Somewhere

0
260
Photos de Somewhere de Sofia Coppola

L'affiche de Somewhere de Sofia Coppola

USA : 2010
Titre original :
Réalisateur :
Scénario :
Acteurs : , ,
Distribution : Pathé Distribution
Durée : 1h38
Genre : Comédie dramatique
Date de sortie : 5 janvier 2011

Globale : [rating:2.5][five-star-rating]

Pour sa quatrième réalisation, Sofia Coppola nous livre une œuvre à l’esthétique parfaite, quasi photographique, au détriment d’une action presque inexistante. Le film, à la passivité évidente, finit par ennuyer. Pour les amateurs d’images uniquement.

Synopsis : Johnny Marco est un acteur hollywoodien aimant la fête, l’alcool et les filles faciles. La venue soudaine de sa fille de 11 ans va l’obliger à réévaluer sa vie…

Photos de Somewhere de Sofia Coppola

: maîtresse de l’image, pas des mots

En l’espace de seulement quatre films, s’est imposée en digne héritière de son père, Francis Ford. Toutes ses œuvres, empreintes d’un esthétisme particulier, sont autant de lettres d’amour à l’image. Et ne fait pas exception. Certaines scènes relevant quasiment de la carte postale, les amateurs de photographies ne peuvent que se délecter des positions de caméra de la réalisatrice.

Mais si est désormais une créatrice de films bien reconnaissables, son travail de scénariste souffre d’un manque cruel d’intérêt. Si l’on peut sans conteste saluer la double casquette de la jeune femme, force est de constater que depuis Virgin Suicides, ses scénarios souffrent d’une anémie évidente. Et là encore s’aligne sur la tendance. Rien ne se passe. Le spectateur est dans l’attente d’un rebondissement, d’un élément quelconque pouvant faire avancer l’action et se trouve surpris par le générique de fin alors que l’intrigue est restée au statu quo. D’ailleurs, on en vient à se demander si certaines scènes – le numéro entier de patinage de la petite fille et celui des jumelles strip-teaseuses- longues et inutiles à l’intrigue, ne font pas simplement office de « remplissage ».

Photos de Somewhere de Sofia Coppola

Magnifiés par la caméra de la réalisatrice, mis en scène tels des mannequins pour une séance photo, (, ) et la toujours aussi douée (, L’étrange histoire de Benjamin Button), portent à bout de bras. Et si la dernière excelle dans son rôle de Cleo, jeune fille bien plus mature que son âge, on aimerait voir, à l’avenir, un peu plus de diversité dans le choix de ses rôles.

, quant à lui, ne semble pas être allé chercher très loin son interprétation du passif Johnny Marco. En outre, l’excessive indolence du personnage le rend difficilement aimable. Leur relation père/fille est néanmoins empreinte d’énormément de tendresse et l’on ne peut que compatir à la situation de Cleo, délaissée par sa mère et confiée à un père qui essaie tant bien que mal d’assumer ce rôle.

Résumé

Au détriment d’une histoire quasi-inexistante, nous offre avec une réalisation soignée comme elle seule sait le faire. Toutefois, un scénario plus riche aurait fait du film une œuvre bien moins ennuyeuse.

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/xnhhe8_-de-sofia-coppola-bande-annonce-vostfr_shortfilms[/dailymotion]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici