Accueil Tags Western

Tag: western

Test Blu-ray : Un dollar entre les dents

0
Même si cela a été dit et redit à longueur de critique, même si à la fois Alain Petit et Curd Ridel le font remarquer au sein de l’édition « Mediabook » Blu-ray + DVD + Livre made in Artus Films, il est franchement très difficile de ne pas remarquer les similitudes appuyées entre Un dollar entre les dents (Luigi Vanzi, 1967) et Pour une poignée de dollars (Sergio Leone, 1964), œuvre fondatrice du western spaghetti.

Test Blu-ray : The kid

0
L’amitié puis le face-à-face sanglant ayant opposés Pat Garrett et Billy le Kid au cœur de l’Ouest américain a inspiré d'innombrables récits, romans, bandes dessinées, films et séries TV au fil des années. En revanche, toutes ces histoires ayant largement nourri l’imaginaire populaire depuis plus d’un siècle tirent plus ou moins leur origine du livre de Pat Garrett « The authentic life of Billy the Kid », dont l’authenticité justement fut largement discutée et controversée.

Test Blu-ray : Le retour de Ringo

2
Pour ceux qui l'ignoreraient, Le retour de Ringo est la suite de Un pistolet pour Ringo, réalisé la même année avec la même distribution, le même réalisateur et le même héros. Mais en revanche, la tonalité générale des deux films est extrêmement différente : si Un pistolet pour Ringo marchait globalement sur les plate-bandes de Sergio Leone période Pour une poignée de dollars, avec un Giuliano Gemma en démarcation de l'homme sans nom interprété par Clint Eastwood, Le retour de Ringo s'impose comme une œuvre beaucoup plus sérieuse, aux relents tragiques, très éloignée de la décontraction de façade du film précédent.

Test Blu-ray : Les tueurs de l’Ouest

0
Il y a des films qui s'imposent comme tellement « fondateurs », tellement « anthologiques » lors de leur sortie qu'ils tendent un peu à éclipser tous les autres évoluant dans le même genre. Avec les années qui nous séparent de sa sortie dans les salles françaises (le 27 août 1969), Il était une fois dans l'Ouest est de ceux-là. Avec le recul, on en viendrait même à oublier que le film de Sergio Leone était déjà la quatrième expérience du maestro italien dans le western que l'on nomme « spaghetti », et qu'il a débarqué sur les écrans français très tardivement, se posant presque comme un « chant du cygne » pour le western européen.

Test Blu-ray : Ton heure a sonné

0
Avec son personnage principal en quête de vengeance, pour qui seules de sanglantes représailles permettront de retrouver enfin la paix, Ton heure a sonné semble, avec le recul, avoir permis à Randolph Scott de créer un nouvel « archétype » au sein du western : celui d’un personnage âpre, taciturne et impitoyable, uniquement mû par le désir d’appliquer la loi du talion, et n’hésitant pas à traquer son ennemi à travers l’Ouest tout entier. Ce personnage-là deviendra d’ailleurs par la suite un véritable cliché, non seulement au cœur de la carrière de Scott, mais également dans le western dans sa totalité.

Test Blu-ray : La vallée maudite

0
Comme beaucoup de films mettant en scène Randolph Scott, acteur ayant voué l’essentiel de sa carrière au western, La vallée maudite fait partie de ces petits films de cowboys imparfaits mais attachants, de ces solides représentants du « petit » western, désuet et plein de charme, que les afficionados du genre se régalent à voir et à revoir malgré le temps qui passe. Tourné en couleurs selon le procédé du Cinecolor, le film de George Waggner multiplie les jolies séquences et les bonnes idées, mais manque malheureusement toujours un peu de l’étincelle de folie et du dynamisme qui auraient été nécessaires pour que ce dernier atteigne le statut de véritable réussite.

Test Blu-ray : Les desperados

0
Unique western de la carrière de Charles Vidor, Les desperados est un film un peu paradoxal. Comme il s’agissait du tout premier film réalisé en Technicolor par Columbia Pictures, le film a selon toute probabilité bénéficié d’un budget relativement confortable. En fait, on peut même affirmer que le film est visuellement assez somptueux, bénéficiant d’une photographie (signée George Meehan) tout simplement superbe, et dénotant d’un soin vraiment tout particulier du côté des cadrages et des compositions de plans. Qu’il s’agisse des luxueux salons et autres décors qui émaillent le film, des tenues féminines ultra-colorées

Livre : La révolution Sergio Leone

0
Jusqu'à janvier, la Cinémathèque est aux couleurs de Sergio Leone : une très belle exposition est consacrée au réalisateur romain, accompagnée d'un épais catalogue. Un catalogue au format qui différent de ceux édités les années précédentes pour les expositions Scorsese ou Truffaut, mais encore une fois incontournable.

Critique : Il était une fois dans l’ouest

0
L’exposition Sergio Leone à la Cinémathèque Française a ouvert ses portes ce mercredi 10 octobre. Une exposition qui n’est pas seulement l’occasion de se plonger dans la vie du cinéaste italien ou d’acheter une réplique du poncho de Clint Eastwood à la librairie de la fondation, mais aussi de voir ou revoir sur grand écran son œuvre. Une œuvre qui compte seulement une poignée de longs-métrages, mais plusieurs chefs-d’œuvre …

Test Blu-ray : Le spécialiste

0
Que l’on ait aimé ou pas ses prestations au cinéma, Johnny Hallyday n’avait certainement pas à rougir de sa carrière d’acteur. S’il a côtoyé des cinéastes unanimement reconnus par les cinéphiles (Jean-Luc Godard, Costa Gavras…), celui qu’on surnommait l’idole des jeunes a également marqué de son empreinte le cinéma populaire, à travers une poignée de films de genre flirtant même avec le « bis ». On pense forcément à des films tels que Vengeance de Johnnie To (2006) ou Terminus de Pierre-William Glenn (1987) ; dans le même ordre d’idées, Johnny pouvait se vanter d’avoir tourné un « spagh » avec l’un des maîtres incontestés du western transalpin, Sergio Corbucci. Faisant partie de la « Sainte Trinité » des Sergio que vénèrent les amateurs de westerns spaghetti (Leone / Sollima / Corbucci), Sergio Corbucci a à son actif plusieurs classiques du genre : on pourra citer Django (1966), Navajo Joe (1966), Le grand silence (1968), El mercenario (1968) ou encore le formidable Far west story (1972), véritable œuvre « somme » parfaite de A à Z.

Les sorties du 22 novembre 2017

0
Du programme assez hétéroclite de cette semaine de cinéma, aucune tendance claire n'a l'air de se dégager. Et aucun film vraiment incontournable non plus, à première vue. C'est par conséquent une fois de plus un peu par défaut que nous vous conseillons en priorité une œuvre, qui court le risque de passer inaperçue dans le déluge ininterrompu des sorties hebdomadaires, en l'occurrence Western de Valeska Grisebach.

Arras Film Festival 2017 : la sélection officielle

0
La sélection officielle du 18ème Arras Film Festival a été annoncée hier soir par sa directrice Nadia Paschetto et son délégué général Eric Miot au Cinémovida, l'un des lieux phares du festival. Ce programme riche et varié sera projeté du 3 au 12 novembre prochain dans les six salles de la capitale du département du Pas-de-Calais qui participeront à la manifestation.