Accueil Tags Rosanna Arquette

Tag: Rosanna Arquette

Test Blu-ray : Crash – Édition « Ultra Collector »

0
Le Crash de Cronenberg est un film érotique, oui – mais à l’image de ses personnages que rien ne semble toucher, il s’avérera aussi bandant qu’un cube de glace. L’érotisme n’y est abordé que par un prisme cérébral, purement théorique...

Test DVD : L’intouchable, Harvey Weinstein

0
S'il a eu ce qu'il voulait, c'est que, forcément, c'était consenti !

Test Blu-ray : Huit millions de façons de mourir

0
Figure incontournable du « Nouvel Hollywood », réalisateur de films importants tout au long des années 70 (La dernière corvée, Le retour…), Hal Ashby est pourtant, d’une façon assez incompréhensible, assez largement retombé dans l’oubli de nos jours. Ainsi, son œuvre s’avère aujourd’hui assez mal connue du grand public, contrairement à certains de ses contemporains tels que Monte Hellman, Martin Scorsese, Francis Ford Coppola, Brian De Palma… Il s’agit peut-être là d’une malédiction touchant les cinéastes se prénommant Hal, puisque cet oubli prématuré a également touché la carrière de Hal Hartley, cinéaste indépendant majeur des années 90.

Test DVD : Billionaire Boys Club

0
C’est bien connu, certains rôles peuvent à jamais marquer une carrière d’acteur. Il existe en effet des acteurs qui seront à jamais assimilés aux personnages qu’ils ont incarné à l’écran ; même s’ils essaient de se débarrasser de cette image par trop envahissante qui leur colle à la peau, ils ne parviennent jamais à s’en libérer totalement. Dans le cas de Kevin Spacey, ce sont en quelque sorte les « événements » qui l’ont rattrapé : suite aux accusations de harcèlement sexuel dont il a été la cible courant 2018, l’acteur est devenu persona non grata à Hollywood, et la pire crainte de tous les producteurs : il est redevenu, plus de vingt ans après Usual Suspects (Bryan Singer, 1995), le « Keyser Söze » de l’usine à rêves.

Critique : Holy Lands

0
Est-ce qu'un film à lui seul peut englober toutes les facettes de la vie, les joies et les peines, les sujets à la mode et les grandes questions existentielles qui turlupinent l'humanité depuis la nuit des temps ? Si de tels films existent, ils y sont parvenus au prix de nombreux détours et de subtilités, presque par accident au fil d'un processus créatif qui ne visait sans doute pas si haut.

La chute de Harvey Weinstein

0
Ça y est, les médias américains ont trouvé une nouvelle proie – très probablement coupable de sévices sexuels aggravés depuis de nombreuses années, qui sont en contradiction flagrante avec la pudeur anglo-saxonne et surtout avec un minimum de décence humaine – sur laquelle ils s'acharnent depuis une bonne semaine déjà !

Test Blu-ray : Cheeseburger film sandwich

0
Malgré ce que son titre, opportunément choisi par les distributeurs français, pouvait laisser supposer, Cheeseburger film sandwich (1987) n’était pas, au départ du moins, la suite « officielle » de Hamburger film sandwich (1977). Néanmoins, plusieurs éléments les rapprochent l’un de l’autre : outre la présence derrière la caméra de John Landis et de Robert K. Weiss à la production, la « forme » des deux films est assez similaire : celle d’un long zapping protéiforme et hétérogène pensé comme une satire de la TV américaine. Si d’autres films ont d’ailleurs également choisi ce concept, prétexte à des enchainements ininterrompus de sketches délirants – on pense notamment à Faites-le avec les doigts (The groove tube, Ken Shapiro - 1974), à Télé ringards (UHF, Jay Levey - 1989), ou encore à News movie (The Onion movie, Tom Kuntz & Mike Maguire - 2008) – Hamburger et Cheeseburger film sandwich semblent dorénavant à jamais liés, à tel point que même le site de référence IMDb les connecte l’un avec l’autre comme faisant partie d’une seule et même « franchise ».

Critique : Le Grand bleu

1
Les films programmés en ce moment aux Fauvettes dans un cycle intitulé « Les grands succès du cinéma français » sont étrangement complémentaires. Après La Chèvre et son scénario pétillant plombé par une mise en scène quelconque, voici le cas exactement inverse d’un film dont la réalisation a marqué toute une époque alors que son histoire nous laisse toujours aussi perplexes, peu importe la version, longue ou courte, française ou anglaise, dans laquelle nous regardons Le Grand bleu.