DVD — 06 novembre 2019
Test Blu-ray : Ibiza

 
France, Belgique : 2019
Titre original : –
Réalisation :
Scénario : Arnaud Lemort,
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h26
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 3 juillet 2019
Date de sortie DVD/BR : 6 novembre 2019

 

Philippe et Carole, tous deux divorcés, viennent de se rencontrer. Très amoureux, Philippe est prêt à tout pour se mettre les deux ados de Carole dans la poche. Il propose un deal au fils aîné : s’il a son bac, c’est lui qui choisit leur lieu de vacances. Et ce sera Ibiza ! Mais pour Philippe, plutôt habitué à de paisibles vacances dans la Baie de Somme, c’est un véritable choc…

 


 

Le film

[2,5/5]

Il existe indéniablement une tradition du « film de vacances » au sein de la comédie française : plusieurs dizaines de films, des Bronzés à Camping en passant par Les randonneurs ou, plus récemment, Premières vacances ou All inclusive, ont en effet suivi les pérégrinations de vacanciers en goguette, dont le comportement ou la maladresse provoquaient les fous-rires du public. A la liste déjà longue de ces comédies de vacances affirmées comme telles, on pourra cependant ajouter quelques comédies d’aventures « exotiques », dans le sens où plusieurs cinéastes reconnus dans le genre – Claude Zidi, Gérard Oury, Georges Lautner et d’autres – n’ont jamais caché que certains de leurs films avaient été spécifiquement écrits parce que tel cinéaste ou tel acteur avait envie de découvrir tel pays et d’y passer un peu de bon temps. De ces vacances aux frais de la production (Pathé, Gaumont…) sont nés quelques poignées de films de feignassou, se reposant sur des paysages et des personnalités connues du public ne forçant pas vraiment leur talent – on les comprend un peu cela dit, dans le sens où sous le soleil caressant des destinations les plus paradisiaques du globe, on n’a pas forcément envie de bosser, mais plutôt de se la couler douce au bord de la piscine…

Si vous pensiez que ce genre de comédies paresseuses appartenaient à un passé révolu, il y a de fortes chances pour qu’Ibiza vous rappelle cette bonne vieille époque où Coluche, Pierre Richard ou Jean-Paul Belmondo ramenaient un film à moitié terminé (à moitié écrit, à moitié réalisé) de chacun de leurs lieux de villégiature. Le pire dans cette histoire, c’est qu’en plus d’être lui aussi à moitié torché n’importe comment, Ibiza a réussi le tour de force généralement réalisé par ce genre de films durant les années 70/80, en remportant un succès plutôt honorable au box-office français de l’année – 630.000 entrées – même si le film a probablement été bien aidé par la Fête du Cinéma.

Pour le reste, et comme on l’a dit à demi-mots un peu plus haut, Ibiza est une « moitié de film », se basant sur un scénario tellement léger qu’il semble par moments carrément improvisé sur le tournage : on imagine sans peine que la production d’Ibiza a été lancée uniquement sur la présence au générique de Christian Clavier et Mathilde Seigner – deux noms incontournables de la « comédie de vacances » en France. Cela dit, on mentirait en affirmant que le film n’atteint jamais son but : sa courte durée fait qu’il est presque impossible de s’ennuyer, et l’abattage frénétique de Clavier afin de nous arracher quelques sourires fonctionne tout de même en quelques rares occasions. Ainsi, si l’essentiel des gags tombe à plat, on finira quand même par baisser les armes et par rire, de bon cœur, lors de certaines séquences moins plates que les autres, ou en découvrant quelques seconds-rôles savoureux (, , ), probablement attirés sur le projet par le fait de s’offrir quelques jours de vacances à Ibiza aux frais de la Gaumont.

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

C’est naturellement Gaumont qui édite aujourd’hui Ibiza sur format Blu-ray, et comme à son habitude, l’éditeur nous livre une galette techniquement soignée. Le master est d’une superbe précision, affichant un piqué d’une précision absolue et des couleurs vraiment superbes, ce qui donnera au spectateur l’occasion de contempler les sublimes paysages d’Ibiza. Les noirs sont solides et profonds, et les nombreuses scènes nocturnes affichent un rendu visuel extrêmement propre, sans le moindre bruit vidéo disgracieux. Côté son, Gaumont fait également très fort puisque le film bénéficie d’une piste DTS-HD Master Audio 5.1 très efficace, d’un dynamisme échevelé, surtout sur les scènes de fêtes bien sûr ; ainsi, quand la musique commence à se déchaîner (notamment sur la séquence « I love rock n’ roll »), tous les canaux y vont de leur puissance et le caisson de basses est sollicité à intervalles très réguliers. Un mixage épatant, qui en rajoute côté ambiance festive à fond les ballons et participe pleinement à l’immersion du spectateur au cœur du film. Pas de suppléments.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles