Test Blu-ray : Hier, aujourd’hui et demain

0
434

Hier, aujourd’hui et demain

Italie : 1963
Titre original : Ieri, oggi, domani
Réalisation : Vittorio De Sica
Scénario : Eduardo De Filippo, Cesare Zavattini, Bella Billa
Acteurs : Sophia Loren, Marcello Mastroianni, Aldo Giuffrè
Éditeur : Carlotta Films
Durée : 2h00
Genre : Comédie
Date de sortie cinéma : 15 mai 1964
Date de sortie DVD/BR : 7 mai 2024

Trois villes, trois récits sur le couple, la sexualité et le pouvoir. À Naples, Adelina vend des cigarettes au marché noir car son mari est au chômage. Mais elle se fait arrêter par la police… À Milan, Anna, une riche femme, s’ennuie et parle de s’enfuir avec son amant, un écrivain. Jusqu’au jour où il a un accident avec la voiture de celle-ci… À Rome, Mara, une call-girl, fait tourner la tête d’un jeune séminariste…

Le film

[3,5/5]

Surtout connu pour sa contribution au mouvement néoréaliste italien des années 40 et du début des années 50, Vittorio De Sica est par la suite devenu une figure majeure de la comédie à l’italienne des années 60, principalement grâce à deux films tournés avec Sophia Loren et Marcello Mastroianni : Hier, aujourd’hui et demain (1963) et Mariage à l’italienne (1964), que l’on avait évoqué il y a presque dix ans à l’occasion de sa sortie au format Blu-ray. Avec Hier, aujourd’hui et demain, Vittorio De Sica avait donc choisi d’opter pour le modèle de la comédie populaire, mais il n’en oubliait pas pour autant d’où il venait. Ainsi, si léger et amusant soit-il, le film de 1963 nous proposait, sous le couvert de la comédie, de continuer à explorer la pauvreté de l’Italie d’après-guerre et les problèmes sociaux dans les quartiers populaires.

Hier, aujourd’hui et demain est un film à sketches mettant en scène Sophia Loren et Marcello Mastroianni dans le rôle de trois couples très différents, nous donnant à voir un échantillon de la société italienne dans les années qui ont suivi la guerre. Comme l’indique le titre du film, les trois histoires que nous donne à voir le film représentent donc l’Italie à trois périodes : Hier (la première histoire se déroule dans un quartier pauvre de Naples en 1954), Aujourd’hui (le deuxième sketch prend place dans la société bourgeoise de Milan au début des années 60) et Demain (la troisième histoire qui se déroule à Rome évoque explicitement le concile Vatican II, qui se terminerait en 1965).

Le sketch le plus long – et probablement le plus attachant – de Hier, aujourd’hui et demain est le premier, qui nous propose de découvrir Sophia Loren dans le rôle d’Adelina, une jeune femme dévouée qui subvient aux besoins de son enfant et de son mari au chômage Carmine en vendant des cigarettes au marché noir. Condamnée à payer une énorme amende, la jeune femme est informée qu’elle sera emprisonnée si elle ne paie pas, mais grâce à un avocat officiant dans les quartiers populaires, elle découvre une étrange faille juridique : si elle est enceinte, elle ne peut être emmenée en prison. Les femmes disposant de six mois pour allaiter un enfant avant d’être incarcérées, Adelina et Carmine s’assurent donc de multiplier les grossesses à chaque nouvelle présentation des carabiniers, mais à force de faire l’amour, Carmine s’affaiblit, et au septième enfant, il est complètement épuisé… Mine de rien, ce petit trésor de comédie est une célébration de la famille, de l’amour et de la solidarité entre voisins, et s’impose probablement comme le plus drôle et le plus enlevé des trois sketches que nous donne à voir Hier, aujourd’hui et demain.

La deuxième histoire, adaptée d’une nouvelle d’Alberto Moravia (et tirée du recueil L’Automate sorti en 1962), est le segment le plus court, mais également le plus sérieux d’Hier, aujourd’hui et demain, et tire à boulets rouges sur la Haute Bourgeoisie italienne. Le sketch nous donne à voir la femme d’un haut dignitaire milanais, tentant de manière hypocrite de « s’encanailler » en flirtant avec un intellectuel. La charge vis-à-vis des élites du pays est sévère, mais le segment est malheureusement le plus faible des trois sketches, sans doute en raison du peu d’empathie de Vittorio De Sica pour ses personnages, qui nous sont présentés de façon bien peu flatteuse. Sophia Loren, habillée en Dior de la tête aux pieds, y campe en effet un personnage assez détestable, pour lequel le spectateur ne pourra ressentir qu’un certain mépris, et ce même si De Sica tente, avec le running gag de la Rolls qui rentre dans les voitures qui la précèdent à tous les feux rouges, d’insuffler un peu de légèreté à l’affaire.

On retrouve davantage de fantaisie et d’humour dans le dernier sketch du film. Sophia Loren y incarne Mara, une prostituée travaillant à domicile, et dont les services ne se limitent visiblement pas au sexe : elle est ainsi également une compagne et une amie franche et sincère pour ses clients, qu’elle choisit avec soin. Le bolonais Augusto (Marcello Mastroianni), fils d’un riche magnat des affaires, profite ainsi de son passage à Rome pour retrouver sa muse, mais ses pulsions amoureuses et érotiques seront continuellement contrariées par un jeune prêtre (Gianni Ridolfi) voisin de Mara, qui vit chez ses grands-parents et pense à renoncer à la soutane en raison de son attirance pour elle. Dans un compromis de bon voisinage, Mara promettra de s’abstenir de sexe pendant une semaine et, avec l’aide d’Augusto, de concentrer ses efforts pour convaincre le prêtre qu’il vaut mieux qu’il choisir la voie de Dieu. Pour son aide, Augusto, excité comme le loup des dessins animés de Tex Avery, se verra récompensé par un strip-tease avorté, qui a par ailleurs permis à Hier, aujourd’hui et demain d’entrer dans l’Histoire du cinéma, et que Sophia Loren et Marcello Mastroianni reproduiraient trente ans plus tard dans le Prêt à porter de Robert Altman.

Le Blu-ray

[4/5]

Hier, aujourd’hui et demain vient donc de débarquer au format Blu-ray en France, sous les couleurs de Carlotta Films. Restauré en 4K à partir du négatif original, le film de Vittorio De Sica s’impose aujourd’hui dans un master éblouissant. On se trouve en effet en présence d’une copie littéralement sublime, lumineuse et propre, aux contrastes soignés et à la colorimétrie impeccable. Le niveau de détail est d’une précision absolue et le grain argentique a été préservé de façon maniaque – seuls une petite poignée de plans accuse des outrages du temps, mais l’ensemble est vraiment bluffant. Côté son, seule la version italienne est disponible en DTS-HD Master Audio 1.0 et mono d’origine : la bande son est claire, parfaitement propre et équilibrée, et s’avère respectueuse du rendu acoustique d’origine, tout en finesse, se concentrant essentiellement sur des ambiances habilement distillées.

Du côté des suppléments, l’éditeur Carlotta recycle le bonus déjà présent sur l’édition DVD du film, sortie en 2009 : un entretien avec Aurore Renaut (25 minutes), au cœur duquel l’enseignante et spécialiste du cinéma italien s’efforcera de remettre le film dans son contexte de tournage, tout en revenant sur le travail de mise en scène de Vittorio De Sica et les qualités du scénario de Cesare Zavattini. Intéressant !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici