Test Blu-ray : Batman contre le fantôme masqué

0
394

 
États-Unis : 1993
Titre original : Batman – Mask of the Phantasm
Réalisation : ,
Scénario : , , ,
Acteurs (VO) : , ,
Éditeur : .
Durée : 1h16
Genre : Animation, Fantastique
Date de sortie DVD/BR : 3 octobre 2018

 

 

Plusieurs chefs de la pègre locale sont retrouvés morts à la suite d’attentats perpétrés par un mystérieux justicier masqué. Alors que Batman se retrouve injustement accusé de ces meurtres, Bruce Wayne doit affronter son passé émotionnel : son ex-fiancée Andréa Beaumont est de retour à Gotham…

 

 

Le film

[4,5/5]

Film d’animation dérivé de la série Batman créée en 1992 par Bruce Timm et Paul Dini, Batman contre le fantôme masqué est sorti sur les écrans américains à l’hiver 1993, et sera largement distribué en vidéo à travers le monde durant l’année suivante. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il occupe vraiment une place à part dans l’univers de Batman. Avec 82 à 88 % de critiques positives sur le site Rotten Tomatoes (selon qu’on se base sur la critique ou le public) et une note de 7,9/10 sur IMDb, le film est en effet souvent considéré comme le meilleur film « d’animation » sur Batman, et parfois même carrément comme le meilleur film « tout court » sur le Chevalier Noir. Les célèbres critiques US Gene Siskel et Roger Ebert exprimeront d’ailleurs leur regret de n’avoir vu le film que lors de sa sortie vidéo.

25 ans après sa sortie, force est de constater que Batman contre le fantôme masqué demeure toujours une sacrée claque visuelle. Bien sûr l’animation peut paraître un peu rudimentaire, mais c’était déjà le cas en 1993, et finalement, elle confère au film un côté « vintage » qui colle parfaitement avec son esthétique générale, héritée du « Film Noir » des années 40/50 autant que des dessins animés de Superman réalisés dans les années 40 par les studios Fleischer. Résolument tournés vers un public adulte, l’histoire et les dialogues réinventent une partie du passé des personnages principaux (Bruce Wayne, le Joker), notamment avec l’intervention du personnage d’Andrea Beaumont, créé par Paul Dini et Alan Burnett à l’occasion du film – Andrea Beaumont fait donc partie de ces personnages de la série animée qui, à l’image d’Harley Quinn ou Renee Montoya, finiront par intégrer définitivement l’univers DC Comics et évoluer sur d’autres supports.

Le film était également l’occasion pour les réalisateurs Bruce Timm et Eric Radomski de rendre hommage à Alan Moore et Brian Bolland, grâce à une dernière séquence assez surprenante d’intensité, évoquant furieusement par sa violence et le cadre dans lequel elle se déroule la cultissime bande dessinée « Souriez ! », parue en 1989 chez Comics USA, en 1999 chez Delcourt (sous le titre « Rire et mourir »), puis en 2009 chez Panini Comics / en 2014 chez Urban Comics sous son titre original « The killing joke ». Batman contre le fantôme masqué s’impose donc définitivement comme l’un des films les plus incontournables consacrés à Batman : une œuvre sombre, baroque, puissante et évocatrice – à découvrir de toute urgence si vous aimez le personnage et si d’aventure vous ne l’aviez encore jamais vu…

 

 

Le Blu-ray

[4/5]

Alors que les fans français de Batman attendaient depuis de nombreuses années une édition DVD de Batman contre le fantôme masqué (parfois annoncée, sans cesse repoussée), c’est finalement sur support Blu-ray que débarquera le film, sous les couleurs de Warner Bros. et de concert avec un coffret de la série animée de 1992, également proposé en Haute Définition. Comme d’habitude avec l’éditeur, il n’y a pas grand chose à redire niveau image et son : ce Blu-ray de Batman contre le fantôme masqué constitue de très loin la meilleure façon de (re)découvrir le film aujourd’hui. Bien sûr, tout n’est pas tout rose, mais on mettra sur le compte des limites de l’animation elle-même la tendance qu’a le piqué de varier brutalement d’une séquence à l’autre : dans les meilleurs moments, la précision est littéralement inédite, dans les autres, c’est bizarrement flou. L’encodage ne présente en revanche pas la moindre faille, les couleurs sont chaudes et éclatantes, les contrastes sont affirmés, tout est parfait. Côté son, la piste VO est encodée en DTS Master Audio 2.0, tandis que la VF québecoise s’offre un Dolby Digital 2.0. Les deux pistes sont solides, claires et parfaitement équilibrées, mais le spectateur ayant découvert le film dans les années 90 ne pourra pas retrouver le doublage français d’origine, assuré entre autres par Richard Darbois et Pierre Hatet, qui sont, respectivement, les voix françaises d’Harrison Ford et Christopher Lloyd, et qui prêtaient ici leurs cordes vocales célèbres aux personnages de Batman et du Joker.

Côté suppléments, c’est une légère déception en revanche : il n’y a rien à se mettre sous la dent. On se consolera en revisionnant le film, encore et encore !

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici