DVD — 17 septembre 2019
Test Blu-ray : Hurler de peur

 
Royaume-uni : 1961
Titre original : /
Réalisation :
Scénario :
Acteurs : , ,
Éditeur :
Durée : 1h21
Genre : Thriller
Date de sortie cinéma : 22 novembre 1961
Date de sortie DVD/BR : 17 septembre 2019

 

Penny Appleby, jeune femme paralysée et condamnée au fauteuil roulant, revient dans sa demeure familiale située sur la Côte d’Azur après la disparition de son père. Accueillie par Jane, sa belle-mère, et épaulée à chaque instant par Bob, le chauffeur de la famille, voici qu’elle commence à avoir d’épouvantables visions : elle se met à voir le cadavre de son père dans différents endroits de la demeure, lequel disparaît aussitôt…

 


 

Le film

[4/5]

Suite au succès de Psychose en 1960, la Hammer décide de se lancer dans le film d’épouvante contemporain, abandonnant les artifices formels du cinéma gothique pour des récits psychologiques au cœur desquels la folie et les fantômes d’un passé trouble ne sont jamais très loin. Ainsi, la firme britannique a-t-elle choisi, durant quelques années, de se consacrer à des intrigues « à la Daphné Du Maurier », riches en thématiques tirant sur la psychanalyse ou relevant de pathologies psychiatriques. Mission fut alors confiée à Jimmy Sangster de livrer au spectateur des récits à la croisée des chemins entre Rebecca et Psychose, et ce dernier s’acquittera de cette tâche en signant une série de scénarios assez brillants, parmi lesquels ceux de Hurler de peur (1961), de (1963) ou encore de (1964).

Secrets de famille, complots crapuleux, apparitions spectrales et twists à tous les étages se bousculent donc au menu de Hurler de peur, le petit chef d’œuvre que considérait comme le meilleur film jamais produit par la Hammer. Brillamment mis en images par Seth Holt et son directeur photo Douglas Slocombe – avec un soin tout particulier apporté à la profondeur de champ ainsi qu’aux contrastes, francs et affirmés, qui donnent parfois au film des allures de véritable cauchemar éveillé – le film permet également à Jimmy Sangster de se « lâcher » complètement sur son scénario, avec une intrigue orchestrant plusieurs revirements absolument fous et difficilement prévisibles, quoi que peut-être un poil tirés par les cheveux – il n’est en effet pas interdit de trouver un certain manque de cohérence dans la présentation des événements proposée par le film, surtout en ce qui concerne le tout dernier acte du récit.

Côté casting, la jeune Susan Strasberg propose une prestation d’une étonnante modernité. A ses côtés, on trouvera Ann Todd dans un rôle réellement bien écrit, s’attirant à la fois l’hostilité et, d’une façon assez surprenante, la pitié du spectateur. Ronald Lewis fait le taf de façon sobre, mais du côté des personnages masculins, il se fait un peu voler la vedette par un grandiose Christopher Lee qui surprend dans un second rôle très ambigu dont la dualité est amenée avec une finesse remarquable.

Ainsi, avec son intrigue volontairement tordue et sa mise en scène formellement époustouflante, Hurler de peur s’impose comme une très belle réussite, développant une ambiance solide jamais très éloignée de la folie pure et simple et s’achevant sur une série de twists épatants.

 

 

Le Blu-ray

[5/5]

Hurler de peur débarque donc aujourd’hui dans une superbe édition sous les couleurs d’ESC Éditions, et intègre la déjà très riche collection «  » lancée par l’éditeur en septembre 2018. Cette pépite méconnue de la Hammer bénéficie donc du superbe packaging des titres de la collection, et du traditionnel Combo Blu-ray + DVD + Livret de 16 pages signé Marc Toullec, qui nous prouve une fois de plus que les équipes d’ESC Éditions sont bien déterminées à fournir au consommateur des films présentés comme de « beaux objets » de collection. Le film de Seth Holt vient donc tenir compagnie à de nombreuses autres merveilles de l’horreur britannique disponibles dans cette belle collection depuis quelques mois : Le train des épouvantes, Le caveau de la terreur, Asylum, Histoires d’outre-tombe

Côté Blu-ray, la restauration exploitée ici par l’éditeur est tout simplement excellente. Encodé avec soin, le film brille vraiment de mille feux avec un niveau de détails accru et des contrastes ciselés, évitant l’écueil des noirs bouchés ou de l’image « terne » ; les gros plans sur les visages des acteurs impressionnent par leur précision et leur définition. Quelques plans accusent certes de légères baisses de définition, mais l’ensemble est de très bonne tenue. L’image est aussi parfaitement stable et propre, ce qui ajoute à la sensation de qualité visuelle ; de plus, comme le film ne semble pas avoir subi de filtrage numérique, il impose un grain cinéma respecté à la lettre très agréable et naturel, respectueux du matériau d’origine. Côté son, l’éditeur nous propose une version originale en DTS-HD Master Audio 2.0 mono, sans souffle ni bruits parasites, au rendu acoustique relativement ouvert et ample. Les dialogues sont parfaitement clairs, la musique perce sans difficulté ni saturation, et la piste est très propre ; on appréciera par ailleurs la VF d’époque, surannée et pleine de charme.

Côté suppléments, l’éditeur ne se sépare pas de ses excellentes habitudes, avec la traditionnelle présentation de la Hammer par Nicolas Stanzick, qui s’accompagnera également d’une présentation du film signée Laurent Aknin, qui revient sur le film – mais également sur le casting et l’équipe technique – de façon relativement complète et intéressante.

 

Articles semblables

Partage

Auteur

Cet article a été écrit par Mickaël Lanoye, rédacteur cinéma / DVD / Blu-ray sur Critique-film.fr. Lire tous ses articles