Test Blu-ray : Batwoman – Saison 2

0
612

Batwoman – Saison 2


États-Unis : 2021
Titre original : –
Création : Caroline Dries
Acteurs : Javicia Leslie, Camrus Johnson, Rachel Skarsten
Éditeur : Warner Bros.
Durée : 13h environ
Genre : Série TV, Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 3 mars 2022

Ryan Wilder trouve par hasard le costume de Kate Kane dans les décombres d’un accident d’avion et se rebelle. Ainsi est-elle est déterminée à venger la mort de sa mère adoptive aux mains d’Alice et de sa bande maléfique du pays des merveilles. Alors que Gotham est désespérément à la recherche d’un nouveau héros, Ryan, avec l’aide de Mary Hamilton et Luke Fox pourra-t-elle ramener l’espoir dans la ville ?

La saison

[3,5/5]

On l’avait évoqué à l’occasion de notre chronique consacrée à la première saison du show : Batwoman a connu des débuts pour le moins difficiles, en subissant plusieurs coups du sort ayant compliqué le tournage : la pandémie de Covid-19 avait écourté l’emploi du temps des équipes et réduit le nombre d’épisodes, et Ruby Rose avait été gravement blessée sur le plateau, ce qui avait considérablement compliqué les choses pour les auteurs du show. Pire encore : l’actrice avait soudainement annoncé qu’elle ne reviendrait pas pour la deuxième saison. Quand ça veut pas, ça veut pas, et là où tout le monde aurait pensé que la série ne s’en relèverait pas, la chaîne The CW et DC Comics ont bel et bien confirmé la mise en chantier de Batwoman – Saison 2.

Décision est donc prise par la créatrice de la série Caroline Dries non pas de « remplacer » Ruby Rose dans la peau de Kate Kane, mais d’introduire un nouveau personnage : une sans-abri nommée Ryan Wilder (Javicia Leslie), qui retrouve la fameuse combinaison de chauve-souris dans les débris du crash ou « périt » le personnage incarné par Ruby Rose, dès le premier épisode de la saison. Enfin, façon de parler…

Morte ou pas morte ?

Rien dans cette deuxième saison de Batwoman ne nous dit que Kate Kane est « officiellement » morte : son corps n’a pas été retrouvé dans les décombres de l’avion, et l’éventualité de son retour est régulièrement évoquée au fil des épisodes. Il y a plusieurs raisons à cette décision des auteurs de Batwoman : primo, le personnage de Kate Kane n’est pas mort dans les comics de chez DC. Deuxio, il semble que les showrunners, malins, se soient dit que l’on n’était pas forcément à l’abri d’un retour de Ruby Rose dans la série. En effet, en quittant ainsi la série sur un coup de tête, l’actrice a sans aucun doute pris une décision qui risque fort de nuire à sa jeune et prometteuse carrière : Hollywood n’aime pas les actrices qui rompent leurs engagements. On ne serait ainsi pas étonné qu’après quelques mois de vaches maigres au cinéma, Ruby Rose revienne vers la production afin de réintégrer le casting de la série…

Cela dit, si le fait de créer une intrigue secondaire tournant autour de l’hypothétique retour de Kate Kane ne paraissait pas, dans l’absolu, une mauvaise idée, les auteurs de cette deuxième saison de Batwoman en font peut-être un peu trop. En effet, à une époque où le moindre micro-événement se produisant sur le tournage d’une série estampillée DC Comics est automatiquement relayé sur des centaines de sites Internet tout autour de la planète, le retour de Ruby Rose dans la peau du personnage aurait largement fait le buzz. De nos jours, toutes les infos sont dispo partout, tout de suite et en continu, et c’est cette réalité externe à la série qui réduit finalement les efforts des auteurs à néant : le mystère autour de la possible réapparition de Kate Kane devient en effet vite ennuyeux, tout simplement parce que l’on sait pertinemment qu’il ne va pas se produire. Ou du moins pas pour le moment. Ou du moins pas avec Ruby Rose pour incarner le personnage à l’écran. Mais vous le savez déjà si vous suivez de près ou de loin l’actu autour de la série.

Nouveau démarrage

La première saison de Batwoman posait les bases relativement solides d’un récit « d’origines » des plus classiques. La disparition du personnage central ayant laissé un vide dans la capacité de Gotham à combattre le crime, la deuxième saison se doit de tout recommencer – pas forcément de zéro, mais à bien des égards, cette saison de Batwoman fonctionne comme un reboot, ou une deuxième première saison. Ça parait con – très très con même – mais c’est logique : Javicia Leslie ainsi que son personnage naviguent en effet en terrain inconnu, et devra apprivoiser tout à la fois le costume et le spectateur. C’est d’autant plus clair que ce personnage est totalement nouveau dans l’univers DC Comics, et a été créé uniquement pour la série. Cette « liberté » permet à l’actrice de s’approprier réellement le personnage sans avoir à se soucier des traits de caractère du personnage de comics. Cependant, cette liberté est à double-tranchant, dans le sens où l’actrice est sans filet, avec un personnage au background complètement vierge.

Pour autant, le personnage de Ryan Wilder, la clocharde vengeresse – évoquant dans un premier temps le « Hobo » incarné par Rutger Hauer dans Hobo with a shotgun – parvient à tirer son épingle du jeu, et ce malgré la tendance des séries du Arrowverse à verser encore et toujours dans les récits de super-héros angoissés. Le rythme est bon, et les seconds rôles solides – on notera par exemple une série de changements intéressants du côté du personnage d’Alice, incarné par Rachel Skarsten. Mais c’est surtout les différents antagonistes de Batwoman – Saison 2 qui mettront les fans en joie : Batwoman devra en effet faire face à tout un tas de super-méchants bien connus des amateurs de Batman, tels que Mr Freeze, l’épouvantail ou encore Poison Ivy, ce qui apportera une bonne dynamique à la deuxième moitié de la saison. De plus, et comme souvent avec les séries du Arrowverse, plus on avancera dans la saison, plus les enjeux seront forts et immersifs.

A ce jour, ni The CW ni les créateurs de la série n’ont encore annoncé que Batwoman était officiellement renouvelée pour une quatrième saison. Cela dit, les autres séries du Arrowverse sont dans le même bateau : le 28 février, les auteurs de Batwoman avaient en effet répondu aux fans de la série sur Twitter qu’ils étaient également dans l’attente et en profitaient pour se concentrer sur la fin de leurs saisons.

Le coffret Blu-ray

[4/5]

C’est naturellement sous les couleurs de Warner Bros. que débarque en Blu-ray Batwoman – Saison 2. Et comme d’habitude avec l’éditeur, les 18 épisodes de la saison – répartis sur trois disques – affichent un rendu soigné, d’une belle précision globale. Les couleurs sont éclatantes et naturelles, et les noirs affichent une densité et une profondeur abyssale. Côté son, la série propose une spatialisation très dynamique et démonstrative en matière de mixage multicanal. La dynamique de l’ensemble est littéralement bluffante, les surrounds sont enveloppants en diable, les voix bien séparées et jamais étouffées, quel que soit l’environnement ambiant. L’immersion est totale : comme d’hab avec les Blu-ray de séries édités par Warner, c’est la perfection absolue. On privilégiera cela dit naturellement la VO, encodée en DTS-HD Master Audio 5.1, à sa petite sœur la VF, mixée en Dolby Digital 2.0, et forcément un peu plus restreinte en termes d’impact et de finesse.

Du côté des suppléments, on commencera avec une sélection de scènes coupées (10 minutes) réparties sur les trois disques du coffret, ainsi qu’avec le traditionnel bêtisier (8 minutes). On continuera ensuite avec une featurette consacrée aux méchants de la deuxième saison de Batwoman (16 minutes). Accompagnée des producteurs exécutifs James Stoteraux et Chad Fiveash ainsi que de quelques acteurs, la créatrice du show Caroline Dries évoquera certains des méchants emblématiques de la deuxième saison (Alice, Black Mask, Safiyah, Victor Zsasz…), tout en explorant le processus de « réinvention » de ces super-vilains. On terminera enfin avec un sujet plus « généraliste » non pas consacré uniquement à la série qui nous intéresse aujourd’hui, mais plus largement aux différents héros de l’univers DC Comics et à leurs sidekicks (21 minutes). Bien entendu, on aura droit à un focus tout particulier sur les séries prenant place dans le Arrowverse, mais le tout revient surtout de façon très intéressante sur la naissance du concept de sidekick en la remettant dans son contexte « historique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici