Critique : Avengers L’Ere d’Ultron, la critique positive

5
235

L’Ere d’Ultron

Etats-Unis, 2015
Titre original : Avengers Age of Ultron
Réalisateur :
Scénario : Joss Whedon
Acteurs : ., , ,
Distribution : Walt Disney Studios
Durée : 2h21
Genre : Fantastique
Date de sortie : 22 avril 2015

Note : 4,5/5

Après avoir attendu, suffisamment bien comme il faut, la suite version 2.0 de nos vengeurs chéris, il était gravé dans le marbre que notre toute friable patience avait atteint ses limites. Qu’on se le dise, le retour de la troupe sonne comme une délivrance inespérée, alors que sonne déjà correctement à son tour le compte à rebours des opus trois et quatre de la série. Profitons déjà de ce sismique blockbuster. Enorgueillissez-vous scrupuleusement de tout cet engouement fanatico-jubilatoire car l’hystérie a remplacé la frustration. Prenez sous votre aile protectrice ce que le merchandising gravitant autour du film vous a poussé à vous procurer, et laissez-vous embarquer à nouveau dans l’univers cinématographique des Comics pendant deux heures vingt-deux de pur spectacle. Tony met ton armure, Steven enfile ton bouclier, Bruce énerve toi, Thor prend ton divin Mjölnir, Clint va chercher ton arc, et Natasha… euh…reste comme tu es, car va démarrer la session numéro deux, du très attendu Avengers 2 : l’ère d’Ultron.

Synopsis : après l’annihilation quasi complète de la cellule du S.H.I.E.L.D relatée dans Captain America : le Soldat de l’Hiver, Tony Stark aidé de Bruce Banner créent Ultron, une Intelligence Artificielle capable de se régénérer et d’augmenter ses capacités. Censé sauvegarder l’humanité de toutes menaces malveillantes et de contrôler l’escouade de l’Iron Légion, il se retourne finalement contre ses créateurs mettant en péril les habitants de la Terre. Les Avengers vont à nouveau unir leurs forces entre tiraillements, sentiments, camaraderies et ultimes responsabilités afin de lutter contre le pire ennemi jamais rencontré. Des alliances vont naître, de nouveaux personnages vont apparaître : les jumeaux Maximoff « optimisés » (la Sorcière Rouge et Vif Argent), et la Vision.

Avengers 2 : Ultron Iron Man

Une recette qui fait évidemment recette

On reprend les mêmes et on recommence. Marvel, en concomitance avec Disney, reprenait du service pour donner à son électorat ce qu’il attendait réellement, à savoir un petit frère au troisième plus gros succès cinématographique de tous les temps. Il est vrai que la critique attendait de pied ferme le retour de nos justiciers légendaires sous la houlette de Joss Whedon en maître de cérémonie, et, on ne va surtout pas se mentir, car notre transparence transpire pour vous servir : elle fut partagée entre le positivisme et le négativisme. Evidemment, on ne peut pas plaire à tout le monde (et c’est certainement pas Marc-Olivier Fogiel qui va nous dire le contraire…mais d’ailleurs que fait-il dans cette critique ???). Quoiqu’il en soit, Avengers 2 : l’ère d’Ultron est sorti ce mercredi 22 Avril 2015, et on lui a collé automatiquement l’étiquette du film le plus attendu de ce début d’année. Vous me direz « normal ». Le rouleau compresseur qu’il a été et qu’il est, (et qui le sera très certainement) bouleverse volontiers tous les préceptes lorsqu’il est question de fanatisme. Demandez seulement aux inconditionnels de Star Wars d’éviter les salles obscures en cette fin d’année 2015… Évoquez-leur seulement une éventuelle annulation… Eux qui installent déjà leurs tentes au pied de leurs cinémas de quartier… Pour Avengers, c’est pareil, et l’exaltation répond grandement présent!

Cela fait maintenant une semaine que le film a démarré, et le fait de voir sa propre salle de cinéma pleine à craquer laisse envisager, à l’échelle nationale et mondiale que le raz de marée est en marche. Les résultats sont déjà excellents, prenez-en note : alors qu’il n’est même pas encore sorti aux USA (le 1er Mai), il comptabilise lors de son premier week-end d’exploitation en France déjà plus de 1,5 millions d’entrées et un chiffre d’affaire de plus de 200 millions de dollars rien qu’en Europe. Même s’il est boycotté en Allemagne (Disney se montrerait un peu trop gourmand dans le partage des bénéfices, dans sa propension à octroyer des lunettes 3D, et en dépenses marketing) les chiffres sont là. Les capes, les boucliers, les poings, les marteaux, les plastrons se vendent comme des petits pains. Conjugué au bonheur qu’il nous procure dans une société pervertie par un négativisme ambiant, il redonne le sourire à nos enfants et aux enfants que nous sommes tous au fond.

188611

Un casting fidèle, des personnages qui répondent présent !

Joss Whedon et son armada de scénaristes ont mis les grands plats dans les grands pour insuffler une suite efficace à Avengers. L’amélioration est au rendez-vous. La joie de retrouver nos héros aussi. Ce plaisir de retrouver le casting au grand complet de nos acteurs n’est assombri, finalement, et c’est le seul point noir pour moi, que par l’absence de la douce, tendre et dévouée mie de Tony Stark (Robert Downey Jr), Pepper Potts (Gwyneth Paltrow…snif !). Evidemment, les scénaristes ne tiennent absolument pas rigueur de cette tragique disparition puisqu’ils lui rendent hommage par quelques références tout au long du film. Même Stan Lee, le nonagénaire créateur de Spiderman et Hulk qu’on associe forcément à la firme Marvel apparaît traditionnellement dans le film pour son clin d’œil habituel.

Notre nuée de sex-symbol reprennent donc leurs costumes pour le plaisir de nos yeux et de nos fantasmes. Tony Stark (Robert Downey Jr), le magnat milliardaire égocentrique reprend son costume d’Iron Man. Thor (Chris Hemsworth) joue de sa belle chevelure d’Asgard, de son fidèle marteau Mjölnir, et surtout de ses beaux biscotos pour notre gente féminine. Bruce Banner (Mark Ruffalo) tente de maîtriser Hulk, la bête sommeillant en lui, mais qui, à chaque fois qu’il refait surface provoque massives destructions et frénésie auprès de l’auditoire. Steven Rogers (Chris Evans), galbé dans son costume patriotique de Captain America, enfile son bouclier indestructible de vibranium. Clint Barton (Jeremy Renner), alias Hawkeye, prend son arc et ses flèches et joue au Robin des Bois des temps modernes. La succulente Natasha Romanoff (Scarlett Johansson), elle aussi, refait son retour en grâce sous les traits de Black Widow. Toute l’équipe est là, et bien là ! Quelques personnages récurrents refont, eux aussi surface : Nick Fury (Samuel L. Jackson) l’ex-patron du S.H.I.E.L.D qui a été démantelé à la fin de Captain America : le Soldat de l’Hiver, Iron Patriot (Don Cheadle), le bon pote de Tony Stark (Iron Man 2 et 3), Falcon (Anthony Mackie) l’allié de Captain America (dans le Soldat de l’Hiver)… et les autres.

Le socle est resté ce qu’il est : respecté, choyé, brossé convenablement pour briller de mille feux et nous donner un rendu pertinent coûte que coûte. La fidélité de nos acteurs campant sur leurs personnages apporte une réelle plus-value à la destinée de ce film sériel, même si nous sommes bien conscients que cette fidélité à un prix. Et ce prix doit peser plusieurs millions de dollars dans l’univers hollywoodien. Au rayon des nouveautés, évidemment, on doit obligatoirement faire référence aux nouveaux personnages de la saga. Alors, bien le bonjour aux jumeaux Pietro et Wanda Maximoff alias Vif Argent et la Sorcière Rouge. Le premier, joué par Aaron Taylor-Johnson (Kick Ass 1 et 2) a la faculté de courir plus vite que son ombre. Tout semble, autour de lui, évoluer au ralenti quand son pouvoir est en marche. La deuxième, interprétée par Elizabeth Olsen (la sœur des jumelles Mary Kate et Ashley Olsen), a le pouvoir de manipulation mentale ainsi que de créer des boules d’énergies destructrices. N’oublions surtout pas de souligner, de surligner, d’entourer au marqueur le rôle du super vilain méchant de l’histoire, à savoir Ultron. Rendons donc toute la noblesse possible à l’interprétation vocale de James Spader (Black List, Crash, Stargate, Sexe Mensonges et Vidéo) sous les traits robotiques de l’ennemi juré de nos Avengers. Voilà, les présentations sont faites, et il était important de tous les citer car ils représentent parfaitement le projet sur le long terme menés par l’adaptation des Comics au cinéma.

ob_a9e013_ultron

Une suite épique, amusante, attractive, addictive…en somme, un divertissement maîtrisé !

On n’a même pas eu le temps de s’assoir et de grignoter nos premiers pop-corn que le film démarre, tambours battants, en forêt de Sakovie, où nos six supers héros sont confrontés aux membres de l’Hydra. Ils évoluent sereinement et nonchalamment à travers bois, percutant quelques tanks par-ci, faisant valdinguer quelques jeeps par-là, dans l’objectif prioritaire de récupérer des mains du Baron Von Strucker (Thomas Kretschmann) le sceptre de Loki (Loki étant le frère de Thor, pour simple rappel). Le décor est planté de manière virile, mais honore chaque membre de la Team Avengers par une démonstration personnelle du pouvoir de chacun. Ce moment est une bouffée d’adrénaline, une symphonie de baston, une maestria de cassage de petite gueule, une ode à la détérioration pure et simple de quiconque voulant se mettre sur leur chemin. On jubile, on idolâtre, on se frotte la panse généreusement en se félicitant à concevoir une issue tout aussi trépidante que ce qu’on vient de vivre et ressentir. De plus, on assiste à l’arrivée en trombe des jumeaux, qui nous secoue littéralement par la puissance stratosphérique de leurs pouvoirs et de leurs auras paradoxalement attachantes.

Après cette dantesque scène d’action, le film s’attaque davantage à la story d’Ultron et de son Intelligence Artificielle d’abord dans un pacifisme un peu trop guindé pour un personnage démesurément inquiétant. Les choses se rétablissent très rapidement et la balance s’équilibre dans le rapport physique inquiétant/méchanceté du personnage, quand notre tas de métal régénérant revendique son envie d’éradication totale de la race humaine… Les choses sont enfin claires. Nono le petit robot veut casser tout bonnement du terrien. Cet Avengers nous frappe par son désir de vouloir mettre du relief à chaque personnage. Plus intimiste que le précédent opus, il cible les états d’âme de chacun veillant à ne pas omettre d’attirer équitablement la lumière sur tel ou tel personnage. Les liens entre chaque héros semblent se resserrer au fil des minutes attirant l’œil et l’empathie du spectateur. Les dialogues sont exquis, décalés à souhait et rendent souvent une issue amusante. On se surprend très souvent à sourire grâce au punch et à la répartie souvent appropriée de nos différents personnages. Toute la panoplie des sentiments est dévoilée. Mais attention, il ne faut pas s’attendre à de lourdes perturbations dans le cœur de nos héros. La mode tendancielle de montrer la noirceur de certains personnages dans nos « heroes movies » que l’on a pu notamment voir dans la série des Amazing Spiderman et des Batman de Nolan, n’ont strictement rien à voir avec le groupe des vengeurs. De plus, voilà qu’un élément viendra apporter un peu de guimauve à ce genre de film d’action, un peu trop maladroitement balourde certes, mais comme on tient en sympathie l’ensemble de la troupe, on donne un peu de crédit à cette idylle naissante entre deux des personnages principaux. Afin d’éviter de spoiler, je préfère que vous deviniez qui Cupidon a décidé de rassembler dans un flirt montant crescendo ! On découvre un brin d’humanité dissimulé dans chacun de nos bons hommes, pouvant paraître parfois, dans ce contexte cinématographique, un tantinet superflu. Mais encore une fois, notre bonté accepte volontiers la faiblesse de chacun qu’a su révéler la Sorcière Rouge. On se surprend à trouver le nombriliste Tony Stark étonnement moins cynique, étonnement plus responsable. Sans doute admet-il le danger qui guette le monde pouvant causer sa perte. En allant dans ce sens, Joss Whedon, le réalisateur, martyrise à sa manière ce monde en perdition, en lui infligeant multiples sévices notamment en confrontant Hulk à une évolution musclée d’Iron Man visuellement intense et magnifique… sans doute une des plus belles scènes d’action du film rendant un spectaculaire épilogue. Visuellement, le film est beau, bon, et surtout connaît une fin vivement haletante mettant en scène toute la troupe dans une solidaire défense de la Terre sous les coups de boutoirs d’Ultron et de sa horde de robots. A la limite des larmes, on subit la lutte finale… comme si on se trouvait au centre de l’action démuni de pouvoir, comme si on ne pouvait que s’en remettre à eux pour la sauvegarde de la Terre. Un dernier personnage fera son apparition. Il aura une toute importance primordiale dans la suite des événements notamment dans les deux prochains Avengers : Civil War prévus en 2016 et en 2017. Les aficionados n’auront que très peu à attendre pour voir la suite des aventures de nos Avengers… Juste le temps de voir, de revoir, et de rerevoir les deux épisodes…

Conclusion

Comme un enfant, j’ai attendu que le Père Noël se ramène les bras chargés de cadeaux. J’ai regardé par la fenêtre, à droite à gauche, en haut en bas… Essuyant de temps en temps la fenêtre embuée, je désespérais de le voir arriver, d’autant que les gens autour de moi chuchotaient… Ils parlaient sans doute de mes vaines croyances, se moquant même de mon enthousiasme un peu trop poussé à l’extrême. Voilà que je trépigne, le pessimisme et la déception m’envahissaient sans vergogne. Et alors, que tout espoir semblait s’envoler… une lumière discrète apparut au loin séparant l’atmosphère en deux. Et là, mon émerveillement, ma stupeur, ma candeur, mon bonbon, mon cadeau de Noël se tenait devant moi, dans mon cinéma, mon Marvel. Mon Père Noël, c’est mon Père Marvel qui, de temps en temps, me rapporte dans sa hotte, un de ses films qu’il a gentiment confectionné. Mes yeux s’écarquillent devant cette généreuse offrande. J’ai vraiment eu un beau Noël cette année car j’ai vu Avengers 2 : l’Ere d’Ultron. J’ai réellement hâte qu’il revienne en juillet me rapporter Ant-Man puis le reboot des 4 Fantastiques. Des joujoux par milliers…

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Z0mPyiZ23x8[/youtube]

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici