Test Blu-ray : Big bad wolves

0
179

Israel : 2013
Titre original :
Réalisateur : ,
Scénario : ,
Acteurs : Lior Ashkenazi, Rotem Keinan, Tzahi Grad…
Éditeur : Metropolitan Vidéo
Durée : 1h49
Genre : , Comédie
Date de sortie cinéma : 2 juillet 2014
Date de sortie DVD/BR : 17 novembre 2014

 

 

Une série de meurtres d’une rare violence bouleverse la vie de trois hommes : le père de la dernière victime qui rêve de vengeance ; un policier en quête de justice qui n’hésitera pas à outrepasser la loi ; et le principal suspect – un professeur de théologie arrêté et remis en liberté suite aux excès de la police. Forcément, ça ne peut pas donner une enquête classique

 

 

Le film

[3,5/5]

Quelques années après l’intéressant Rabies, et remettent le couvert, en abordant de plein fouet le film de vengeance. Maîtrisé de bout en bout, ce considéré par Quentin comme le meilleur film de l’année 2013 s’avère relativement habile. Mais il faut tout de même également admettre que ce s’avère volontiers complaisant, et que si le dilemme qu’il soulève dans l’esprit du spectateur est d’une justesse absolue (comment agir quand on n’est pas certain de la culpabilité d’un individu ?), les réactions de certains personnages sont néanmoins parfois complètement à côté de la plaque ; on doute par exemple fortement du fait que le père ait envie de plaisanter quant aux outrages qu’il va faire subir à son otage alors que ce dernier aurait supposément abusé de sa fille avant de la torturer et de la tuer. Néanmoins, l’humour ponctuel déconnectant peu à peu de la réalité (à l’image des passages surréalistes mettant en scène le voisin palestinien), on prendra au final le film pour ce qu’il est : une vaste farce à l’humour très noir.

 

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Difficile de prendre en défaut le Blu-ray édité par Metropolitan : image précise, beau piqué, beau rendu argentique, profondeur de champ très satisfaisante, couleurs naturelles… Un quasi-sans faute. On précise d’ailleurs qu’on ne déplore aucune baisse de définition durant les scènes de nuit ; il est important de le préciser étant donné que les trois quarts du film se déroulent durant une seule et même nuit. Côté son, c’est une réussite totale : la spatialisation des deux pistes DTS-HD Master Audio 5.1 est dynamique au possible et propose une immersion réellement impressionnante. Le caisson de basses est sollicité avec panache, et les quelques scènes d’action nous plongent au cœur d’un vrai grand spectacle acoustique.

Dans la section suppléments, on commencera avec un making of tout ce qu’il y a de plus classique, en provenance d’. Informatif et sympathique, il nous permet de découvrir de nombreuses images du tournage et les cinéastes en plein boulot avec leurs acteurs. Plus intéressant, on a également droit à un entretien avec les deux réalisateurs, qui nous permet, déjà, de nous rendre compte que les deux compères sont en fait à l’origine un professeur de cinéma (Keshales) et son élève (Papushado). Ils reviennent dans un premier temps sur leur parcours et sur la difficulté de faire du cinéma de genre en , puis, durant la deuxième partie de l’interview, évoquent leur plaisir de brouiller les pistes sur le scénario de . Pour terminer, une série de bandes-annonces de l’éditeur ferme le bal.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici