Accueil Tags Stephen King

Tag: Stephen King

Test DVD : Castle Rock – Saison 2

0
Vingt ans après Les évadés de Frank Darabont, quel plaisir de voir Tim Robbins passer à nouveau les portes de la prison de Shawshank dans la deuxième saison de Castle Rock...

#Noël approche : Sélection de coffrets Blu-ray / DVD pour les fêtes

0
Cela n'a pas pu vous échapper : en dépit d’une année 2020 qui aura décidément été marquée par le sceau de la crise sanitaire du Covid-19, les fêtes de Noël approchent, immuables, comme insensibles au stress de familles entières gagnées par une ambiance de liesse teintée de paranoïa grandissante.

Test Blu-ray 4K Ultra-HD : Ça – Chapitre 1 & 2

0
La sortie de Ça - Chapitre 1 & 2 dans un sublime coffret Édition Limitée SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray risque de remettre sur le tapis l'éternel débat sur la notion de « bonne adaptation »

Test Blu-ray : The outsider – Saison 1

0
Diffusée début 2020 sur HBO, la série The outsider n’est pas une énième adaptation du maitre de l’horreur Stephen King. Du moins, elle ne se limite pas uniquement à cela – il ne s’agit pas ici simplement de mettre des images sur les mots de King, comme l’ont fait de multiples cinéastes et showrunners par le passé.

Test Blu-ray : Doctor Sleep

0
Au sein de la profusion insensée de critiques de Doctor Sleep ayant déferlé sur le Net ces derniers mois, on notera une petite tendance – probablement popularisée par un rédacteur de Mad Movies dont les propos auront été paraphrasés par des dizaines de suiveurs – à affirmer que le film de Mike Flanagan aurait littéralement « transcendé » un mauvais roman de Stephen King afin d'en faire un grand film d'horreur. Vous nous permettrez de discuter ces propos, et d'émettre quelques doutes sur le fait qu'autant de blogueurs du dimanche, dont les avis critiques regorgent le plus souvent de fautes d’orthographe et de syntaxe, aient pu ouvrir le moindre livre depuis leur désertion du collège.

Test Blu-ray : Ça – Chapitre 2

0
Le débat fait rage depuis la sortie – à grand renfort de promo – du premier épisode de Ça, réalisé en 2017 par le jeune prodige Andy Muschietti sur un scénario de Gary Dauberman. Mettant littéralement à feu et à sang forums et réseaux sociaux, la question a même quitté la simple sphère des fantasticophiles pour s'imposer dans les timelines – et les lignes éditoriales – de cinéphiles s'intéressant habituellement peu au cinéma de « genre » : cette nouvelle adaptation de Ça, sortie un peu plus de vingt-cinq ans après un téléfilm-fleuve intitulé Ça – Il est revenu, est-elle la meilleure adaptation cinématographique du pavé littéraire signé par Stephen King dans les années 80 ? Les admirateurs les plus intégristes des univers créés par le binoclard du Maine vont répondront certainement que non, de même probablement que les amoureux du téléfilm de Tommy Lee Wallace, porté par la prestation de Tim Curry dans la peau du clown Pennywise. La sortie en Blu-ray / DVD de Ça – Chapitre 2 risque bien encore de rajouter deux sous à la musique et de remettre sur le tapis l'éternel débat sur la notion de « bonne adaptation », dans le sens où ce deuxième film prend à nouveau d'importantes libertés avec le matériau d'origine. Mais en ne se dirigeant pas tout à fait là où on les attendait, Muschietti et son Dauberman de scénariste n’ont-ils pas choisi le meilleur angle d’attaque pour rendre hommage au roman de Stephen King ?

Test Blu-ray : Les vampires de Salem

0
Un temps prévu pour le cinéma, Les vampires de Salem prendrait finalement la forme d'une mini-série à destination de la TV. En revanche, en France comme dans d'autres pays d'Europe, la mini-série fut distribuée en tant que film en 1980, dans une version raccourcie.

Test Blu-ray : Cujo

0
D’un strict point de vue cinématographique, 1983 fut une année faste – et furieuse – pour Stephen King : trois adaptations de ses romans sortirent en effet sur les écrans cette année-là. Sur les trois longs-métrages, deux étaient d’ailleurs signés par d’immenses cinéastes, ayant marqué le genre horrifique de leur empreinte indélébile : il s’agit bien sûr de Dead Zone – L’accident, mis en scène par David Cronenberg, et de Christine, réalisé par John Carpenter, dont on vous parlait avant-hier (lire notre article). Le problème avec ces deux films, c'est qu'ils ont malgré eux contribué à faire de l'ombre au troisième film adapté de Stephen King sorti en 1983, le sympathique Cujo de Lewis Teague.

Test Blu-ray 4K Ultra HD : Christine – Édition « Ultra...

0
Tourné en pleine période faste pour John Carpenter, en plein milieu de la période 1978-1988 au cœur de laquelle il ne tournerait quasiment QUE des chefs d’œuvre que ses admirateurs pourront se repasser sans lassitude tant que le cinéma existera, Christine fait cependant figure, pour certains, de vilain petit canard. Peut-être cette méfiance est-elle liée au fait qu'il s'agisse ici non pas d'un scénario « original » mais d'une adaptation du maestro de l'horreur littéraire Stephen King ? Peut-être tout bêtement aussi parce qu'il s'agissait d'un film de commande de la part de la Columbia ? Et pourtant... Si Christine ne vaut certes pas les monuments de l'horreur que sont Halloween ou The thing, cette excellente et fidèle adaptation de King n'en demeure pas moins un sacré classique du cinéma fantastique, transcendant quasiment le roman d'origine et s'imposant comme un pur et bel objet cinématographique, intense, vénéneux, généreux et trouble.

Test Blu-ray : Simetierre (2019)

0
Souvent considéré comme l'un des meilleurs films d'horreur de la décennie 80, le Simetierre de Mary Lambert (1989) est en effet un sacré beau morceau de péloche, au point que l'on puisse sérieusement s'interroger sur la nécessité d'en réaliser un remake trente ans après. Attention cela dit, si vous qualifiez ce Simetierre cuvée 2019 de « remake » devant les auteurs et producteurs du film, vous risquez de vous faire engueuler : lors de la promo du film, on évoquait d'avantage une « nouvelle adaptation », censée coller « d'avantage au livre de Stephen King ». Cela peut paraître vaguement absurde de mettre en avant un tel argument promotionnel, dans le sens où le scénario du film de 1989 était signé de la plume de Stephen King lui-même, mais ils ont osé. Vous ne rêvez pas : Simetierre 2019 est donc encore plus fidèle à l'esprit de Stephen King que l'auteur lui-même.

Test DVD : Castle Rock – Saison 1

0
Depuis la parution de Carrie en 1973, l’œuvre littéraire de Stephen King s’est considérablement étoffée : avec plus de 70 romans et recueils de nouvelles à son actif, l’auteur américain a vendu plus de 350 millions de livres à travers le monde, et s’impose depuis presque cinquante ans comme l’écrivain de tous les records. L’impact de son œuvre sur la culture populaire de ces trente dernières années est considérable : tout le monde connaît de nom soit l’auteur soit quelques-uns de ses personnages, les adaptations de ses œuvres au cinéma ou à la télévision sont innombrables… Stephen King est donc parvenu, au fil de ses romans, à créer un véritable « univers », comparable à celui développé depuis quelques années par les studios Marvel, dans le sens où King développe dans toute son œuvre des « passerelles » entre ses différents romans depuis une vingtaine d’années, parsemant chaque nouvelle parution de clins d’yeux plus ou moins appuyés à d’autres de ses écrits. L’œuvre monumentale que constitue La tour sombre (neuf volumes et plus de 4000 pages à ce jour) en est l’exemple le plus frappant, avec sa « Tour » servant de colonne vertébrale à différents univers parallèles, et permettant à l’auteur de relier entre elles ses œuvres antérieures, de créer des passerelles afin de revenir, à loisir, sur certains sujets, lieux ou personnages au sujet desquels il aurait l’impression de ne pas en avoir « terminé ».

Test Blu-ray : Charlie – Firestarter

0
Au sein de la longue liste de romans écrits par Stephen King durant les années 80, Charlie ne fait certainement pas partie de ceux ayant le plus marqué la culture populaire. Pourtant, ce roman s'est bel et bien vendu à des centaines de milliers d’exemplaires à travers le monde depuis sa parution en 1980 (1984 en France), comme la plupart des autres romans de King d'ailleurs. L'oubli (tout relatif) dans lequel cet ouvrage est retombé au fil des années est probablement lié au fait qu'il ne s'agisse pas ouvertement d'un récit d'horreur, contrairement à la plupart des classiques de l'écrivain sortis dans les années 80 (Simetierre, Ça, Christine, Misery...). Charlie se classe en effet d'avantage dans la catégorie du thriller surnaturel, permettant surtout au romancier de signer un grand roman paranoïaque, très critique à l'encontre des manipulations gouvernementales visant à prendre le contrôle de la vie des citoyens américains ; pouvoir, mensonges et trahisons sont donc au c?ur du récit. Bien sûr, une poignée d'éléments fantastiques sont également présents : télékinésie, pyrokinésie et pouvoir mental puissant sont donc au menu. Il est d'ailleurs très probable que Charlie ait été une source d'inspiration pour David Cronenberg sur Scanners, qui sortirait environ un an après la publication du roman ; Cronenberg rendrait néanmoins à César ce qui lui appartient en signant en 1983 l'adaptation cinématographique de Dead Zone, autre roman de King se basant sur des idées similaires.