Accueil Tags Camille Cottin

Tag: Camille Cottin

Test DVD : Les éblouis

0
Sarah Suco a utilisé son expérience personnelle pour nous proposer "Les éblouis", un film de fiction qui arrive à nous passionner tout en se montrant aussi riche en informations qu’un documentaire.

Critique : Les éblouis

2
Sur le sujet des communautés charismatiques, "Les éblouis", film de fiction, arrive à nous passionner tout en se montrant aussi riche en informations qu'un documentaire.

Critique : Deux moi

0
L'attrait de la filmographie de Cédric Klapisch réside au moins autant dans sa capacité d'emmener le spectateur dans des microcosmes singuliers, que dans l'intérêt qu'on porterait aux événements mi-tragiques, mi-comiques qui s'y déroulent.

Test DVD : Les fauves

0
Découvert en 2014 avec la comédie Tristesse Club, Vincent Mariette change aujourd'hui radicalement de registre avec Les fauves, film fantastique sous perfusion de Jacques Tourneur, évoquant tout à la fois La féline (1942) et L'homme léopard (1943). Si on ne retrouve pas dans ce thriller l'humour à froid tendance absurde de son film précédent, le cinéaste fait en revanche à nouveau preuve d'un talent singulier quand il s'agit de développer une ambiance, une atmosphère étrange, aux confins du rêve et de la réalité, d'autant plus efficace que le spectateur ne sait jamais réellement si ce qu'il est en train de voir est réel ou s'il s'agit d'une projection de l'esprit de l'héroïne. Parce qu'en effet, à l'image des films de Tourneur que l'on vient d'évoquer, Les fauves pourra tout à la fois être vu comme un « simple » récit surnaturel ou comme un récit fantasmé de coming of age à la sauce psychanalytique. Qui sont « Les fauves » du titre ? Même quand arrive le générique de fin, il n'est pas certain que le spectateur puisse répondre avec certitude à cette question.

Test Blu-ray : Premières vacances

0
Le versant comique du cinéma français fait une fixation pas toujours heureuse sur les vacances. Il doit y avoir quelque chose dans ce moment de détente suprême, attendu parfois pendant toute une année, qui fait bon ménage avec la fonction divertissante du cinéma. Ce doublement de l’effet évasion a ainsi donné naissance à quelques uns des plus grands succès populaires sur les écrans français, avec pour référence éternelle l’univers des Bronzés dont le goût pour les séjours foireux à la montagne continue à porter ses fruits jusqu’à aujourd’hui, comme le démontre la sortie très prochaine des Petits flocons de Joséphine De Meaux. Quand, en plus, cette recette guère originale est associée à une bonne dose d’eau de rose, tous les ingrédients sont a priori réunis pour un désastre filmique. Or, finalement, Premières vacances, le premier film de Patrick Cassir, navigue avec une aisance pas sans charme à travers les hauts et les bas de son intrigue assez improbable. En dépit d’une prémisse passablement bancale – un premier rendez-vous réussi et hop on s’envole ensemble pour des vacances prédestinées à être catastrophiques, vraiment ?! –, le récit sait préserver une certaine malice dans l’observation des différentes options touristiques, bien entendu toutes appelées à échouer à cause de l’incompatibilité initiale du couple.

Critique : Premières vacances

0
Le versant comique du cinéma français fait une fixation pas toujours heureuse sur les vacances. Il doit y avoir quelque chose dans ce moment de détente suprême, attendu parfois pendant toute une année, qui fait bon ménage avec la fonction divertissante du cinéma. Ce doublement de l'effet évasion a ainsi donné naissance à quelques uns des plus grands succès populaires sur les écrans français, avec pour référence éternelle l'univers des Bronzés dont le goût pour les séjours foireux à la montagne continue à porter ses fruits jusqu'à aujourd'hui, comme le démontre la sortie très prochaine de Les Petits flocons de Joséphine De Meaux.

Festival de l’Alpe d’Huez 2018 : le palmarès

0
Le palmarès de la 21e édition du Festival International du Film de Comedie de l'Alpe d'Huez, qui s'est déroulé du 16 au 21 janvier,...

Test DVD : Telle mère, telle fille

0
Noémie Saglio, consciente de l’impact de ses scènes comiques très efficaces (le diner, l’échographie…), n’oublie pas non plus qu’elle dispose au casting de son film de l’une des meilleures actrices françaises de tous les temps, et permet à Juliette Binoche de livrer un festival, un véritable one woman show qui ravira tous les admirateurs de son jeu naturel et lumineux, qui confirme à qui en douterait encore qu’elle est capable de TOUT jouer avec le même talent extraordinaire. Un très bon moment, et un film attachant que l’on se surprendra sans doute à avoir envie de revoir d’ici quelques années avec le même plaisir.

Test DVD : Cigarettes et chocolat chaud

0
L’immense succès critique et populaire du charmant Little Miss Sunshine en 2006 a influencé de nombreux cinéastes et auteurs français, et ouvert la voie à de nombreux films apparaissant aujourd’hui comme des « enfants » du road movie familial de Jonathan Dayton et Valerie Faris. Des rejetons le plus souvent très agréables par ailleurs, reprenant non seulement le flambeau du « feel good movie » mais également celui du portrait de famille légèrement barrée et/ou dysfonctionnelle.

Test Blu-ray : Ballerina

0
Ballerina nous fait découvrir les coulisses de la danse classique, même les moins glorieuses, tout en nous dévoilant comment vivre pleinement sa passion. Nous sommes emportés dans cette compétition dynamique grâce aux musiques très rythmées et retravaillées qui mêlent le classique aux courants musicaux actuels, les rendant ainsi accessibles à tous. Pour finir l’année sur une pointe de poésie, accompagnons Félicie et Victor pour vivre nos rêves dans l’une des plus belles villes du monde.

Critique : Telle mère telle fille

0
Rarement, les comédies de grossesse nous gratifient de plus qu'une dose accrue d'hystérie féminine, alimentée par la surcharge hormonale de rigueur en pareille circonstance, ainsi que par l'appréhension de la responsabilité parentale. Puis, dès que la progéniture a traversé l'épreuve de passage de l'accouchement, cette anxiété se transforme comme par miracle en un sentiment maternel consensuel, laissant alors au scénario une marge de manœuvre à peine plus large ou longue que le cordon ombilical.

Critique : Cigarettes et chocolat chaud

0
"Cigarettes et chocolat chaud" tombe malheureusement trop souvent dans des clichés dignes de téléfilms très ordinaires, alors qu'il aurait pu, qu'il aurait dû être tout du long un bon film de cinéma, tendre, drôle et émouvant.