète ce qu’ils se sont dits à l’intention du public) et deux-trois baisses de rythme, le film d’Eric Lartigau est une nouvelle réussite à imputer à ce genre de film. Même si le choix des chansons de Michel Sardou pour rythmer le récit pouvait s’avérer discutable (on passera sur l’énormité balancée par le personnage d’Eric Elmosnino, « Michel Sardou est à la variété française ce que Mozart est à la musique classique »… mais bien sûr !), au final, l’alchimie fonctionne plutôt bien, notamment grâce à la performance vocale de la jeune , révélation de et sans doute promise à un bel avenir au cinéma. Sa version de la chanson « En chantant » à mi-métrage, ou sa performance en fin de métrage, alors que son père l’écoute la main posée sur son cœur, s’avèrent assez pures et touchantes ; rien à voir avec la prestation affligeante de Carey Mulligan dans Shame. Secondée par un casting de grande classe (Karin Viard for-mi-da-ble, François Damiens, Eric Elmosnino…), Emera fait son trou, parvient sans peine à s’imposer, et se révèle convaincante malgré quelques faussetés dans le jeu.

En deux mots comme en cent, s’il ne parviendra pas forcément à convaincre totalement le spectateur, le nouveau film d’Eric Lartigau atteint tout de même sa cible sans trop de difficultés. Se reposant sur une recette éprouvée et efficace, La famille Bélier s’impose sans mal comme le « feel good movie » français de l’année.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Le Blu-ray que nous offre aujourd’hui France Télévisions Distribution est asssez superbe. Le master est de toute beauté, avec un piqué précis, une belle profondeur de champ et des couleurs riches et naturelles : la photographie certes un poil passe-partout de Romain Winding est respectée à la lettre, aucun défaut à déplorer. La spatialisation du mixage DTS-HD Master Audio 5.1 est plutôt active pour un genre -la comédie- ne s’y prêtant habituellement que peu. Les dialogues sont claires, et le caisson de basses se réveille durant les séquences musicales. La jolie voix de Emera et les passages musicaux en général s’intègrent bien au film, dynamiques sans en faire trop.

Côté suppléments, un passionnant making of, naturellement sous-titré -tout comme le film- pour les sourds et malentendants, expose les motivations de l’équipe du film, des acteurs au réalisateurs en passant par leurs conseillers techniques, tout le monde s’est donné à fond pour apprendre le langage des signes en quelques mois, ce qui est loin d’être évident. La bonne humeur est communicative, et on aimerait que le sujet dure un peu plus longtemps, surtout vu le succès remporté en salles par le film (plus de sept millions d’entrées tout de même). Pour les amateurs de chansons de Michel Sardou, on trouvera aussi deux titres en version karaoké, et la traditionnelle bande-annonce du film.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles