Test Blu-ray : Death race – Anarchy

0
721

Death race : Anarchy

 
États-Unis, Bulgarie : 2018
Titre original : Death race 4 – Beyond anarchy
Réalisation : Don Michael Paul
Scénario : Paul W.S. Anderson, Don Michael Paul, Tony Giglio
Acteurs : Zach McGowan, Danny Glover, Lucy Aarden
Éditeur : Universal Pictures
Durée : 1h51
Genre : Action
Date de sortie DVD/BR : 2 octobre 2018

 

 

Alors considérée comme illégale, « La Course à la Mort » se pratique toujours dans une prison fédérale. Après une attaque manquée contre le légendaire pilote Frankenstein, Connor Gibson, membre d’une unité d’élite doit infiltrer la prison avec un objectif : stopper « La Course à la Mort ». Il devra alors apprendre se battre dans un monde sans foi ni loi…

 

 

Le film

[3,5/5]

S’il n’a, pour l’instant, aucun réel « grand » film à mettre à son actif, le cinéma de Don Michael Paul respire l’authenticité et le savoir-faire, au point que l’on commence à se demander si son nom n’intégrerait pas prochainement la liste des quelques solides artisans de la série B dont on attend toujours les nouvelles livraisons avec impatience, tels qu’Isaac Florentine ou encore Louis Morneau. Habitué des suites en DTV, Don Michael Paul a réalisé Jarhead 2, Sniper 5 et 6, Lake Placid 4, Un flic à la maternelle 2, Tremors 5 et 6… Tous dénotent d’une mise en scène carrée et efficace, composant de façon habile avec les divers impératifs de tournage et tirant le maximum des maigres budgets lui étant alloués.

Death race : Anarchy, également connu sous le nom de Death race 4, s’avère la parfaite illustration des propos que l’on tenait quelques lignes au-dessus. Il s’agit en effet certes d’un film fauché, mais faisant preuve d’une grande générosité en ce qui concerne les différentes déviances que le spectateur est en droit d’attendre de ce genre de productions – entendez par là des dérives bien complaisantes en ce qui concerne la violence et la nudité gratuite. Pur film « de vidéo club » (ou de VOD comme on devrait plutôt le dire aujourd’hui), Death race : Anarchy est vraiment le type de film à mater entre mecs, avec des pizzas et quelques bons vieux packs de bière, pendant que les femmes sont occupées -au choix- par une réunion Tupperware, par une soirée Chippendales ou un enterrement de vie de jeune fille. En gros, le genre de film qui risque de susciter, en communauté masculine, autant de rires gras que d’absurdes cris d’encouragement. Comme s’il était vraiment conçu de A à Z pour être savouré dans ces conditions, Death race : Anarchy permettra même au spectateur de s’absenter quelques minutes afin de vidanger sa vessie sans risque majeur de s’y perdre outre mesure dans l’évolution de l’intrigue…

Vous l’aurez donc compris : même s’il n’arrive pas à la cheville de La course à la mort de l’an 2050 (G.J. Echternkamp, 2017), film au-dessus duquel flottait l’ombre de Roger Corman et qui constituait un véritable retour aux sources de la saga qu’il a créée en 1975, Death race : Anarchy transcende finalement sans trop de peine sa nature de petite série B torchée avec des bouts de ficelle, grâce notamment à un production design fauché mais soigné, évoquant naturellement la saga Mad Max. Pour vous en convaincre, vous trouverez sous la partie technique de ce test un petit ensemble représentatif de photos d’exploitation du film, qui prouvent à quel point ce petit film a méchamment de la gueule.

 

 

Le Blu-ray

[4,5/5]

Côté Blu-ray, la galette de Death race : Anarchy éditée par Universal Pictures rend honneur à chaque cadrage imaginatif de cette production sans le sou. Les choix artistiques généreux de Don Michael Paul sont parfaitement retranscrits à l’image grâce à un piqué et à un niveau de détail sidérant, des contrastes affirmés et des noirs définitivement solides, permettant aux couleurs légèrement désaturées du film de s’affirmer avec panache. Si l’on excepte quelques légères chutes de définition certainement imputables au tournage en lui-même, on est en présence d’un transfert littéralement impeccable. Côté son, et comme à son habitude, l’éditeur ne propose d’encodage en DTS-HD Master Audio 5.1 que pour la version originale (en mode « spatialisation de ouf », le mixage étant très riche en effets multicanaux et en basses tonitruantes), la piste française devant se contenter d’un mixage DTS 5.1 aux effets nombreux et aux dialogues parfaitement clairs, mais proposant naturellement un impact un peu moindre sur les oreilles du spectateur.

Du côté des suppléments, Universal nous propose une interactivité solide, surtout si l’on considère que le film est un « DTV », produit solide mais markété à mort et uniquement destiné au marché de la vidéo. Outre un commentaire audio de Don Michael Paul et Zach McGowan, on aura donc droit à trois featurettes sur le tournage du film, le production-design de l’ensemble et un petit focus sur deux personnages rescapés des opus précédents, à savoir ceux de Lists et de Goldberg, respectivement incarnés par Fred Koehler (présent dans la saga depuis le reboot de 2008) et Danny Trejo (à partir de Death race 2 en 2010).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici